Dovizioso ne veut pas copier les pilotes Pramac

Andrea Dovizioso explique se battre toujours avec sa Ducati et son nouveau pneu arrière. Bien que sèchement battu par les pilotes Pramac, il ne compte pas copier ce qu'ils font pour progresser.

Dovizioso ne veut pas copier les pilotes Pramac

Bien que qualifié seulement 14e alors que la première Ducati figure en première ligne, Andrea Dovizioso assure qu'il ne veut pas copier ce que font les pilotes Pramac avec la GP20. Le pilote italien explique être pleinement focalisé sur la performance qu'il doit livrer en course, pour le moment empêtré dans ses difficultés à trouver ses marques avec le nouveau pneu arrière fourni cette année par Michelin.

"La plupart du temps, Bagnaia et Miller sont capables de faire un très bon temps quand ils mettent des pneus neufs, mais si vous regardez le rythme, ils ne sont pas plus rapides", souligne Dovizioso, saluant la performance des pilotes de l'équipe satellite sur ces qualifications (troisième et septième) et les précédentes (quatrième et cinquième), mais tempérant leur capacité à maintenir ces rangs en course.

Lire aussi :

Pour le vice-Champion du monde, tout est une question de style : "Ils sont meilleurs dans cette situation parce qu'ils roulent d'une manière différente et qu'ils sont capables de gérer les caractéristiques [du pneu] d'une manière différente. Mais je ne veux pas les copier. J'essaie d'étudier et de comprendre ce que l'on peut faire. Mais chaque pilote a un style différent et il faut trouver la meilleure façon pour soi d'aller vite. C'est la meilleure façon d'être rapide et fort en course, parce qu'au final c'est en course qu'il faut être régulier et fort."

"Le changement de pneu est un gros changement, plus important qu'une simple pièce sur la moto. […] Compte tenu de ma façon de rouler, ça ne marche pas", regrette Dovizioso. "Je ne suis pas encore à l'aise. On travaille encore sur l'entrée dans les virages parce que j'ai du mal, je ne roule pas du mieux que je peux, je ne suis pas régulier et il m'est difficile de faire des chronos quand il le faut. Il nous manque encore quelque chose. Dans ma façon de piloter, la Ducati ne fonctionne pas : l'entrée, le mouvement, le contrôle des glissades ne sont pas très bons."

"Danilo [Petrucci] pilote différemment, mais il lui arrive la même chose. Jack et Pecco pilotent différemment encore, et différemment l'un de l'autre, mais ils arrivent à gérer cela un petit peu mieux grâce à la manière dont ils pilotent. Ils ont réussi à bien s'adapter à cette situation. Par contre, ils font la différence en pneus neufs, sur le rythme ils ne sont pas meilleurs. Il ne s'agit pas d'une vitesse générale."

"Je pense que si l'on arrive à améliorer ce à quoi on pense, ce pourrait être un avantage pour tout le monde", ajoute Andrea Dovizioso, qui samedi soir évoquait en effet l'éventualité d'un gros changement de dernière minute, à tester au warm-up, en vue de la course. "On va peut-être essayer quelque chose de complètement différent de ce que l'on a utilisé pas le passé ces dernières années", indique-t-il. "Il ne faut jamais dire jamais. Malheureusement, on se retrouve à exploiter le week-end de course pour se mettre au point."

Andrea Dovizioso, Ducati Team

"Je pense qu'il y a quelque chose à faire. Et je suis le genre de pilote qui essaie de tout régler de la bonne façon pour que tout aille bien au bon moment. Je ne suis pas du genre à pousser à 100% à chaque séance, à essayer d'être le plus rapide et puis plus rien. Je pense que quand on est pilote factory, on doit faire du développement et essayer de comprendre ce que l'on doit faire parce que c'est quelque chose qui peut marcher ce week-end mais surtout dans le futur. C'est ce que j'ai toujours fait dans ma carrière, c'est ce que je vais continuer à faire et c'est ce que je fais en ce moment."

"Ce n'est pas une excuse, c'est sûr. Bagnaia et Miller en ce moment, en qualifications, ils sont plus rapides, c'est clair. Les données montrent clairement ce qu'ils font et c'est la raison pour laquelle ils arrivent à faire ça. Mais si vous me voyez en piste, je ne suis pas très bien et pas à l'aise. Il faut donc qu'on travaille là-dessus et qu'on essaye de trouver la voie à suivre."

Lire aussi :

Rien de résolu depuis la semaine dernière

Malgré un podium surprise la semaine dernière, lui qui n'en avait jamais obtenu sur cette piste en MotoGP, Dovizioso rappelle que son résultat masquait la réalité de ses difficultés, or ce week-end il juge que rien n'a changé pour lui.

"Après la course, j'étais content de ma troisième place, mais pas du reste. Ce qui se passe actuellement le confirme, car on n'a pas encore réussi. On pensait être plus avancés ce week-end, et c'est le cas en termes de réglages car je me sens beaucoup mieux avec l'avant, mais on n'y est pas sur le freinage, dans la gestion du pneu arrière et donc l'équilibre à l'avant. Si dimanche dernier je n'étais pas content de ma vitesse, il y avait une raison. Je ne suis pas encore fluide, je ne pilote pas comme je sais que je dois le faire, mais il y a encore quelque chose qui n'est pas au point, à mon avis."

Dans ces circonstances, à quoi s'attend-il pour la course ? "Ça va beaucoup dépendre du départ, de la position dans laquelle je serai au début de la course, et surtout si on arrive à améliorer ce qu'on veut au warm-up, parce que pour le moment j'ai un bon rythme mais seulement si je suis parmi ceux de devant. Les choses se compliqueront beaucoup si jamais je dois remonter, surtout ici à Jerez où la température des pneus augmente si on est derrière quelqu'un d'autre, sachant qu'on ne peut pas sortir de la trajectoire."

partages
commentaires
Quartararo reste prudent malgré un bon rythme pour la course

Article précédent

Quartararo reste prudent malgré un bon rythme pour la course

Article suivant

Warm-up - Quartararo, Dovizioso et Viñales prennent rendez-vous

Warm-up - Quartararo, Dovizioso et Viñales prennent rendez-vous
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021