Présentations MotoGP 2017
Dossier

Présentations MotoGP 2017

"Encore 20% à gagner" avec la KTM RC16, d'après Bradley Smith

partages
commentaires
Par : Léna Buffa
21 févr. 2017 à 19:15

À un mois du coup d'envoi du championnat qui le voit propulsé au rang de pilote factory, Bradley Smith se montre des plus enthousiastes face au travail abattu et encore en cours chez KTM.

Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro, Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing à la télévision autrichienne
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
La moto de Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing, et Tom Jojic
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing

Arrivé chez KTM en novembre dernier pour en devenir pilote officiel, Bradley Smith reconnaît que le constructeur autrichien relève un défi de taille en s'attaquant à des marques implantées de longue date dans les Grands Prix, et ce à une période des plus concurrentielles.

"Cette saison semble être l'une des plus compétitives que j'aie jamais vues. Il y a d'excellentes motos en piste, Michelin conçoit des pneus toujours meilleurs et ce ne sera pas facile pour nous", pressent l'Anglais dans une interview accordée à Motorsport.com.

"Nous arrivons dans ce qui est probablement l'une des périodes les plus difficiles en MotoGP", poursuit-il. "Mais on est déjà dans le coup, on n'est pas lâché par ces gars. À Sepang, j'étais à 1"9 et à Phillip Island à 1"4. Sur la distance de course et selon le tracé, je dirais qu'on est en moyenne à deux secondes. On peut en être fier, surtout qu'on [KTM] n'avait jamais vu ces pistes auparavant. Faire cela d'emblée en arrivant, c'est génial. On va continuer à travailler et on espère réduire ce retard au fur et à mesure de la saison."

Malgré le vaste programme qui l'attend pour mener la RC16 au niveau espéré et lui permettre de batailler contre les machines les plus expérimentées du plateau, Bradley Smith se dit d'ores et déjà admiratif de la capacité de travail et de l'investissement du constructeur autrichien, qui a su poser de solides bases à son programme MotoGP.

À l'instar de son coéquipier Pol Espargaró, l'Anglais loue la contribution des pilotes essayeurs, sachant que la RC16 était testée depuis un an lorsqu'il l'a menée pour la première fois en piste. "Quand on a mis les mains dessus, un gros travail avait déjà été abattu", souligne Smith. "Disons qu'elle était déjà à 70%. Maintenant, après le temps que l'on a passé sur la moto, on l'a menée à peut-être 80%, et il nous reste encore 20% à gagner."

Aucune peur face à l'expérience des autres

Le pilote au numéro 38 a participé à quatre séances à ce jour - contre trois pour Espargaró, lequel n'avait pas été autorisé à rouler à Jerez en novembre. "Je suis très content du niveau déjà atteint, étant donné le peu de temps que l'on a avec ces motos", assure-t-il. "KTM a fait un travail fantastique, on a un formidable groupe d'ingénieurs et de personnes motivées autour de nous. On a 35 personnes dans le team de course et tous redoublent d'efforts pour mener cette moto le plus tôt possible aux avant-postes, car c'est notre ambition."

"Ils comprennent qu'il y a 15 ans d'expérience derrière tous les autres constructeurs, mais cela ne fait peur à personne. C'est plus quelque chose comme 'OK, ça veut juste dire qu'on doit travailler plus dur et en faire plus'. D'après ce que j'ai vu jusqu'à présent sur ces premiers tests, c'est très positif et c'est génial d'en faire partie."

Les deux anciens pilotes du team Tech3 suivent un programme d'essais intense, dont la séance de Sepang a été emblématique, avec les différents châssis qu'il leur était proposé de tester. "C'est très important pour faire du bon boulot, pour digérer toutes les informations et apporter vraiment un bon feedback aux ingénieurs", pointe Smith. "Il faut être hyper sûr de ce que l'on fait et je le suis, je crois que je ressens bien ce dont a besoin une moto et je suis très clair quant à ce qui est meilleur ou moins bon. Mais Pol fait la même chose lui aussi."

"Pour le moment, on a tous les deux suivi une direction très similaire avec le châssis, le bras oscillant et même les réglages de la moto. Il est clair que les directions vers lesquelles nous oriente KTM sont les bonnes et nous avons suffisamment d'analyses de la part du team pour être sûrs que ce que l'on dit est juste. Ce que l'on ressent en piste n'est pas toujours ce qui se voit sur les datas, mais jusqu'à présent ça a bien correspondu, c'est donc un vrai point fort pour nous."

Un choix de châssis assumé

Il est en tout cas un choix qui est arrêté, c'est celui d'un châssis tubulaire en acier, une solution singulière aujourd'hui sur la grille MotoGP, mais qui fait partie de l'identité de KTM. "J'aime la confiance qu'ils ont en eux-mêmes et le fait qu'ils croient en eux. Cela signifie qu'ils croient en ce qu'ils font", constate Bradley Smith.

"Franchement, ils l'ont fait fonctionner dans les autres championnats auxquels ils ont participé. Ils l'ont fait fonctionner avec Brad [Binder] l'année dernière en Moto3 – quelle domination durant la saison avec le châssis en acier ! Ils l'ont fait fonctionner en motocross et supercross, donc ils connaissent leur sujet. Ils le feront fonctionner en MotoGP également. Franchement, le châssis est actuellement un très gros point fort de cette moto et on ne va cesser de le développer et de l'améliorer encore et encore", promet le pilote anglais.

Interview Toni Börner

Article suivant
Progrès de dernière minute pour Loris Baz après des essais compliqués

Article précédent

Progrès de dernière minute pour Loris Baz après des essais compliqués

Article suivant

L'équipe Pramac déplore un manque de stabilité de ses machines

L'équipe Pramac déplore un manque de stabilité de ses machines
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement Présentation KTM
Catégorie Présentation
Pilotes Bradley Smith
Équipes Red Bull KTM Factory Racing
Auteur Léna Buffa
Type d'article Interview