Ezpeleta nie toute enquête de Honda contre les médecins du MotoGP

Carmelo Ezpeleta nie fermement avoir dû jouer les médiateurs entre Marc Márquez et Honda d'un côté et les médecins du MotoGP de l'autre, alors que la date de retour du champion espagnol reste floue, plus de six mois après sa chute.

Ezpeleta nie toute enquête de Honda contre les médecins du MotoGP

L'incertitude qui plane toujours sur la capacité de Marc Márquez à reprendre la compétition lorsque la saison MotoGP sera lancée le mois prochain alimente autant de spéculations que de critiques. Le championnat tout entier s'interroge sur l'état du pilote espagnol, que l'on n'a plus vu en piste depuis le mois de juillet et qui a dû se soumettre à une troisième intervention sur son bras fracturé début décembre. Mais les lourdes conséquences de sa blessure et de son premier retour précipité font également couler beaucoup d'encre.

On se souvient en effet d'un Márquez enchaînant les pompes au lendemain de son opération, puis revenu deux jours plus tard sur le circuit de Jerez où le même exercice faisait partie du contrôle médical auquel il lui était obligatoire de se soumettre pour pouvoir reprendre la piste. Le Dr Ángel Charte, médecin en chef du MotoGP, et Giancarlo di Filippo, directeur médical du MotoGP, avaient beau s'en étonner, le pilote avait pu exécuter parfaitement les exercices qui lui étaient demandés.

Quatre jours après l'intervention, c'est donc avec la bénédiction des médecins officiels du championnat qu'il enfourchait à nouveau sa RC213V pour participer aux essais libres du GP d'Andalousie − après avoir déjà testé ses sensations chez lui, sur une de ses motos personnelles à l'arrêt. Il allait finir par renoncer, face au manque de force et à la douleur, mais les conséquences de cette "accumulation de stress" imposée à son bras si fraîchement blessé ont vite interrogé lorsque la plaque qui fixait sa fracture a cassé quelques jours plus tard. L'incident, survenu dans un geste banal de la vie quotidienne, avait provoqué la sidération de Honda et du pilote, dès lors contraint à une convalescence beaucoup plus longue qu'imaginé.

Très vite, Alberto Puig avait partagé son étonnement. "Les médecins ne nous ont jamais informés que la plaque pourrait casser. Si nous avions eu cette information, nous ne serions probablement pas allés à Jerez", avait fait savoir le team manager Repsol Honda, tout en cherchant à éviter les accusations. "Je pense que même les médecins sont surpris", soulignait-il. "Tout le monde a fait de son mieux, tout a été fait de la meilleure façon possible et ça ne s'est pas bien passé, mais ce n'est pas une raison pour commencer maintenant à créer de la polémique."

Marc Márquez, quant à lui, assurait encore en août continuer à faire confiance au Dr Xavier Mir, qui l'avait opéré, mais regrettait tout de même de voir sa saison gâchée alors qu'il avait suivi les limites qui lui étaient posées. "Après la première opération, nous avons suivi les recommandations des médecins qui m'ont donné la tranquillité d'esprit pour monter sur la moto et vivre une vie normale : ils nous ont dit que la plaque ne céderait pas, et ils avaient tort", pointait-il. Début décembre, c'est en tout cas à Madrid et non plus à Barcelone que le Catalan subissait une troisième intervention, lourde, pour tenter de venir à bout de sa blessure.

Lire aussi :

Entre choix personnel d'un pilote souhaitant revenir le plus tôt possible et autorisations potentiellement trop laxistes des médecins, difficile d'échapper à la recherche d'un responsable. Car les conséquences de cette blessure, déjà lourdes sur le moment, n'ont eu de cesse de s'amplifier au gré d'une convalescence particulièrement "plus lente que prévu" et incertaine. L'investissement conséquent réalisé par Honda pour signer avec Marc Márquez une prolongation de contrat d'une durée exceptionnelle de quatre ans (2021-2024) rend l'absence du champion espagnol d'autant plus douloureuse. Et les résultats obtenus en 2020, historiquement faibles, n'aident aucunement à faire passer la pilule.

Cependant, face au prétendu conflit qui opposerait le pilote et Honda aux médecins officiels du championnat et dont se fait écho la presse espagnole, Carmelo Ezpeleta répond avec fermeté dans le journal AS. "Cette histoire d'enquête de Honda est une fake news et un mensonge", assure le PDG de la Dorna, démentant les rumeurs : "Je n'ai absolument pas eu à jouer les médiateurs entre les médecins, Márquez et Honda. C'est faux, c'est un mensonge. J'ai parlé à ceux à qui je dois parler chez Honda et il n'y a absolument rien de ce que dit la presse, absolument rien. Je ne pourrais pas le dire plus clairement. Il n'y a pas du tout d'enquête."

Toujours proche des pilotes, le responsable espagnol se veut confiant et exhorte Marc Márquez à se concentrer exclusivement sur sa guérison. "Marc doit faire ce qui lui convient et ne se préoccuper de rien. Bien sûr, il est important que Marc soit là, mais je ne veux lui mettre aucune pression. Je lui parle régulièrement et je le trouve bien, fort. Il se concentre sur le fait de récupérer autant qu'il le peut et pas en fonction du calendrier."

Le calendrier se fait toutefois pressant. À un mois des premiers essais de pré-saison et sept semaines du premier Grand Prix, on ignore toujours si le pilote au #93 sera en mesure de reprendre la piste avec ses adversaires. Le premier rendez-vous officiel fixé dans son année est la présentation de son équipe, le 22 février, moment où il apparaitra pour la première fois aux côtés de son nouveau coéquipier, Pol Espargaró.

Lire aussi :

partages
commentaires

Voir aussi :

Présentations MotoGP 2021 : les dates à retenir
Article précédent

Présentations MotoGP 2021 : les dates à retenir

Article suivant

Honda confirme son engagement en MotoGP jusqu'en 2026

Honda confirme son engagement en MotoGP jusqu'en 2026
Charger les commentaires
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021