Édito - Motegi, une question de karma !

Comme à son habitude Marc Márquez a surpris tout le monde en décrochant le titre un peu plus tôt que prévu. Mais n’allez surtout pas croire à la chance sur cette course.

Avouez qu’on était loin d’imaginer un tel dénouement à ce moment du championnat, les dernières courses ayant apporté un tel suspense. Alors, oui, côté comptable les choses semblaient posées depuis un moment, et ce Grand Prix du Japon voit celui qui a tout chamboulé en MotoGP entamer un nouveau chapitre.

Marc Márquez, comme ses concurrents, voulait sa revanche sur 2015 et cette fin de saison au goût amer dont tout le monde semble vouloir se débarrasser. Il a fallu transformer cette énergie en positif pour gagner, motiver son équipe, développer une monture mal née, et regarder les choses avec calme et le plus sereinement possible dans une saison plus intense que jamais.

Une force intérieure s’est maintenant développée dans l’armure du numéro 93 qui décroche une nouvelle couronne au pays du Soleil Levant. Facile de lui donner tous les codes des samouraïs, mais combien sont capables de transformer ainsi tous les paramètres à leur avantage en si peu de temps ? Si on connaît le Márquez limite qui officie encore dans certaines figures entrevues cette année, en sauvant des glissades de son pneu avant comme personne, il faut regarder ce qu’il donne en course. Certes, la Honda demande un pilotage particulier, mais le voir à son meilleur niveau à Motegi est la simple démonstration de ce que fut cette saison. Et ce n’est pas terminé, bien sûr…

Il s’est construit sa propre trajectoire dans ce championnat en se concentrant sur sa propre capacité à mener son destin. En faisant la sourde oreille aux critiques lancées notamment sur le modèle 2016 de la RCV, il semble avoir bien retenu la leçon apprise malgré lui en 2015 contre Rossi de ne pas se disperser dans des pensées inutiles. Être mieux et plus concentré, laisser derrière lui les mauvaises ondes et les pensées négatives, c’est exactement ce qui s’est passé pendant cette course japonaise, en rejetant la pression sur un Valentino Rossi pourtant dans un grand jour.

C’est en cela que 2016 marque l’année de transition pour le jeune Marc. On avait déjà eu un aperçu de sa volonté d’être le maître du jeu en Australie l’an dernier, avec la suite que l’on connaît, mais en quatre saisons de MotoGP et trois titres raflés, soyez bien sûr qu’il ne peut que s’améliorer et nourrir ainsi son véritable instinct.

Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing

Quel contraste avec ce qui s’est passé pour l’équipe Yamaha où jamais le fameux duo Rossi/Lorenzo n’avait chuté sur la même course. Étrange que cette saison 2016 pour l’équipe qui a dominé le MotoGP pendant si longtemps, mais qui ne se démêle pas de ses tracas et continue d’attiser certaines questions, comme en suggérant certaines conclusions par des déclarations. Ce Grand Prix a été une véritable souffrance pour la marque aux trois diapasons avec une forte pression sur les épaules de Valentino Rossi qui a rapidement perdu le titre en chutant, puis comme si le calvaire devait durer il a fallu attendre encore pour que la baisse de performance de Lorenzo ne se termine de la même façon.

Que se passe-t-il chez Yamaha qui semble ne plus pouvoir attendre que Lorenzo quitte ses rangs, sans même vouloir lui reconnaître tout ce qu’il apporté : titres, victoires, podiums et exploits en tous genres ? Pourquoi cette M1 à l’homogénéité si légendaire, et sur laquelle Maverick Viñales évoluera très bientôt, peine tant à trouver la bonne formule avec les pneus Michelin, ces gommes sur lesquelles Rossi avouait être né ?

Ce sujet a été évoqué ici plusieurs fois cette saison et notamment ce sentiment que le management ait lâché le Champion du monde en titre, emmêlé dans ses blocages sur piste humide entre autres. Étrange que cette superbe équipe n’ait pas relevé le tir et n’ai pu prévoir une autre stratégie, d’autant que 2017 pourrait être une continuité côté Márquez et un bond en avant pour Ducati, et ce alors que le développement des motos concurrentes semble plutôt bien se passer.

Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Pilotes Valentino Rossi , Jorge Lorenzo , Marc Márquez
Équipes Repsol Honda Team , Yamaha Factory Racing
Type d'article Chronique