EL3 - Les Français passent en Q2 ; Rins et Bagnaia n'y parviennent pas

La séance d'EL3 du Grand Prix de France a de nouveau été le théâtre de nombreuses chutes, dont celles de Rossi, Miler et Rins. Fabio Quartararo et Johann Zarco ont assuré leur qualification directe en Q2 en intégrant le top 10.

Charger le lecteur audio

Après des EL1 disputés sur une piste balayée par la pluie et des EL2 sur un asphalte séchant, tout reste à faire pour les pilotes ce matin afin de passer dans le top 10 permettant un accès direct à la Q2. En effet, les EL3 s'annoncent intenses : les conditions de piste matinales proposées sur le circuit du Mans sont fraîches (10°C dans l'air et en piste), mais crucialement sèches : tout demeure donc à faire car les chronos seront sensiblement plus rapides que la veille.

Dès lors, tout le monde le sait : il faut enfourcher la moto avec l'ensemble pneumatique tendre-tendre également prévu pour la course et se lancer sur un time-attack quasi-permanent en piste, quelques minutes après le passage sur celle-ci du plateau Moto3. Sans aucune flaque pour venir contrarier les conditions d'adhérence mais avec encore quelques degrés manquant pour optimiser le comportement du flanc gauche du pneu (dont l'usage recommandé par Michelin est de 12°C), les pilotes espèrent aussi collecter autant d'informations que possible sur ce qui pourrait être requis pour la course en termes de réglages et de gestion des pneumatiques.

L'ensemble du plateau se lance à l'assaut des cinq gauches et neuf droits du circuit Bugatti dès le début du compte à rebours de 45 minutes. Après seulement cinq minutes, Rins est vu à terre, sa Suzuki immobilisée dans les graviers : l'Espagnol, sain et sauf, se trouve contraint de regagner son box aussi vite que possible pour enfourcher sa seconde monture. Dans le même temps, Fabio Quartararo établit le meilleur temps cumulé des EL en signant un 1'33''779, battu de quelques centièmes par Pol Espargaró quelques instants plus tard, avant de se replacer aux commandes avec un 1'33''301 bien plus significatif devant son équipier Morbidelli et la Yamaha d'usine de Viñales. Victime d'une chute dans le virage 3, Alex Márquez est à son tour bon pour un retour aux stands pour enfourcher sa seconde Honda.

Lire aussi :

Après 15 minutes de séance, les températures de piste sont montées à 17°C : suffisant, selon Michelin, pour envisager l'utilisation du pneu medium. Néanmoins, les pilotes disposent désormais d'un stock de tendres suffisant pour tout le reste du week-end, après avoir pu économiser de nombreux trains hier avec les conditions humides. Par ailleurs, si le mercure doit un peu monter cet après-midi pour les qualifications, les prévisions font état d'un dimanche après-midi sec mais nuageux (et donc plus frais que ce samedi), imposant de nouveau l'utilisation des tendres en course : aucune raison, donc, d'aller perdre du temps en piste à évaluer le medium.

Tour après tour, Quartararo continue à faire tomber la référence et fait tomber celle-ci de quelques centièmes à chaque passage. Le voici désormais proche d'être le premier à passer une marque sous les 1'33''. Une barre franchie en 1'32''974, à 26 minutes du terme de la séance, tandis que Dovizioso s'en approche lui aussi.

Reconnaissance effectuée, place au time-attack !

Chaussé de deux tendres neufs, Joan Mir se lance à l'assaut d'un time-attack. Une fois les températures montées dans ses pneumatiques, le pilote Suzuki, devenu adversaire sérieux de Quartararo dans la lutte pour le titre signe tout d'abord un sixième chrono dans son second tour lancé, puis le second chrono dans le suivant alors que Morbidelli s'empare des commandes (1'33''839).

C'est bel et bien l'attaque de toutes parts dans les 15 dernières minutes. Comme l'avait annoncé Zarco la veille, seul un temps dans la partie basse des 1'32 semble pouvoir donner une certaine sérénité quant au fait de garantir une place dans le top 10. 1'32''509 devient la référence établie par Quartararo à 12 minutes du terme.

La préparation de Viñales a vu l'Espagnol passer 25 tours sur ses pneus tendres chaussés en début de séance. C'est dans les 10 dernières minutes, alors qu'il pointe 9e au terme de ce long relais, que le pilote Yamaha factory prévoit d'en découdre réellement. Le voici qui s'octroie un quatrième temps alors que Miller (alors 2e) et Rossi (alors 3e) perdent tout deux successivement leur monture en deux points différents du circuit. Le spectaculaire highside de l'Australien ne lui vaut aucune blessure et lui permettra de regarder sur les écrans la chute de Mir à l'abord du virage 3. Le drapeau jaune apparu pendant une période prolongée en conséquence de ces chutes ne permet pas d'amélioration avant la toute dernière minute.

La chute de Mir lui coûte sa place dans le top 10 consécutivement aux l'améliorations de Binder et de Zarco. Dixième, Dovizioso, passe proche de la correction à la faveur des drapeaux jaunes provoqués par la chute de Bradl, neutralisant plusieurs pilotes dans les derniers instants.

Cet après-midi, Binder, Mir, Petrucci, Rins, Bagnaia, Rabat, Alex Márquez, Nakagami, Aleix Espargaró, Lecuona, Bradl et Smith se retrouveront tous en Q1 pour espérer s'octroyer l'un des deux tickets permettant de se battre pour les positions des quatre premières lignes de la grille de départ, en Q2.

France Grand Prix de France - Essais Libres 3

P. Pilote Moto Tours Temps Écart
1 France Fabio Quartararo Yamaha 21 1'32.319  
2 Portugal Miguel Oliveira KTM 21 1'32.449 0.130
3 Italy Franco Morbidelli Yamaha 22 1'32.476 0.157
4 Australia Jack Miller Ducati 16 1'32.503 0.184
5 United Kingdom Cal Crutchlow Honda 21 1'32.558 0.239
6 France Johann Zarco Ducati 23 1'32.631 0.312
7 Italy Valentino Rossi Yamaha 21 1'32.640 0.321
8 Spain Maverick Viñales Yamaha 22 1'32.648 0.329
9 Spain Pol Espargaró KTM 19 1'32.660 0.341
10 Italy Andrea Dovizioso Ducati 22 1'32.686 0.367
11 South Africa Brad Binder KTM 21 1'32.739 0.420
12 Spain Joan Mir Suzuki 19 1'32.792 0.473
13 Spain Álex Rins Suzuki 18 1'33.204 0.885
14 Italy Pecco Bagnaia Ducati 20 1'33.290 0.971
15 Spain Tito Rabat Ducati 25 1'33.293 0.974
16 Italy Danilo Petrucci Ducati 21 1'33.297 0.978
17 Spain Álex Márquez Honda 21 1'33.376 1.057
18 Spain Aleix Espargaró Aprilia 21 1'33.470 1.151
19 Japan Takaaki Nakagami Honda 20 1'33.482 1.163
20 Spain Iker Lecuona KTM 22 1'33.499 1.180
21 Germany Stefan Bradl Honda 22 1'33.686 1.367
22 United Kingdom Bradley Smith Aprilia 17 1'33.757 1.438

partages
commentaires
Zarco aimerait que les conditions restent humides
Article précédent

Zarco aimerait que les conditions restent humides

Article suivant

Un virage "dangereux" de Portimão inquiète les pilotes

Un virage "dangereux" de Portimão inquiète les pilotes
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021