Dovizioso chez KTM ? "Cela pourrait avoir du sens" selon Poncharal

La porte ne s'ouvrira que si les négociations devaient échouer avec l'un des pilotes actuels. Mais aux yeux du patron de Tech3, Andrea Dovizioso est un pilote d'une telle qualité qu'il ne peut être ignoré.

Dovizioso chez KTM ? "Cela pourrait avoir du sens" selon Poncharal

Ducati ou KTM ? Le nom d'Andrea Dovizioso apparaît dans les spéculations qui concernent actuellement les deux marques en vue de la saison 2021. Les probabilités qu'il reste en poste à Borgo Panigale sont beaucoup plus élevées, tant par logique qu'au vu des déclarations d'intention des deux constructeurs, cependant les témoignages récents de son manager, faisant état d'un blocage dans les discussions portant sur sa rémunération de 2020, préalables à toute négociation concrète en vue de 2021 et 2022, font que l'hypothèse d'un départ des Rouges ne s'évanouit pas totalement.

Au vu de sa stature, KTM serait dès lors l'unique option envisageable pour Dovizioso, qui a déjà en commun avec la marque autrichienne le sponsoring de Red Bull. S'il reste un guidon à pourvoir au sein de l'équipe officielle Honda, il est en effet peu probable qu'il puisse y faire son retour et être associé à Marc Márquez. Et ce d'autant moins si l'on s'en réfère aux récentes déclarations sibyllines d'Alberto Puig, auprès du site officiel du MotoGP. "Un jour, il n'y a pas si longtemps, Dovizioso est venu nous voir, il a demandé un guidon chez Honda et soudain il n'a pas voulu le prendre. Je n'ai pas compris cela ! Il sait de quoi je parle", a fait savoir le team manager Repsol Honda avec un rictus d'agacement.

Yamaha et Suzuki sont pour leur part au complet, si bien qu'un départ de Borgo Panigale mènerait directement le vice-Champion du monde en titre vers l'un des deux constructeurs qui affichent actuellement les palmarès les plus faibles et bénéficient par conséquent des concessions du règlement. Aprilia a pour priorité de prolonger les contrats de ses deux pilotes actuels (Aleix Espargaró et Andrea Iannone), et des discussions sont également engagées, à un stade toutefois peu avancé, pour envisager une arrivée de Danilo Petrucci si jamais le renouvellement ne pouvait se faire avec l'un ou l'autre.

Lire aussi :

KTM n'a pas non plus ouvert de porte à Dovizioso, du moins pas publiquement, Pit Beirer affirmant très clairement son intention de conserver les quatre pilotes actuels du groupe : Pol Espargaró et Brad Binder dans l'équipe officielle, et Miguel Oliveira et Iker Lecuona dans l'équipe satellite. Seulement, Espargaró étant courtisé et n'ayant pour le moment renoncé à aucune option, la fumée ne s'éteint pas complètement...

Si Pit Beirer avait besoin de conseils avisés, Hervé Poncharal serait certainement le plus à même de le lui fournir, lui qui connaît à la fois le projet de Mattinghofen et les qualités du pilote italien, pour l'avoir aligné en 2012. Et le souvenir que Dovizioso a laissé à Bormes-les-Mimosas est celui d'un pilote de très grand talent.

"Andrea est l'un des meilleurs pilotes avec lesquels j'ai travaillé", assure Hervé Poncharal dans le dernier épisode du GP Round Table. "Ça fait 40 ans que je fais cela, j'ai eu beaucoup de pilotes et Andrea était au top à tout point de vue. En tant qu'homme, car c'est un vrai gentleman, avec des valeurs humaines, humble, et puis il est très intelligent en tant que technicien et pour organiser sa stratégie et construire un week-end. Il est trois fois vice-Champion du monde et ça n'est pas par hasard. J'ai donc beaucoup de respect pour Andrea."

"Clairement, chez KTM l'objectif et la priorité à l'heure actuelle sont de conserver les quatre pilotes, à savoir Pol, Brad Binder, Miguel Oliveira et Iker Lecuona. Ce n'est que s'il y a un problème dans les négociations avec [l'un de] ces quatre gars qu'il y aura une porte ouverte", rappelle toutefois le patron du team Tech3, en écho à un Pit Beirer qui ne fait pas de Dovizioso son "plan A". "Mais il est clair qu'Andrea Dovizioso est quelqu'un qu'il faut prendre en considération. Vu son profil et son expérience, et vu le profil de KTM, d'une certaine manière cela pourrait avoir du sens."

partages
commentaires
Petrucci sur le départ ? "Rien de concret" avec Aprilia
Article précédent

Petrucci sur le départ ? "Rien de concret" avec Aprilia

Article suivant

Miller espère être l'anti-Márquez de Ducati

Miller espère être l'anti-Márquez de Ducati
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021