Selon Dovizioso, l'usure du pneu arrière sera la clé à Barcelone

Le vainqueur du Grand Prix d'Italie s'attend à souffrir en Catalogne, et prévoit une dégradation rapide et généralisée du pneu arrière sur le circuit de Montmeló.

Pour Andrea Dovizioso, le Grand Prix de Catalogne ressemble en tous points à un test de vérité. Après sa victoire acquise devant les siens le week-end dernier au Mugello, sur un tracé rapide et propice à souligner la vélocité de sa Desmosedici, l'Italien sait que le circuit de Montmeló sera une toute autre paire de manches.

Loin de se laisser griser par l'ivresse d'une victoire à domicile, le pilote Ducati a tôt fait de se concentrer sur la manche catalane du calendrier, quitte à passer pour un pisse-vinaigre aux yeux de certains. Mais c'est que le numéro 4 a été échaudé par les essais privés menés sur ce circuit à la fin du mois de mai.

Dovizioso a ainsi eu la primeur, au même titre que les autres pilotes Ducati, Honda et Aprilia, de découvrir la nouvelle chicane située dans la dernière portion du tracé. Un secteur très sinueux, conditionné en entrée par un gros freinage et passé ensuite en première vitesse, qui selon l'aveu même de son coéquipier Jorge Lorenzo, devrait favoriser les Honda et mettre en difficulté la GP17.

Difficile donc d'être optimiste pour le dernier vainqueur en date, même si celui-ci attend les premières séances d'essais pour se faire une idée plus précise du niveau de compétitivité de tout un chacun. "C'est une piste complètement différente, et lors des tests, cela ne s'est pas si bien passé", admet le Transalpin. "J'ai donc vraiment un point d'interrogation à propos de ce week-end. Ce sera très important d'analyser notre vitesse. Car si nous sommes capables de confirmer notre vitesse ici, nous serons proches des pilotes les plus rapides, donc ce sera très important. Mais nous savons que cette piste est très difficile pour tout le monde."

Des pneus qui se dégradent après deux tours

Dovizioso craint par dessus tout l'usure des pneumatiques, qui devrait aller crescendo avec la hausse des températures. Plus que jamais, la bonne gestion des gommes sera selon lui la clé de voûte d'un succès à Barcelone. "Lors des tests ici, on a pu se rendre compte que le tarmac n'était pas si bon", reprend-il. "En ce qui concerne le grip, les pneus se dégradent après deux tours, l'usure est vraiment prononcée, ce n'est donc vraiment pas facile de gérer l'adhérence. Ce sera difficile pour tout le monde de contrôler toutes les situations."

Alors que la température de piste est annoncée au-delà des 50°C dimanche et que le plateau sera dorénavant dans l'obligation de recourir au pneu avant à carcasse rigide, la dégradation devrait davantage se faire ressentir à l'arrière des machines. "Nous avons participé aux tests ici, et nous avons essayé beaucoup de pneus, car la consommation [sic] est incroyable, en particulier au niveau du pneu arrière", insiste Dovizioso. "L'an dernier, quasiment tout le monde a eu des difficultés avec l'usure du pneu arrière. Mais nous devons voir si les conditions de piste seront encore pires cette année, [...], et avec 50°C au sol, ce sera encore plus compliqué."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP de Catalogne
Sous-évènement Jeudi
Circuit Circuit de Barcelona-Catalunya
Pilotes Andrea Dovizioso
Équipes Ducati Team
Type d'article Preview