EL3 - Morbidelli et les deux Français dans un mouchoir de poche !

Franco Morbidelli a signé le meilleur temps des Essais Libres 3 du Grand Prix de République Tchèque, séance déterminante pour l'accession directe à la Q2. Andrea Dovizioso, lui, a manqué le coche.

EL3 - Morbidelli et les deux Français dans un mouchoir de poche !

Le team Petronas a confirmé sa mainmise sur les essais libres de Brno, avec un meilleur temps établi ce matin par Franco Morbidelli. Mais entre l'Italien et son coéquipier, Fabio Quartararo, un candidat surprise est venu s'immiscer. C'était la conclusion d'une séance qui aura été aussi intense qu'attendu, puisqu'elle mettait en jeu les dix premières places de la Q2.

Lire aussi :

Le top 10 du classement combiné constituait la cible de l'ensemble du plateau, alors que la hiérarchie depuis le début du week-end se veut particulièrement serrée. Placé hors de cette zone de sécurité hier, Valentino Rossi y a fait son entrée dès ses premiers tours, en se portant en tête de cette séance matinale avec le premier chrono de 1'56, à trois dixièmes alors de la meilleure performance d'hier établie par Quartararo. Ce fut ensuite au tour de Cal Crutchlow d'entrer dans ce top 10 en améliorant sa performance avec un temps de 1'57"067, encore loin du niveau qui serait nécessaire à la conclusion de ces 45 minutes.

Après l'avoir délaissé hier, Andrea Dovizioso a sorti le pneu soft du placard dès le début de cette séance, commençant à se préparer pour les qualifications. Seulement, le pilote Ducati a roulé au centième près sur des temps comparables à ce qui avait été sa meilleure performance d'hier, en 1'57"6 : ce n'était que l'avertissement de ce qu'allait être cette séance frustrante pour lui.

Deux dixièmes et demi d'écart dans le top 10

Le classement a commencé à fortement s'animer à l'entrée dans les 20 dernières minutes. C'est alors une autre Ducati, celle de Johann Zarco, qui a exploité le pneu soft pour se porter en tête avec un temps de 1'56"631. Dans la foulée, Aleix Espargaró battait lui aussi le chrono de référence de Rossi en 1'56"728. Pol Espargaró s'élançait à son tour, obtenant un chrono de 1'57"003 synonyme de quatrième place provisoire, avant d'améliorer en 1'56"683. Entre-temps, et bien qu'ayant opté pour un pneu arrière medium, Brad Binder avait imité son chef de file en postant un temps de 1'56"730.

Dans la foulée, Joan Mir s'est porté en tête en 1'56"565, à 63 millièmes seulement de la performance réalisée hier par Quartararo, qui résistait toujours. Mais au classement combiné, le top 10 ne tenait désormais plus qu'en trois dixièmes, rendant la qualification toujours plus délicate. Descendu au 13e rang, Crutchlow a porté une attaque qui, à cet instant, l'a certes fait remonter à 0"331 du temps de référence, mais ça ne suffisait pas encore à le faire entrer dans la zone de sécurité, preuve de la complexité de l'exercice.

Lire aussi :

Comme hier, Franco Morbidelli est celui qui a pu aller chercher une amélioration très nette, d'une demi-seconde, lui permettant alors de prendre les commandes : avec un tour bouclé en 1'56"037, il était désormais l'homme le plus rapide du week-end. Dans la foulée, Álex Rins s'est propulsé à la deuxième position, puis Miller a cru sauver sa place à son tour, deux améliorations qui ont fait sortir Binder et Rossi du top 10, alors qu'il restait dix minutes pour sceller le classement. Pour les uns comme pour les autres, tout restait à faire cependant.

Reparti à l'attaque après un long passage par les stands, Dovizioso a enfin amélioré son temps d'hier en entrant pour la première fois, de peu, dans la fenêtre des 1'56, toutefois c'était encore insuffisant : il était 15e au classement combiné à cet instant. Il parviendra à gagner encore deux places mais avec un meilleur temps de 1'56"521 le pilote Ducati n'allait pas parvenir à se qualifier pour la Q2.

Zarco se propulse à la 2e place

À ce stade, Oliveira, Viñales et Quartararo n'avaient tourné qu'en 1'57"0 (le Portugais et l'Espagnol) et 1'57"4 (pour le Français) pendant cette séance et ne conservaient leur place dans le top 10 combiné qu'à la faveur de leur performance d'hier. Mais Quartararo s'est lancé dans les dernières minutes, avec la ferme intention de se mettre définitivement à l'abri. Ce fut chose faite avec un temps de 1'56"353, le plaçant au troisième rang.

Puis Viñales est venu compléter ce qui était alors un quarté Yamaha, sur la feuille des temps de cette séance comme au classement combiné. Une hiérarchie encore très provisoire puisque, très vite, l'Aprilia d'Aleix Espargaró est venue s'immiscer dans ce petit groupe en se portant à la deuxième position. Puis Joan Mir et Pol Espargaró sont remontés à leur tour. Quartararo, pour sa part, a confirmé et s'est rapproché de Morbidelli, à moins d'un dixième désormais.

Nous en étions aux dernières secondes de la séance et Zarco était l'un des deux seuls pilotes à ne pas encore amélioré son temps d'hier. Il y est finalement parvenu in extremis en postant un chrono de 1'56"053 qui l'a placé à seulement 16 millièmes du temps de référence de Franco Morbidelli ! Le pilote Petronas allait rester invaincu et dominer un classement qui ne voit que 0"257 séparer les dix pilotes les plus rapides.

 

Capable d'améliorations successives dans les dernières minutes, Rossi en termine cinquième, entre les frères Espargaró. Mir, Crutchlow et Viñales sont saufs, tout comme Petrucci, qualifié de justesse. En revanche, Rins échoue à la 11e place devant Nakagami et Dovizioso : tous devront en passer par la Q1 cet après-midi, de même que Miller, 15e à ce stade.

Brillant troisième hier, Miguel Oliveira était le seul à la toute fin de la séance à ne pas avoir amélioré son temps. Lancé dans un très bon tour alors qu'il avait rétrogradé dans le classement, le pilote Tech3 est tombé sur les freins, piégé par l'insidieux virage 13. Lui aussi ira en Q1.

Czech Republic GP de République Tchèque - EL3

P. Pilote Moto Tours Temps Écart
1 Italy Franco Morbidelli Yamaha 15 1'56.037  
2 France Johann Zarco Ducati 18 1'56.053 0.016
3 France Fabio Quartararo Yamaha 18 1'56.134 0.097
4 Spain Pol Espargaró KTM 13 1'56.140 0.103
5 Italy Valentino Rossi Yamaha 19 1'56.150 0.113
6 Spain Aleix Espargaró Aprilia 15 1'56.183 0.146
7 Spain Joan Mir Suzuki 15 1'56.261 0.224
8 United Kingdom Cal Crutchlow Honda 16 1'56.263 0.226
9 Spain Maverick Viñales Yamaha 16 1'56.282 0.245
10 Italy Danilo Petrucci Ducati 15 1'56.294 0.257
11 Spain Álex Rins Suzuki 16 1'56.355 0.318
12 Japan Takaaki Nakagami Honda 17 1'56.457 0.420
13 Italy Andrea Dovizioso Ducati 17 1'56.521 0.484
14 Australia Jack Miller Ducati 17 1'56.590 0.553
15 South Africa Brad Binder KTM 15 1'56.730 0.693
16 Spain Tito Rabat Ducati 16 1'57.031 0.994
17 United Kingdom Bradley Smith Aprilia 17 1'57.052 1.015
18 Portugal Miguel Oliveira KTM 14 1'57.071 1.034
19 Spain Álex Márquez Honda 18 1'57.335 1.298
20 Germany Stefan Bradl Honda 16 1'57.509 1.472
21 Spain Iker Lecuona KTM 16 1'57.569 1.532

partages
commentaires
Resurfacer Brno ? "Il faut plusieurs millions d'euros : qui les met ?"
Article précédent

Resurfacer Brno ? "Il faut plusieurs millions d'euros : qui les met ?"

Article suivant

Le niveau de Ducati reste un mystère pour les pilotes factory

Le niveau de Ducati reste un mystère pour les pilotes factory
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021