Ducati défavorable au timing du nouveau règlement sur les tests

Le patron de Ducati Corse pointe du doigt le mauvais timing de la mise en place d'un nouveau règlement visant à cadrer différemment les essais privés.

Gigi Dall'Igna, directeur général de Ducati Corse, s'est élevé contre le changement de règlement sur les essais privés, annoncé par la Commission Grand Prix le mois dernier, ou plutôt contre le timing de leur mise en place.

Plusieurs changements vont en effet réduire peu à peu le nombre de tests et en modifier la temporalité. D'une part, dès 2018, en dehors des trois séances collectives programmées de janvier à mars et des journées d'essais post-course déjà officiellement définies, les pilotes titulaires pourront toujours réaliser cinq jours de tests, mais seuls trois jours pourront être programmés en amont des Grands Prix, les autres devant avoir lieu sur des circuits déjà visités.

Par ailleurs, les équipes d'essais pourront rouler à n'importe quel moment sur trois circuits qui auront été désignés, à l'exception des 14 jours précédant le Grand Prix organisé sur ces pistes. Elles pourront en outre rouler sur les trois jours précédant le premier test officiel de l'année, ainsi que durant tous les tests officiels.

Enfin, le règlement évoluera encore en 2019 et verra les séances officielles organisées hors d'Europe pendant l'intersaison passer de trois à deux. Quant aux essais privés des titulaires, ils seront toujours répartis sur cinq jours, mais au moins deux de ces journées devront être prévues entre le dernier Grand Prix de la saison et le 30 novembre.

"Je pense que le nouveau règlement est parfaitement raisonnable", a tenu à faire savoir Gigi Dall'Igna, estimant que la volonté de changement de ces règles pouvait être juste. "C'est un fait qu'étant donné que nous avons une base en Europe, nous avons plus de facilité d'aller faire des essais avec notre équipe test sur plus de circuits du championnat. La majeure partie de nos concurrents actuels sont basés au Japon et c'est plus compliqué pour eux. Cela avait donc probablement un sens, à mon avis, de fixer un nombre de pistes d'essais pour les pilotes essayeurs", explique-t-il.

"Ce que je ne trouve pas correct c'est la façon, la forme et surtout les délais qui ont été choisis pour en arriver à cette définition du règlement", poursuit le patron des troupes Ducati. "Nous avions déjà planifié pratiquement tous les tests de l'année prochaine, ainsi que les tests de nos pilotes officiels sur le mois de novembre et les modalités avec lesquelles nos pilotes officiels ainsi que les pilotes satellites auraient dû tester les motos, surtout les motos d'évolution, et nous avons dû repenser complètement la programmation que nous avions faite. Je considère que ça n'est pas correct."

"Nous avions programmé quand et où les pilotes auraient dû tester la nouvelle moto en novembre. Le programme initial était que Dovi et Jorge auraient dû tester la nouvelle moto ici, pendant les essais post-course, et Petrucci aurait dû faire un test avec Pirro à Jerez fin novembre. Maintenant nous devons changer cela complètement, parce que Jerez n'est plus notre piste d'essais si bien que Pirro ne peut pas y faire d'essais, et aussi parce que Jorge et Dovi ne peuvent pas faire cinq jours d'essais l'année prochaine. Nous devons par conséquent utiliser deux jours en novembre. Je dois donc créer beaucoup de confusion, changer complètement notre programme."

S'il juge la nouvelle règle sur les équipes d'essais "correcte dans l'esprit", Gigi Dall'Igna la pense "erronée dans la méthodologie de mise en place et surtout les délais". Il ajoute : "Quant au fait de passer de cinq à trois tests, si le nombre de Grands Prix augmente, l'espace pour faire des essais avec les pilotes officiels se réduit forcément, mais là aussi, franchement, j'aurais choisi un timing différent."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Équipes Ducati Team
Type d'article Actualités
Tags gigi dall'igna