Le choix de pneus pour la course, un casse-tête pour les pilotes Ducati

Les pilotes Ducati n'avaient pas le même degré de satisfaction après la séance qualificative du Grand Prix de République Tchèque, mais partagent la même problématique au sujet du choix de pneus pour la course.

Le choix de pneus pour la course, un casse-tête pour les pilotes Ducati

Danilo Petrucci n'était pas satisfait de son résultat en qualifications du Grand Prix de République Tchèque, puisque l'Italien s'élancera huitième en course. Il avoue avoir commis l'erreur de trop attaquer lors de son premier tour rapide, ce qui a eu pour effet de faire surchauffer les pneus sur une piste qui séchait, mais sur laquelle subsistaient quelques parties bien humides.

"Non, ce n'était pas l'objectif espéré", regrette le pilote Ducati. "Notre objectif était d'être en première ligne pour mieux se battre pour le top 5, je suis entré en piste en étant probablement très agressif, je voulais à tout prix me placer en première ligne, mais la piste était déjà assez sèche alors j'ai essayé de me dépêcher pour faire en sorte que ça ne sèche pas trop. Mais de toute évidence, j'ai trop poussé sur les pneus pour les chauffer et je n'ai pas fait un tour parfait. Je suis rentré et toute l'équipe m'a dit que tout le monde était dehors en slicks alors on a essayé de sortir avec les slicks, mais je ne disposais que de deux tours, ce qui n'était même pas suffisant pour monter les pneus en température."

Lire aussi :

'Petrux' souligne, comme plusieurs de ses rivaux, la performance exceptionnelle de Marc Marquez, qui a réussi à signer la pole position en étant chaussé de gommes slicks : "Malheureusement, les conditions étaient très difficiles. Marc a fait quelque chose d'extraordinaire, on aurait dit que pour lui il ne pleuvait pas ! Je l'ai suivi pendant un moment. Il était déjà dans son troisième tour, tandis que j'étais dans mon premier tour lancé, donc je n'étais pas au point, mais je ne l'ai suivi vraiment que peu de temps par ce que dès que j'ai essayé de pousser un peu plus je n'arrivais pas à rééditer le temps que j'ai fait avec les pneus pluie et j'ai failli tomber dans le virage où est tombé Jack. Lui, peu de temps après il est passé avec le coude à terre, comme si ça n'était pas mouillé. C'est inquiétant, ça veut dire que, qu'il pleuve ou que ce soit sec, qu'il commence à pleuvoir ou que ça s'arrête, il est tout le temps là. Jouer le titre contre quelqu'un comme ça, c'est vraiment difficile. Quoi qu'il en soit, il faut qu'on donne tout. Il faut qu'on regarde notre propre situation et aujourd'hui [samedi] on n'a pas été très bons alors il faut qu'on se rattrape."

"Encore une fois, il a opté pour la bonne stratégie, en sortant tout de suite avec les slicks, et il s'est mis à tourner et tourner encore pour les faire chauffer, et il a collé deux secondes et demie au deuxième. Il est évident qu'il est favori [pour la course]. Nous, on n'a pas fait une bonne qualif mais demain je veux me maintenir dans le top 5, parce que je veux me battre pour le podium du championnat. Ce sera dur de monter sur le podium en course, parce que [Maverick] Viñales, [Andrea] Dovi et Marc sont rapides, mais dans le top 5 on devrait y arriver."

Les slicks, un trop grand risque en qualifs

Le week-end aura été marqué par des conditions très changeantes, et en particulier la journée du samedi, où la piste était détrempée durant la troisième séance d'essais libres, encore bien mouillée pour la quatrième, et en train de sécher pour les qualifications. Petrucci ne s'étonne toutefois pas de ces changements de conditions, rappelant que ce n'est pas une situation inédite en République Tchèque.

"Depuis [vendredi] il n'y avait pas de bonnes conditions en piste, les temps n'étaient pas très rapides, ce sera probablement difficile, surtout pour moi, car les EL n'étaient pas bons avec la moto. Sous la pluie, on a compris quelque chose, mais c'est différent sur le sec. Malheureusement, ici à Brno on a vu des conditions très étranges en 2016 et en 2017. En 2016, la piste semblait devoir sécher en un instant, et puis on avait finalement fait toute la course avec les pneus pluie. Alors en 2017 on s'est dit que ça n'allait jamais sécher et en un tour ça avait sécher."

Lire aussi :

De son côté, Andrea Dovizioso explique ne pas avoir osé utiliser les pneus slicks en toute fin de qualification, compte tenu de l'eau encore présente sur la piste. Il félicite les deux seuls pilotes ayant osé les chausser, et se félicite toutefois d'avoir surnagé pour manquer de peu la première ligne. Pour la course, il hésitait à utiliser les pneus tendres, tant leur dégradation risque de demander aux pilotes une gestion plus importante en deuxième partie de course, et a testé les pneus médium et dur lors du warm-up.

"C'était une option mais on ne l'a pas prise", explique-t-il au sujet du pneu slick en qualifications. "Les risques étaient grands, rien ne s'est passé mais il était plus difficile de faire une erreur. Bravo à Marc et Jack, ils ont fait un très bon tour et ils seront en première ligne. Dans ces conditions, il est plus facile de faire une mauvaise qualif qu'une bonne qualif. J'avais quelques difficultés avec la pluie quand c'était mitigé, mais en EL3 et en EL4 sous la pluie, ça allait mieux et mes chronos étaient bons. Pour la course, nous nous appuierons sur les infos de vendredi, nous essaierons de sélectionner les bons pneus car ce ne sera pas simple à choisir."

"La manière de tester les pneus vendredi a ouvert la porte à tout le monde d'utiliser [le pneu soft] en course. Maverick a fait un très bon relais mais la performance a beaucoup chuté. Il avait un bon rythme, mais il faudra qu'il sache s'il veut ralentir quand il y en a besoin [pour économiser les pneus]. Il avait un très bon rythme, je pense que la dégradation sera élevée, encore plus importante pour les tendres. Mais il y a une grande différence entre les softs et les mediums, et ça affectera la course."

partages
commentaires
Rossi : "Je me suis toujours comporté très différemment" de Márquez

Article précédent

Rossi : "Je me suis toujours comporté très différemment" de Márquez

Article suivant

Bagnaia est reparti de zéro pour la deuxième partie de saison

Bagnaia est reparti de zéro pour la deuxième partie de saison
Charger les commentaires
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021