Commentaire

Édito - La quête de l'état de grâce

Pour la plupart des pilotes de quelque catégorie que ce soit, les débuts dans un championnat n’ont en général qu’un seul but : émerger en se faisant remarquer.

Podium : le vainqueur Jack Miller, Marc VDS Racing Honda

Oui, je vous resservirais bien du Jack Miller cette fois-ci encore tant il est difficile de se lasser du scénario de cette course Néerlandaise. J’en remets volontiers tout en prenant un soin particulier à élargir cette fois-ci l’exemple aux autres catégories et même aux autres disciplines. L’enjeu pour tout sportif est de percer et de démontrer, certains y parviennent là où d’autres stagnent, et peu connaissent ce véritable tremplin permettant d’entrer dans l’élite.

Celui qui est (presque déjà) le plus fort de tous les temps serait pour moi Marc Márquez. Il est même peut-être né lors de cette fameuse seconde partie de course de 2010 au Portugal en 125 cm3, voyez plutôt : chute dans le tour de mise en grille, rapide retour aux stands pour réparation, temps d’accès à la piste dépassé, départ depuis la dernière place sur la grille pour 9 tours… et victoire. À ce moment-là j’étais sûr que ce gamin allait tout casser par la suite, bluffé par un tel phénomène. Le numéro 93 a refait ensuite le scénario en Moto2 puis est arrivé en MotoGP. Les deux premières saisons ont dépassé les attentes tant cet état de grâce ne semblait plus le quitter.

Marc Marquez, Repsol Honda Team

Un point essentiel demeurait alors et précisément celui sur sa capacité à gérer un championnat dans des conditions très changeantes, avec une concurrence de premier plan. S’il a inventé le pilotage du 21e siècle, il lui était quasiment impossible de continuer avec comme seul munitions son talent et son instinct de prédateur. Le Márquez 2016 est déjà dans une autre sphère, semblable à celles qui ont façonné les plus grands.

Son problème est qu’il a fait les choses à l’envers là où nombre de pilotes usent slicks et sliders pendant quelques courses et saisons, avant de connaître ces instants et aussi sans nécessairement pouvoir rester dans cette fameuse dynamique. Le piège des sunlights du sport de haut niveau en quelque sorte avec toute cette pression et les différents acteurs, les fans prêts à jurer fidélité à un pilote en portant casquette et t-shirt en échange de cette adrénaline incurable. Tous ont connu ce moment si précis dans les différentes catégories qui leur ont permis de franchir les paliers, comme justement Jack Miller qui va jusqu’à inspirer Daniel Ricciardo sur le podium Allemand avec cette tradition importée de l’hémisphère sud.

Podium : Daniel Ricciardo, Red Bull Racing fête sa deuxième place en buvant du champagne dans sa chaussure

Pour rester un instant encore en Formule 1, c’est également ce qu’a connu Max Verstappen à Barcelone un peu plus tôt au gré d’une course où ce record a semblé réalisable, puis concret et enfin possible. Le bon timing au bon moment pour devenir quelqu’un, notez que pour d’autres il est parfois trop tard ou cela peut aussi servir à remettre une carrière en route à l’image d’Olivier Jacque en 2005 au Grand Prix de Chine (seconde derrière Valentino Rossi). L’état de grâce pour le Français a été sa première saison 10 ans auparavant pour ses débuts en Grands Prix, où il a cassé la barque sur une machine privée.

Mais si on se concentre sur cette saison 2016, il est à noter que ce phénomène se produit également en Moto2 avec Johann Zarco. Lui il se l’est construit cet état, jusqu’à maintenant en faire une réelle marque de fabrique; déjà amorcée l’an dernier avec des gestions de course, de pilotage et d’attaques impeccables, son choix de rester pour défendre son titre lui permet de prendre le temps de façonner son prochain rôle, avec l’option concrète d’une seconde couronne afin de rejoindre son repère de toujours Marc Márquez, et au sein d’une équipe Française qui a su saisir cette belle opportunité.

Reste maintenant de belles courses en perspective afin de savoir qui nous surprendra encore cette année, qui pourra se rattraper ou encore confirmer et ils sont assez nombreux sur la liste. Soyez patients, dans 10 jours ou presque, ça recommence !

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Aleix Espargaró - Aprilia me donne l'affection qui m'a manquée chez Suzuki
Article suivant Casey Stoner - "J'aimerais voir beaucoup moins d'électronique"

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France