MotoGP
17 juil.
Événement terminé
24 juil.
Événement terminé
14 août
EL1 dans
19 Heures
:
50 Minutes
:
52 Secondes
C
GP de Styrie
21 août
Prochain événement dans
7 jours
10 sept.
Prochain événement dans
27 jours
C
GP d'Émilie-Romagne
18 sept.
Prochain événement dans
35 jours
25 sept.
Prochain événement dans
42 jours
09 oct.
Prochain événement dans
56 jours
16 oct.
Prochain événement dans
63 jours
C
GP du Teruel
23 oct.
Prochain événement dans
70 jours
C
GP d'Europe
06 nov.
Prochain événement dans
84 jours
13 nov.
Prochain événement dans
91 jours
20 nov.
Prochain événement dans
98 jours

Édito - Honda sans pression aucune

partages
commentaires
Édito - Honda sans pression aucune
Par :
15 sept. 2016 à 08:25

Il ne manquait plus que lui, Dani, pour compléter cette moisson de succès que la saison 2016 n’en finit pas de distribuer. Quatrième vainqueur pour Honda, Pedrosa assure toujours.

Le cas Pedrosa est à l’opposé, parfois, du tempérament de l’homme lui-même, discret, ne souhaitant pas attiser les envolées verbales, affrontant les blessures loin de l’attention du paddock et des médias, toujours la même humilité et auteur de retours souvent improbables.

Depuis 2006, année de sa première saison où il remporta deux Grands Prix, le numéro 26 a toujours gagné au moins deux courses par an à l’exception de son seul succès de 2014.

Normal, diront certains, pour un pilote d’usine, espagnol, soutenu par le sponsor national Repsol depuis ses débuts. Pas de mérite, en somme. La réalité n’est pas ce parcours que la surface veut nous rendre sans encombre. Si la chute et les marques de blessures sont choses courantes sur les pilotes, celles de Dani sont sans aucun doute les plus significatives de ce que ce sport peut infliger, et de ce que les pilotes peuvent encaisser et surmonter. Pedrosa a souffert, beaucoup douté il y a à peine plus de 12 mois en pensant que sa carrière était finie, mais le revoilà, inoxydable, pour sa 11e saison en MotoGP.

L’homme de Sabadell (sa ville natale catalane) fait bien toujours partie des top guns du MotoGP, et peut ambitionner le podium final de cette saison. Il ne dit rien, ou presque, Dani Pedrosa, mais a été le premier à s’élever contre la dangerosité potentielle des ailerons. Bien placé pour en mesurer l’impact comme lors de ce harponnage de Dovizioso au Texas, il n’en porte plus aucun sur sa RCV comme ce dimanche à Misano. Ainsi il a pu faire le choix d’une gomme tendre sans lui imputer une pression supplémentaire que les appendices aéro apportent.

Lui seul pouvait tenter ce choix de pneu avant pour jouer un coup de maître. Rappelons que son gabarit l’a avantagé pour une usure progressive de ses gommes françaises, là où ses adversaires ont dû s’arracher les cheveux pour gérer la piste italienne surchauffée. Un classique ce Grand Prix à Misano avec cette charge sur le flanc droit du pneu arrière, plus ces freinages intenses pouvant déclencher quelques réactions à chaud une fois la ligne d’arrivée franchie.

Dani Pedrosa, Repsol Honda Team, vainqueur de la course

À nouveau, Dani se retrouve dans le feu de l’action, entre deux protagonistes poursuivant leur confrontation après la course. Il se fait voler la vedette et n’en sort pas moins heureux, les interviews avec les médias n’étant pas son truc. À ses côtés, les deux pilotes Yamaha se retrouvent de nouveau sur le podium pour la première fois depuis le Grand Prix de France, avec cette lutte féroce au championnat sans unité aucune, pour contrer les Honda.

Avec ces 25 nouveaux points, la RCV est la machine qui a désormais le plus grand nombre de victoires en 2016 face aux cinq que se partagent Lorenzo et Rossi. La M1 tire quand même son épingle du jeu en terminant devant à la régulière. Pour le Docteur, la moisson est faible mais cruciale, amputée de cinq points potentiels subtilisés par Pedrosa dans sa chasse au Márquez.

C’est ce qui va maintenant réellement façonner les prochaines courses et plus encore. Aucune possibilité d’imaginer un Lorenzo dans le rôle du coéquipier modèle pour cette lutte et cette fin d’année qui est encore certainement longue pour tout le monde. On a déjà eu à gérer les cohabitations tendues chez Yamaha par le passé, notamment dans la première période du duo actuel, et la performance et la régularité affichées par Rossi nous font y croire.

Décrocher le titre mondial 2016 aurait à coup sûr plusieurs saveurs pour le numéro 46, une dixième couronne au terme de la saison la plus disputée, et un sentiment de revanche enfin accompli.

Mug Dani Pedrosa
Mug Dani Pedrosa, en vente sur Motorstore.com
Le règlement précise l'interdiction des ailerons pour 2017

Article précédent

Le règlement précise l'interdiction des ailerons pour 2017

Article suivant

Michelin défend sa réactivité et sa transparence face aux difficultés

Michelin défend sa réactivité et sa transparence face aux difficultés
Charger les commentaires