Dovizioso et Ducati : deux enjeux au championnat pour le clap de fin

Déception et frustration ont prédominé ces dernières semaines pour Andrea Dovizioso, mais à l'heure de son départ de Ducati l'attention reste focalisée sur un championnat qui peut encore enrichir quelque peu le bilan de cette modeste saison.

Dovizioso et Ducati : deux enjeux au championnat pour le clap de fin

Andrea Dovizioso s'apprête à mettre un terme cette semaine à huit ans d'union avec Ducati, en se présentant sur son dernier Grand Prix MotoGP avant d'entrer dans ce qu'il espère n'être qu'une année sabbatique. Outre la conclusion possible de sa carrière, c'est aussi la fin d'une saison plutôt morne pour le pilote italien, où il n'a décroché qu'une seule victoire et un autre podium. En dehors de ces deux succès, qui remontent à la première phase du championnat, il n'a engrangé que 84 points, ce qui équivaut à une huitième place moyenne en course − en excluant le GP de Catalogne où il a été involontairement envoyé au tapis au départ.

Il avait beau occuper la tête du championnat il y a encore deux mois, cela fait donc un bon moment que Dovizioso a senti le titre lui échapper, observateur frustré d'un classement particulièrement serré qui ne tournait pas à son avantage alors que la compétitivité digne du titre lui manquait. Résigné, celui qui aura été le plus gros rival de Marc Márquez ces trois dernières années a abordé la fin de saison avec un objectif plus réaliste, celui de se classer pour une quatrième année de suite dans le trio de tête du championnat.

Lire aussi :

Avant le GP de Valence, il le pressentait encore "très compliqué", ne se sentant "pas vraiment en position de force" face aux quatre pilotes qui le devançaient (Quartararo, Rins, Viñales et Morbidelli) et aux deux qui, derrière, se rapprochaient régulièrement (Pol Espargaró et Nakagami). "On va pousser fort pour essayer de terminer parmi les trois premiers au championnat. Mais, franchement, on a tout le temps perdu des points, alors c'est un peu compliqué d'imaginer en récupérer", craignait-il, tout en tentant de garder espoir.

Après sa huitième place le week-end dernier, la cible reste possible pour Dovizioso, mais la situation s'est compliquée un peu plus encore puisque Morbidelli affiche désormais 17 points d'avance sur lui et Rins 13. Quant à l'écart global entre la deuxième et la septième position, il est à présent de 20 unités, et Dovizioso ne compte que 25 points de marge sur le dixième pilote classé, en l'occurrence Miguel Oliveira, très craint pour le GP du Portugal de cette semaine.

"J'ai hâte de reprendre la piste ce week-end à Portimão", assure le pilote Ducati. "Même si ça s'annonce difficile, on peut encore se battre pour la deuxième ou la troisième place du championnat, et ce serait formidable de terminer mon aventure avec Ducati et une saison si difficile en atteignant cet objectif. Ce sera ma dernière course sur la Desmosedici et ce sera certainement émouvant."

"On ne sait absolument pas si on pourra être compétitifs à Portimão", pointe-t-il, "mais on est sept pilotes en lutte entre la deuxième et la huitième place, alors il faut qu'on soit rapides. J'espère qu'on sera compétitifs, que les pneus se comporteront bien avec notre moto, parce que ce serait bien de finir parmi les trois premiers au championnat."

Dovizioso le concède, il n'est pas évident pour lui d'aborder cette fin de saison dans une position aussi peu favorable, lui qui aimerait pouvoir savourer ce qui sera peut-être son dernier Grand Prix cette semaine. À Valence, déjà, il admettait des sentiments "contrastés" en se présentant sur ces dernières courses de 2020, sans avoir de garanties de pouvoir faire son retour en 2022 comme il le souhaite.

"Il faudrait vraiment essayer de regarder les aspects positifs, de les savourer en pensant que ce pourraient être mes dernières courses. Mais c'est dur. C'est d'autant plus dur que ce qui prime ce sont les sensations que j'ai avec la moto, et c'est une situation qui n'est pas agréable. Je pourrais passer outre si j'étais rapide. Ça me complique un peu les choses, par rapport à la tranquillité et la sérénité avec lesquelles j'aimerais vivre ces deux dernières courses", admettait-il.

"C'est sûr que ce n'est pas bien de finir comme ça. Mais même dans cette saison difficile, où ma vitesse n'a pas été très bonne, on peut encore se battre pour la deuxième place. Je pense que ce sera dur, mais cela confirme qu'il faut avoir une bonne mentalité pour le championnat."

Andrea Dovizioso, Ducati Team

Toujours des interrogations pour le championnat pilotes

Pour clore ce championnat mouvementé, Ducati peut encore viser le titre constructeurs, un classement dans lequel ses chances ont été relancées après les 50 points retirés à Yamaha il y a deux semaines et où elle est revenue à égalité de Suzuki le week-end dernier. Ces deux luttes au classement touchent toutefois à leur fin alors que Dovizioso continue de s'interroger sur l'absence de sanction infligée aux pilotes Yamaha dans l'affaire des soupapes, pour laquelle seuls le constructeurs et ses équipes ont été pénalisés, lui qui en est directement impacté.

Dans un contexte où trois pilotes Yamaha figurent dans le top 5 du championnat, Dovizioso avait fait écho notamment à Márquez lorsque la décision du panel de commissaire est tombée pour s'étonner de cette clémence à leur égard, et une semaine plus tard il ne comprenait toujours pas. "Je pense que c'est très étrange pour tout le monde. C'est la réalité. Certains le disent, d'autres non, mais tout le monde le pense. J'aimerais vraiment un peu mieux comprendre les détails, parce que s'ils ont fait une chose illégale, je ne pense pas que ce qui s'est passé soit normal", soulignait-il au début du GP de Valence.

Lire aussi :

En quelques jours, le contexte s'était par ailleurs tendu, car l'enjeu sportif lié aux points conservés par les pilotes Yamaha s'accompagne d'une question économique loin d'être anodine, une place dans le top 3 du championnat étant synonyme de prime. Des rumeurs ayant laissé entendre que Ducati aurait été à l'origine de l'orientation prise par le panel de commissaires par le biais d'une proposition émise lors de la réunion de la MSMA organisée avant que la sanction soit actée, l'agent d'Andrea Dovizioso s'est ému de la possible responsabilité du constructeur italien dans la faible position de son pilote au classement.

"S'il était vrai que la proposition est partie de Ducati, ce serait une situation profondément embarrassante", avait ainsi fait savoir le week-end dernier Simone Battistella, manager du pilote italien, auprès de La Gazzetta dello Sport. Le conseil de Dovizioso regrettait par ailleurs de ne pas avoir été mis au courant de la teneur de la discussion à la MSMA et de la sentence des commissaires, autre point de tension compte tenu du fait qu'il n'était possible de faire appel que dans un délai d'une heure. Déplorant de possibles "conséquences importantes en termes de classement et d'un point de vue économique", il n'excluait pas un hypothétique recours judiciaire.

Andrea Dovizioso, lui, n'a pas souhaité commenter cette nouvelle évolution de l'affaire, arguant toujours vouloir avant tout comprendre les faits. "Si c'était illégal, tous ceux qui étaient dans l'illégalité [doivent recevoir] une pénalité. Mais je n'étais pas à cette réunion, je ne sais pas exactement ce que les équipes et les personnes présentes ont dit. Je ne suis pas impliqué là-dedans. Je ne connais pas les détails et je ne veux donc pas trop en parler, mais c'est sûr que c'est très étrange", martelait-il.

Paolo Ciabatti, pour sa part, a balayé des accusations jugées ubuesques par Ducati. "Cela n'a pas été une idée de Ducati, mais la recherche d'une position unanime afin de résoudre une situation qui traînait depuis longtemps. Les constructeurs ont communiqué à la direction technique, présente à la réunion, qu'il était attendu au minimum que les points constructeurs et teams soient retirés à Yamaha. Voilà la vérité", a fait savoir le directeur sportif de Ducati Corse, toujours dans à La Gazzetta dello Sport.

L'atmosphère est toujours tendue, donc, dans l'équipe Ducati, un contexte pas vraiment favorable à la sortie de scène sereine d'un des meilleurs pilotes de l'époque actuelle. Il reste à présent un Grand Prix pour tenter d'apaiser la situation en replaçant le sport au premier plan.

Avec Vincent Lalanne-Sicaud

partages
commentaires
"Fier" des succès de KTM, Pol Espargaró craint déjà Binder pour 2021
Article précédent

"Fier" des succès de KTM, Pol Espargaró craint déjà Binder pour 2021

Article suivant

Portimão : Michelin aborde un GP inédit avec une allocation renforcée

Portimão : Michelin aborde un GP inédit avec une allocation renforcée
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021