EL2 - Miller à 7 millièmes du record, Mir hors du top 10

Une fois le soleil couché, les pilotes MotoGP ont repris la piste pour une deuxième séance d'essais libres jugée cruciale pour le Grand Prix du Qatar. C'est Jack Miller qui en a signé le meilleur temps.

EL2 - Miller à 7 millièmes du record, Mir hors du top 10

À 20h heure locale, les pilotes se sont élancés dans une séance bien plus attendue que ne l'était la première. D'une part parce qu'il s'agit d'un horaire beaucoup plus représentatif des conditions attendues en qualifications et en course, mais aussi car une fois la nuit tombée le niveau d'humidité a grimpé en flèche (70%) alors que l'atmosphère s'est rafraîchie : 25°C étaient enregistrés dans l'air et 26°C au sol quand la piste s'est ouverte. Sans vent, ou presque, les conditions étaient idéales pour repousser les limites du chronomètre.

Lire aussi :

Après une première séance déjà marquée par quatre chutes − celles de Johann Zarco, Jack Miller, Pol Espargaró et Enea Bastianini − la deuxième, d'une durée également de 45 minutes a finalement été plus calme qu'on aurait pu le craindre, même si c'est sur un nouvel accident qu'elle s'est conclue. Son départ, lui, s'est avéré plus compliqué que prévu.

Drapeau rouge pour quelques minutes

Le meilleur temps établi par Franco Morbidelli en EL1 (1'54"921) a été battu dès les premières minutes de cette séance, avec d'emblée un groupe de six pilotes capables de passer sous la barre des 1'55 et le plus rapide, Jack Miller, chronométré en 1'54"571 à la fin de son deuxième tour lancé.

S'ils étaient bien partis, les pilotes ont été stoppés dans leur élan au bout de sept minutes à peine, car le drapeau rouge a été agité à cause de la présence dans la ligne droite des stands de débris en piste. Sachant les vitesses étourdissantes atteintes par les MotoGP à cet endroit (Jorge Martín a déjà battu le record officiel en EL1, avec une pointe à 354,0 km/h), la précaution semblait de toute évidence bienvenue, même si l'incident était curieusement inexpliqué.

Nettoyage de piste

Une fois la piste nettoyée et la séance relancée, il n'aura fallu que quelques minutes pour que le chronomètre se remette à trembler. Aleix Espargaró a non seulement pris les commandes du classement, mais dès son sixième tour il était même passé sous la barre des 1'54. Avec un chrono de 1'53"789, il comptait à cet instant une marge très confortable de plus de quatre dixièmes sur le binôme Miller-Rins, tous deux alors détenteurs d'un temps en 1'54"2.

Considérées dès les tests de pré-saison comme le choix optimal pour la course, les paires de pneus soft-soft étaient déjà très largement privilégiées par les pilotes, et en particulier les plus rapides. À l'entame du dernier tiers de la séance, les gommes tendres et neuves ont notamment permis à Álex Márquez de se hisser dans le top 10, zone où allait également apparaître momentanément le rookie Enea Bastianini. Puis c'est Fabio Quartararo qui a lancé la grosse artillerie, en se hissant d'abord à la neuvième place avant d'aller chercher le deuxième temps, à 77 millièmes d'Aleix Espargaró. Un troisième tour et le Français prenait les commandes avec une nouvelle référence en 1'53"697.

Les autres Yamaha n'étaient pas en reste, car au même moment Valentino Rossi a secoué sa séance en passant de la 17e à la quatrième place, s'intercalant entre Rins et Miller. Puis Maverick Viñales s'est porté devant la Suzuki, en troisième position. Dans ce quatuor Yamaha, on n'attendait plus que Franco Morbidelli, leader des EL1 mais seulement 17e à ce stade des EL2.

Morbidelli était sur une stratégie décalée par rapport à ses collègues, mais il avait bel et bien de la réserve. À huit minutes de la conclusion, il a trouvé à son tour la clé et faisait son retour dans le top 5. Après un nouveau changement de gomme, le vice-Champion du monde en titre a une nouvelle fois amélioré sa marque, sans toutefois parvenir à jouer les premières places. Il s'est finalement positionné derrière Viñales.

Le dernier mot pour Miller

Les représentants des autres marques n'avaient pas dit leur dernier mot et c'est de Ducati qu'allait venir la contre-attaque, d'abord avec Pecco Bagnaia. Comme ses adversaires avant lui, le pilote italien a enchaîné plusieurs améliorations, jusqu'à se porter au sommet de la feuille des temps avec un chrono de 1'53"422 battant de 0"275 celui de Quartararo.

Chez Suzuki, c'est Álex Rins qui s'est longtemps chargé de représenter Suzuki dans le top 10, avant l'amélioration de Joan Mir dans les dernières minutes. Mais les attaques venues de toutes parts n'allaient pas laisser beaucoup de répit au Champion du monde en titre, très vite redescendu hors de la zone de confort, alors que son coéquipier se mettait à l'abri avec un chrono de 1'53"623.

Au même moment, Zarco a lui aussi amélioré son chrono, puis Miller est repassé en tête avec un temps de 1'53"387 qui resterait invaincu, à seulement sept millièmes du record de la piste ! C'était à présent un trio de Ducati qui dominait le classement, les deux hommes encadrant Bagnaia. Une ultime réplique de Quartararo a cassé ce petit groupe, le pilote Yamaha se portant à la troisième place finale de la séance.

Lire aussi :

Pol Espargaró n'a cessé d'attaquer, s'affirmant déjà solidement comme le premier pilote Honda au classement du jour, mais avec une marge relativement réduite pour garder sa place dans le top 10. Le pilote espagnol y est parvenu malgré tout, placé derrière son frère Aleix et Valentino Rossi, cependant c'est sur une chute qu'il a conclu sa séance, piégé dans le virage 15. Lui qui attendait de tomber pour mieux comprendre les limites de la Honda, il aura donc connu ses deux premières chutes au cours de cette première journée de compétition de la saison.

 

Au terme de cette séance, Joan Mir figure juste en dehors du top 10 (il ne lui a manqué que 13 millièmes), ce qui pourrait annoncer son passage par la Q1 samedi au vu des améliorations potentiellement compliquées en EL3 dans l'après-midi. Tous les rookies se trouvent dans la même situation, ainsi que l'ensemble des pilotes KTM, particulièrement discrets aujourd'hui. Leur meilleur représentant est Brad Binder, seulement 16e au terme de cette séance.

Qatar GP du Qatar - MotoGP - EL2

P. # Pilote Moto Tours Temps Écart
1 43 Australia Jack Miller Ducati 17 1'53.387  
2 63 Italy Pecco Bagnaia Ducati 16 1'53.422 0.035
3 20 France Fabio Quartararo Yamaha 17 1'53.575 0.188
4 5 France Johann Zarco Ducati 18 1'53.586 0.199
5 42 Spain Álex Rins Suzuki 19 1'53.623 0.236
6 12 Spain Maverick Viñales Yamaha 18 1'53.639 0.252
7 21 Italy Franco Morbidelli Yamaha 19 1'53.676 0.289
8 41 Spain Aleix Espargaró Aprilia 16 1'53.727 0.340
9 46 Italy Valentino Rossi Yamaha 19 1'53.874 0.487
10 44 Spain Pol Espargaró Honda 18 1'53.901 0.514
11 36 Spain Joan Mir Suzuki 18 1'53.914 0.527
12 73 Spain Álex Márquez Honda 17 1'54.115 0.728
13 89 Spain Jorge Martín Ducati 17 1'54.178 0.791
14 30 Japan Takaaki Nakagami Honda 16 1'54.199 0.812
15 23 Italy Enea Bastianini Ducati 17 1'54.228 0.841
16 33 South Africa Brad Binder KTM 15 1'54.371 0.984
17 10 Italy Luca Marini Ducati 17 1'54.432 1.045
18 6 Germany Stefan Bradl Honda 18 1'54.634 1.247
19 88 Portugal Miguel Oliveira KTM 17 1'54.756 1.369
20 9 Italy Danilo Petrucci KTM 16 1'54.774 1.387
21 27 Spain Iker Lecuona KTM 16 1'55.098 1.711
22 32 Italy Lorenzo Savadori Aprilia 18 1'55.674 2.287

partages
commentaires
Quand les pilotes affrontent leur frère en Grand Prix
Article précédent

Quand les pilotes affrontent leur frère en Grand Prix

Article suivant

Quartararo a "perdu beaucoup" de performance depuis les tests

Quartararo a "perdu beaucoup" de performance depuis les tests
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021