Commentaire

Ducati, l’arme Desmoniaque ?

Un hiver prometteur, des pilotes à la hauteur des attentes, et pourtant les hommes en rouge nous laissent de nouveau avec des questions, et des espoirs. Rendez-vous ce week-end où Ducati verra double !

Andrea Iannone, Ducati Team, Ducati

Andrea Iannone n’est pas le seul à qui les nouveaux pneus donnent satisfaction, et pourtant l’Italien nous a surpris en course à Losail ! Ces 5 premiers tours de course, Iannone voulait les faire siens afin d’oublier une pole hypothéquée la veille et nous voulions tous croire à une performance de très haut vol.

C’est finalement l’autre Andrea qui s’est occupé de faire le job suite à la chute de la prometteuse Desmosedici n°29 alignée sur une trajectoire différente. Michelin confirme ne pouvoir assurer l’adhérence sur la bande blanche au-delà de 60° (oui 60° !) de carrossage, ou plutôt d’angle si vous préférez. Une belle déception, mais chez les Rouges on se veut optimistes, très optimistes en étant agréablement surpris de trouver en Dovizioso ce supplément d’envie et de finisseur qui lui a fait défaut par le passé.

"On a bien commencé, c’est très positif", confie Paolo Ciabatti à Motorsport.com. "On a pu prouver qu’en jouant à égalité technique avec Yamaha et Honda, on était biens et se savait attendus. Tu as vu la puissance en ligne droite ?" Oh oui, et je ne suis pas le seul ! Il faut dire que Ducati joue maintenant sur la même longueur que ses rivaux : quantité de moteurs, capacité de réservoir et jours d’essais identiques aux deux marques sur le podium avec cet autre élément inconnu à partager qui va évoluer au fur et à mesure que les Grands Prix vont s’enchaîner : les pneumatiques ! "Michelin change beaucoup, on l’a vu entre les essais et la course, donc nous ne sommes sûrs de rien pour les prochaines épreuves", poursuit-il, "mais on a nos idées pour améliorer la moto qui bouge encore beaucoup en termes de grip dans les virages par rapport à la Yamaha…"

 

Chaz Davies, Aruba.it Racing - Ducati Team et Davide Giugliano, Aruba.it Racing - Ducati Team
Chaz Davies et Davide Giugliano, Aruba.it Racing - Ducati Team

Photo de: Ducati Corse

 

Si le V4 de Bologne est toujours une référence, la marche pour retrouver le succès a semblé lente mais la stratégie intéressante, comme le recrutement de Casey Stoner le démontre. Un bon coup de boost pour les troupes, les pilotes en premier lieu, avec le retour de celui qui a tout offert à la marque dont la dernière victoire en 2010 ! La monture a réellement progressé comme l’a démontré la seconde partie de 2015, et en ce sens 2016 est l’année où tous les espoirs sont permis ; le faible écart entre les pilotes du top 4 de ce premier GP nous laisse entrevoir de belles promesses sur les batailles et les résultats à venir. Et cela même s’il faut prendre en compte le retrait forcé de Danilo Petrucci au sein d’une équipe Pramac très proche, et dont l’absence ainsi que le retour vont relativement peser dans l’avancée des Rouges qui ont déjà 2017 en tête.

Alors cela passe-t-il impérativement par la première marche du podium, considérant que 2015 n’a rien donné sur ce point, en vue d’attirer un top pilote qui, idéalement, n’est pas encore engagé pour l’an prochain ? Pas si sûr. "On se doit d’avoir des objectifs ambitieux, mais je peux dire que les pilotes en général ont une idée bien précise de la compétitivité de la Ducati, pas de problème là-dessus. Il ne faut pas oublier que la course du Qatar a été gagnée par le Champion du Monde…" signale Paolo Ciabatti, qui a été des campagnes Superbike de l’ère Carl Fogarty, a lancé Troy Bayliss sur la scène internationale et bénéficie du soutien total du board de la marque italienne, bien conscient de la tâche qui leur reste à accomplir.

Alors parlons de Jorge Lorenzo justement : se laissera-t-il tenter, se sent-il prêt à relever un défi arrivé à maturité là où de nombreux autres s’y sont perdus ou presque ? C’est peut-être lui la seule pièce manquante au plan du duo Ciabatti/Dall'Igna qui ne cache plus l’attente de résultats de la part de ses pilotes, et qui confie que Jerez devrait être le bon moment pour se décider sur le choix du futur tandem dans l’équipe officielle.

Notez tout de même que si les Italiens nous donnent depuis l’an dernier une belle partition en MotoGP, ils n’ont pas pour autant délaissé le Superbike avec la particularité d’être le seul constructeur à engager directement son service course dans les deux championnats, un choix qui n’est plus d’usage depuis la fin de la saison 2002 chez Honda (avec le HRC) et aussi Yamaha.

Le bicylindre de la Panigale verra une nouveauté dès ce week-end en Aragón avec le retour d’un échappement double afin de rattraper une Kawasaki semblant encore intouchable. Ducati, qui a forgé son histoire à travers ce championnat, a toujours gagné avec le twin dont l’avantage de cylindrée ne permet pas encore de rivaliser à armes égales avec un constructeur qui a investi toute son énergie dans cette catégorie, les deux rivaux ayant chacun un atout de poids que Paolo Ciabatti défend : "Chaz Davies et Johnny Rea sont les pilotes les plus complets du championnat ; on a réussi avec Chaz à décrocher 5 victoires en 2015, il nous faut encore beaucoup plus pour contrer une Kawasaki qui a grandement progressé en termes de puissance."

Beaucoup de défis à suivre donc au cours de cette saison 2016 qui devrait se révéler comme un tournant pour les hommes de Borgo Panigale, le fief de Ducati en périphérie de Bologne, dont on attend le retour en haut du classement !

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Agostini - Lorenzo a reçu une "super offre" de Ducati
Article suivant Le programme du Grand Prix d'Argentine

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France