MotoGP
24 juil.
Événement terminé
14 août
Événement terminé
21 août
Événement terminé
11 sept.
Événement terminé
18 sept.
Événement terminé
09 oct.
Prochain événement dans
17 jours
16 oct.
Prochain événement dans
24 jours
C
GP du Teruel
23 oct.
Prochain événement dans
31 jours
C
GP d'Europe
06 nov.
Prochain événement dans
45 jours
13 nov.
Prochain événement dans
52 jours
20 nov.
Prochain événement dans
59 jours

Ducati : Pénaliser Zarco, "totalement la mauvaise décision"

partages
commentaires
Ducati : Pénaliser Zarco, "totalement la mauvaise décision"
Par :
Co-auteur: Guillaume Navarro

Ducati estime que la direction de course a mal jugé l'accrochage entre Johann Zarco et Pol Espargaró pendant la corse de Brno, et que le pilote français aurait pu terminer deuxième s'il n'avait pas été pénalisé.

Curieuse image, dimanche, que celle d'un Paolo Ciabatti furibond dans la pitlane de Brno pendant le Grand Prix MotoGP, alors que venait d'être pénalisé le pilote Ducati le mieux classé de la course, celui qui se battait pour le podium. Pas un pilote officiel au guidon de la machine actuelle de la marque, non : un pilote du team Avintia, qui s'est vu confier une machine de l'année dernière lorsqu'il a été recruté à la toute fin de 2019.

Alors que les pilotes officiels, eux, étaient en perdition dans le ventre mou du peloton, Johann Zarco, parti de la pole position, menait sa GP19 dans le groupe de tête. C'est là qu'il a tenté d'attaquer un Pol Espargaró remonté comme une pendule alors que son jeune coéquipier s'échappait vers une première victoire de la KTM qu'il jugeait mériter.

Alors que le pilote espagnol se montrait brouillon durant cette phase de la course, une trajectoire élargie dans le virage 1, à l'entrée dans le dixième tour, a permis à Zarco de plonger à la corde pour tenter sa chance. C'était sans compter sur le retour de la RC16 vers l'intérieur du virage, une KTM plus avancée dans le virage que ne l'était la moto du Français et qui, l'angle mort aidant, est allée au contact. Résultat, Espargaró a fini sa course dans le gravier, furieux et frustré, alors que Zarco a pu poursuivre.

Bien que bon nombres d'anciens pilotes aient estimé que cet accrochage était tout au plus de la responsabilité d'Espargaró, voire un simple incident de course, le panel de commissaires formant la direction de course, avec à leur tête le triple Champion du monde Freddie Spencer, a jugé que Zarco méritait d'être sanctionné d'une pénalité long-lap. Si le Français a finalement réussi à sauver malgré tout la troisième place, Paolo Ciabatti, directeur sportif de Ducati Corse, ne décolérait pas à l'arrivée de la course. Voici son analyse des faits.

Lire aussi :

Pourquoi une telle colère de Ducati face à la pénalité infligée à Johann Zarco ?

Je pense que tout le monde comprend pourquoi. De notre point de vue, il s'agissait totalement de la mauvaise décision de la part de la direction de course ! Pol a fait une erreur : c'était le premier virage après la ligne droite de départ/arrivée et il avait donc vu les panneaux, donc il savait que Zarco était 0 seconde derrière lui et il a fait une erreur, il est parti large, et Zarco est juste allé à l'intérieur sur la trajectoire normale.

Si un pilote part large et doit revenir sur la trajectoire normale, il doit regarder car il n'est pas seul sur la piste et Espargaró le savait car il a forcément vu le panneau. On ne parvient donc pas à comprendre quelle est l'erreur de Zarco : il était sur sa trajectoire à l'intérieur et il ne pouvait pas freiner parce qu'il était très incliné. Espargaró est revenu sur lui après avoir élargi, donc pour nous l'erreur provient d'Espargaró et il aurait dû être pénalisé. Pas Zarco, qui faisait une course fantastique.

Il aurait terminé en seconde position, une réalisation incroyable pour Johann, pour sa troisième course sur la Ducati, dans une équipe privée comme Avintia. Cela aurait été très important d'être deuxième. Au final, et heureusement, il est parvenu à sauver la troisième marche du podium contre Rins, et un podium qu'il mérite complètement. Mais un résultat correct aurait été d'être la seconde position, donc nous sommes très contrariés.

Quelle a été la réponse de l'IRTA, à qui vous avez parlé sur la pitlane ?

L'IRTA n'est qu'un messager. Ils nous ont juste informés qu'il y avait une pénalité. La décision est celle de la direction de course, prise par Freddie Spencer et les stewards. L'IRTA nous a juste dit ce qu'il en était, et que s'il n'observait pas la pénalité, on lui présenterait le drapeau noir. Ils ont donc juste eu un rôle de messager, c'est leur rôle dans cette situation.

Allez-vous faire appel ?

Nous ne pouvons pas faire appel, de toute façon. C'est simplement, de notre point de vue, un mauvais jugement de la part de la direction de course. Nous leur avons parlé, ils nous ont donné leur opinion mais je pense qu'en regardant les images, sous tous les angles, on comprend qu'Espargaró a fait une erreur. OK, il est tombé, mais c'est parce qu'il n'avait pas regardé avant de revenir sur la trajectoire idéale et Zarco n'a rien fait de mal. Notre opinion est que c'est totalement la mauvaise décision.

Partir de la pole a aidé Zarco à aller chercher le podium

Article précédent

Partir de la pole a aidé Zarco à aller chercher le podium

Article suivant

Retour en images sur un GP MotoGP historique

Retour en images sur un GP MotoGP historique
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP de République Tchèque
Catégorie Course
Lieu Brno Circuit
Pilotes Johann Zarco
Équipes Avintia Racing
Auteur Léna Buffa