MotoGP
14 août
Événement terminé
21 août
Événement terminé
11 sept.
Événement terminé
18 sept.
Événement terminé
09 oct.
Prochain événement dans
13 jours
16 oct.
Prochain événement dans
20 jours
C
GP du Teruel
23 oct.
Prochain événement dans
27 jours
C
GP d'Europe
06 nov.
Prochain événement dans
41 jours
13 nov.
Prochain événement dans
48 jours
20 nov.
Prochain événement dans
55 jours

Les duels entre coéquipiers MotoGP après les 5 premiers Grands Prix

partages
commentaires
Par :
Co-auteur: Léna Buffa

Retrouvez dans la vidéo ci-dessus la tendance prise par les confrontations internes dans les équipes MotoGP après les cinq premiers Grands Prix.

Cinq premiers Grands Prix ont été disputés en juillet et août pour une saison 2020 retardée de quatre mois et déjà frénétique. Nous avons choisi cette première pause dans le championnat, précédant les deux manches de Misano, pour faire le point sur les duels internes observés au sein des équipes MotoGP. Le barème consiste à attribuer un point à chaque pilote ayant été meilleur que son coéquipier au classement des Grands Prix, en qualifications et dans la hiérarchie des meilleurs tours de chaque course, en excluant les épreuves pour lesquelles l'un des deux pilotes d'une même équipe a été absent.

Au sein des équipes officielles, une supériorité nette se dégage chez Ducati à l'avantage d'Andrea Dovizioso, qui n'a été devancé par son coéquipier que deux fois en qualifications. Chez Aprilia aussi, la domination d'Aleix Espargaró sur Bradley Smith est nette, d'autant que l'Espagnol a perdu gros en chutant deux fois en course. Chez KTM, Pol Espargaró a majoritairement fait mieux que Brad Binder, cependant celui-ci a su saisir sa chance quand elle s'est présentée, notamment lors des chutes de l'Espagnol lors des qualifications du Grand Prix d'Andalousie ou des deux courses suivantes.

Lire aussi :

Au sein de l'équipe officielle Yamaha, Maverick Viñales a plutôt eu l'avantage sur Valentino Rossi, mais là aussi l'Italien a profité de ses coups de mou, en l'occurrence lors des trois dernières courses en date. L'avantage de Joan Mir sur Álex Rins dans l'équipe Suzuki est net également, sachant que le Catalan s'est lourdement blessé dès le premier Grand Prix et en a subi les conséquences par la suite.

Également blessé au Grand Prix d'Espagne, Cal Crutchlow s'est fait très nettement dominer par Takaaki Nakagami chez LCR, mais la condition physique de l'Anglais n'est pas la seule raison en cause, ses difficultés avec la version 2020 de la Honda face à la 2019 du Japonais ne faisant aucun secret. Eux aussi dotés de la nouvelle RC213V, les deux pilotes qui forment actuellement l'équipe officielle en l'absence de Marc Márquez sont à la peine, mais on notera tout de même une nette supériorité du rookie Álex Márquez sur le pilote d'essais Stefan Bradl.

Chez Petronas, les pilotes ont déjà connu le Grand Huit depuis le début du championnat, entre les victoires, les chutes, les problèmes mécaniques... Malgré la grande instabilité de leurs performances, c'est Fabio Quartararo qui a nettement pris les rênes face à Franco Morbidelli. L'autre Français du plateau, Johann Zarco, ne fait pas dans la demi-mesure face à son coéquipier Tito Rabat, et ce malgré une blessure pour lui aussi. Quant à Miguel Oliveira, il domine aisément son jeune acolyte Iker Lecuona, même si l'Espagnol a donné des signes de progrès en Autriche.

Quant à Pecco Bagnaia, blessé à Brno, il a déjà manqué trois Grands Prix, trop pour que la comparaison avec Jack Miller soit très représentative à ce stade.

Des spectateurs au GP de France ? Réponse le 23 septembre

Article précédent

Des spectateurs au GP de France ? Réponse le 23 septembre

Article suivant

Stoner : Le manque d'écoute de Ducati rend Dovizioso "malheureux"

Stoner : Le manque d'écoute de Ducati rend Dovizioso "malheureux"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Auteur Camille De Bastiani