EL2 - Nakagami et Zarco s'illustrent dans la chaleur

Dans la chaleur insoutenable de Jerez, ce sont Nakagami et Zarco qui sont sortis du lot en fin de séance ce vendredi après-midi.

EL2 - Nakagami et Zarco s'illustrent dans la chaleur

Avec une référence installée en 1'37"063 dès les EL1 par Maverick Viñales, le ton général du week-end a rapidement été donné à Jerez. Le meilleur chrono signé dans la matinée par le pilote Yamaha factory était en effet déjà plus rapide de près de trois dixièmes que celui établi en EL1 la semaine dernière.

Toujours le week-end dernier, la chaleur de l'après-midi avait empêché le plateau d'améliorer ses marques lors de la séance d'EL2 de l'après-midi, à la seule exception de Fabio Quartararo. Tous n'ayant pas encore réellement tenté un time-attack, l'intérêt de la séance résidait ainsi, outre dans l'évaluation du comportement des pneus dans des conditions proches de celles de la course, à déterminer si certains se trouvaient en mesure d'abaisser leur référence personnelle et de mieux se positionner au cumul des temps de la journée. Mais avec une piste plus lente de près d'une seconde au tour que dans la matinée du fait des 53°C degrés sur le tarmac annoncés par Michelin (et 33°C dans l'air !), la tâche s'annonçait difficile.

Après s'être hissé en tête avec un 1'38"201 en tout début de séance, Johann Zarco attaquait dans la boucle suivante, améliorant son premier secteur mais finissant à terre dans le virage 6, sans heurt. De retour vers son garage, il observait ainsi Fabio Quartararo se placer aux commandes en 1'38"145, avant une amélioration immédiate en 1'38"132 (à seulement 0"007 de la référence des EL2 de vendredi dernier établie par son équipier Morbidelli).

Lire aussi :

À l'attaque avec un ensemble pneumatique dur-tendre, Joan Mir ne ménageait pas non plus ses efforts lors de son premier relais de huit tours. Évoluant au quatrième rang, il se lançait dans une nouvelle série de tours. Le pilote Suzuki montait alors au second rang.

Réalisant lui aussi l'effort et auteur d'un nouveau meilleur chrono (1'37"889), Pol Espargaró suivait la même trajectoire que Zarco quelques minutes avant lui, littéralement comme au sens figuré, en chutant alors qu'il cherchait à se débarrasser d'un trafic représenté par le Français au ralenti devant lui. Indemne, l'Espagnol ne pouvait cependant ramener sa KTM au garage et se voyait accompagné par les commissaires de piste. Quelques instants plus tard, c'était Iker Lecuona qui finissait à terre et devait laisser sa Tech3 dans les graviers.

Toujours prudent et à la recherche de sensations, Cal Crutchlow se lançait à son tour en piste dans la lourdeur de l'après-midi, alors qu'il a fait ce matin son retour au guidon de la Honda après avoir été opéré mardi d'une fracture du scaphoïde.

Les améliorations successives de Zarco puis Takaaki Nakagami (à deux reprises) en toute fin de séance pour se disputer les commandes du classement ne seront pas battues par le reste du plateau, permettant ainsi au Japonais de se présenter sous un jour intéressant, quatre dixièmes plus rapide que le leader des EL2 du Grand Prix précédent. Au classement combiné du jour, toutefois, Nakagami reste huitième grâce à son chrono du matin.

Les seuls à avoir amélioré leur performance matinale sont Crutchlow et Rins, qui figurent toutefois en bas de classement, ainsi que Zarco, qui passe au 13e rang du classement combiné au détriment de Quartararo, tous deux à plus de huit dixièmes du temps de référence toujours détenu par Viñales. Comme eux, Mir et Petrucci font partie des pilotes figurant hors du top 10 pour le moment, avec une ultime change de s'y inviter lors des EL3, demain matin.

Le top 6 du classement du jour est constitué de trois Yamaha et de trois KTM. La première Ducati est celle de Jack Miller, septième des EL1, alors que cet après-midi la première Desmosedici est neuvième, entre les mains de Francesco Bagnaia.

Lire aussi :

Grand Prix d'Andalousie - EL2

P. Pilote Tours Temps Écart
1 Japan Takaaki Nakagami 21 1'37.715  
2 France Johann Zarco 17 1'37.870 0.155
3 Spain Pol Espargaró 16 1'37.889 0.174
4 Italy Franco Morbidelli 23 1'38.010 0.295
5 Spain Maverick Viñales 24 1'38.107 0.392
6 France Fabio Quartararo 22 1'38.132 0.417
7 Spain Joan Mir 19 1'38.144 0.429
8 Italy Valentino Rossi 23 1'38.292 0.577
9 Italy Pecco Bagnaia 21 1'38.309 0.594
10 Australia Jack Miller 18 1'38.385 0.670
11 South Africa Brad Binder 17 1'38.441 0.726
12 Italy Andrea Dovizioso 20 1'38.442 0.727
13 Italy Danilo Petrucci 19 1'38.543 0.828
14 Spain Tito Rabat 20 1'38.557 0.842
15 Portugal Miguel Oliveira 18 1'38.642 0.927
16 Spain Aleix Espargaró 16 1'38.722 1.007
17 Spain Iker Lecuona 17 1'38.768 1.053
18 Spain Álex Márquez 21 1'38.806 1.091
19 United Kingdom Cal Crutchlow 19 1'38.847 1.132
20 Spain Álex Rins 16 1'39.101 1.386
21 United Kingdom Bradley Smith 22 1'39.476 1.761
22 Spain Marc Márquez 0    

Lire aussi :

partages
commentaires
EL1 - Les Yamaha factory de Viñales et Rossi en tête

Article précédent

EL1 - Les Yamaha factory de Viñales et Rossi en tête

Article suivant

Márquez : un retour qui s'annonce difficile mais qui se tente

Márquez : un retour qui s'annonce difficile mais qui se tente
Charger les commentaires
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021