Dovizioso : un podium arraché à la force du mental

Andrea Dovizioso considère sa troisième place au Grand Prix d'Espagne "comme une victoire", au terme d'une course particulièrement éprouvante.

Dovizioso : un podium arraché à la force du mental

Derrière les Márquez, Viñales, Quartararo, et même les Ducati du team Pramac, Andrea Dovizioso n'avait pas fait d'étincelles pendant le week-end de Jerez. Obnubilé par son adaptation au nouveau pneu arrière qui, pour l'instant, le gêne, le pilote italien vivait ce week-end, sur une piste qui ne lui est jamais favorable d'année en année, avec l'idée qu'il lui faudrait limiter les dégâts.

Et c'est ce qu'il s'est employé à faire dimanche, mais avec à la clé une performance qui, compte tenu de ses limitations, aura été admirable, notamment grâce à une fin de course très réussie. Parti septième − il avait gagné une place sur la grille avec le forfait de Crutchlow − il a d'abord pris l'avantage sur Pol Espargaró, resté une menace dans sa roue jusqu'à la mi-course. Jusqu'au 14e tour Dovizioso s'est maintenu derrière Bagnaia, ne grimpant d'une place qu'à la faveur de la première sortie de piste de Marc Márquez.

Au moment où il s'est emparé de la quatrième position, les hommes du podium avaient alors 1"4 d'avance sur la Ducati officielle, et ils bénéficiaient d'une supériorité d'après lui difficile à contrer en vitesse pure. Le pilote italien estime cependant que sa ténacité et sa régularité se sont avérées déterminantes pour lui permettre de recoller et, à deux tours de l'arrivée, d'arracher la troisième place à Miller.

Lire aussi :

"C'était très dur", témoignait un Dovizioso épuisé après cette course dans la fournaise andalouse, "encore plus qu'en Malaisie et en Thaïlande ! Peut-être parce que la moto a du mal avec cette piste ou avec le nouveau pneu, je ne sais pas, mais c'était vraiment dur. […] C'était au-delà des limites pour moi, car quand tu n'as pas la vitesse, tout devient pire. J'ai suivi les autres toute la course et je recevais encore plus de chaleur des autres motos. C'était donc très dur et seul le mental peut faire la différence."

"J'ai failli abandonner trois fois car je n'avais ni la vitesse ni l'intensité. Je ne pilote toujours pas comme je le voudrais et je ne suis pas en confiance pour pousser et être rapide, mais j'ai pu être régulier. Le team a fait un super travail, car on a un peu amélioré mon feeling sur l'avant au warm-up et ça m'a donné la possibilité d'être régulier en course : j'ai obtenu le podium grâce à ça."

"J'étais épuisé parce que je n'avais pas la vitesse pour me maintenir là. Quand on est dans cette situation, on utilise plus d'énergie et il faut suivre les autres pilotes alors que la chaleur n'en est que plus forte. J'étais donc épuisé parce que je n'arrivais pas à piloter comme je le voulais et je n'ai pas encore confiance dans la moto. C'est normal, c'est une course qui était très dure pour tout le monde, et elle l'était encore plus."

Depuis qu'il a rejoint le MotoGP, en 2008, Andrea Dovizioso n'était encore jamais monté sur le podium de Jerez, l'une des pistes traditionnellement les plus problématiques de la saison pour lui. "Cette troisième place est comme une victoire", résume-t-il. "Je n'avais pas la vitesse. Je n'ai pas vraiment pu me battre avec [les leaders] parce que j'étais plus lent. Mais je n'ai pas baissé les bras dans les moments difficiles."

"Je n'arrivais pas à maintenir cette intensité, mais je n'ai pas fait la moindre erreur, ça a été la clé. J'ai réussi à faire un beau dépassement à deux tours de la fin sur Jack, d'autant que Morbidelli m'avait dépassé, il fallait donc que je réponde immédiatement et c'était ce que je pouvais faire de mieux."

Avec Guillaume Navarro  

partages
commentaires
Viñales donne rendez-vous au week-end prochain pour la revanche

Article précédent

Viñales donne rendez-vous au week-end prochain pour la revanche

Article suivant

Rossi : "Quartararo, Viñales et Dovizioso ont une chance à saisir"

Rossi : "Quartararo, Viñales et Dovizioso ont une chance à saisir"
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021