Dovizioso pointe un dépassement "très agressif" de Petrucci

Même s'il ne manque pas de pointer la manœuvre "très agressive" de Danilo Petrucci à l'entame du dernier tour, Andrea Dovizioso se satisfait du déroulé de la course mais pas du fait que Marc Márquez lui a encore pris des points sur une piste réputée favoriser les Ducati.

Dovizioso pointe un dépassement "très agressif" de Petrucci

Sans doute qu'au moment de remettre les gaz dans le premier virage du dernier tour, et après avoir vu Marc Márquez aller trop large, Andrea Dovizioso a-t-il l'espace d'un instant pensé que le plus dur était fait et que la victoire allait s'offrir à lui en fin de tour. Mais c'était sans compter sur son propre équipier, Danilo Petrucci, dont le freinage légèrement moins tardif que ses deux adversaires a permis de croiser leur trajectoire et de s'engouffrer dans la brèche. Obligé de se relever pour éviter la chute au milieu du sandwich entre le leader du championnat et l'autre Ducati, le #4 s'est contenté d'une troisième place plutôt prometteuse, même si des points ont encore été perdus au classement général.

"Je suis content [du résultat], nous avons fait la course que nous voulions", a-t-il déclaré après l'épreuve. "Nous avons souffert durant le week-end, mais au final le feeling est revenu hier et nous avons pu bien travailler pour la course comme c’est le cas la plupart du temps. J’ai pris un départ parfait, je me suis mis en bonne position, j’ai économisé les pneus. J’ai très bien piloté compte tenu des conditions, car c’était très difficile pour tout le monde : les températures étaient très élevées. J’ai appliqué une bonne stratégie."

Lire aussi :

Puis l'Italien de revenir sur le moment décisif de la course, à l'entame de la dernière boucle. "Je voulais être troisième dans le dernier tour, dans le premier virage. Mais Danilo nous a dépassés de façon très agressive et j’ai dû relever la moto. Marc a fermé la porte et j’ai dû relâcher les gaz. Le grip était très bas dans les derniers tours pour faire quelque chose de fou. J’ai essayé d’analyser mais rien n’était possible, et dans le dernier virage [Álex] Rins a failli me dépasser donc… Ce n’est pas bien pour le championnat, nous perdons des points, mais dans l’ensemble la course a été bonne. "

Plus tard, il est revenu plus précisément sur cette phase de l'épreuve : "[Márquez] a freiné très tard et il a été capable de maîtriser la glissade dans la dernière partie du freinage. Mais je me sentais très fort au freinage donc j’ai géré la situation. Nous sommes partis un peu large et avons donc donné la possibilité à Danilo de faire l’intérieur. Je n’ai pas eu l’impression que c’était un grand espace, donc j’ai essayé un peu de fermer la porte, mais Danilo arrivait au même moment et j’ai donc dû relever la moto très rapidement pour ne pas le toucher. Mais au même moment Marc était là, et donc quand j’ai relevé la moto j’ai dû faire attention et garder un peu d’angle car si je touchais Marc, il chutait."

Il fait malgré tout contre mauvaise fortune bon cœur en se réjouissant de la première victoire en MotoGP de son compatriote et équipier. "Je suis très heureux pour Danilo, car je savais qu’il avait le potentiel. C’est ce que je lui dis depuis le début de la saison, avant le Qatar. Il a le potentiel et il devait apprendre quelque chose, et c’est ce qu’il a fait. Je suis donc très content pour lui. Gagner au Mugello, c’est la meilleure course dans notre championnat. C’est bien, et je pense que ça peut influencer son avenir, ce dont je suis très content."

Les Ducati "toujours trop lentes en milieu de virage"

Mais le pragmatisme n'est jamais bien loin et le rythme de Márquez, sur une piste qui devait notoirement avantager la Ducati par rapport à la Honda, pointe selon Dovizioso plus encore les faiblesses des GP19. "Je suis malgré tout mécontent de la façon dont nous avons piloté, car si Marc est ici en mesure de se battre avec nous, cela signifie que nous sommes toujours trop lents en milieu de virage. Car à l’accélération et au freinage nous sommes très bons."

Lire aussi :

"Mais la seule raison qui a permis à Marc de rester avec nous c’est qu’il est plus fort que nous en milieu de virage. Et avec un pneu en plus mauvais état que le nôtre, il a été capable de rester avec nous. C’est la mauvaise partie du championnat car si nous voulons nous battre il faut améliorer quelque chose. Nous sommes là, nous ne renonçons pas, mais ce n’est pas suffisant, il nous faut quelque chose en plus."

Pour autant, est-il surpris de la vitesse de la Honda, qui n'a pas autant souffert dans ce domaine que ce qui pouvait être attendu sur le Mugello ? "Je ne suis pas surpris car depuis le début au Qatar, Honda se montre. [Márquez] était capable en plus de sortir très vite du dernier virage, et avec son poids et sa taille, ça l’aide dans les lignes droites et il a donc pu rester avec nous."

Le top 3 à l'arrivée

P. Pilote Moto Temps Écart
1 Italy Danilo Petrucci Ducati 41'33.794  
2 Spain Marc Márquez Honda 41'33.837 0.043
3 Italy Andrea Dovizioso Ducati 41'34.132 0.338

partages
commentaires
Márquez satisfait de sa deuxième place sur sa "pire course"

Article précédent

Márquez satisfait de sa deuxième place sur sa "pire course"

Article suivant

Zarco, dernier : "Il y a toujours une première fois !"

Zarco, dernier : "Il y a toujours une première fois !"
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021