MotoGP
25 mars
Prochain événement dans
27 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
35 jours
16 avr.
Prochain événement dans
49 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
62 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
90 jours
03 juin
Prochain événement dans
97 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
111 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
118 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
132 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
167 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
181 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
195 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
202 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
216 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
223 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
237 jours
28 oct.
Prochain événement dans
244 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
258 jours

Ezpeleta nie toute enquête de Honda contre les médecins du MotoGP

Carmelo Ezpeleta nie fermement avoir dû jouer les médiateurs entre Marc Márquez et Honda d'un côté et les médecins du MotoGP de l'autre, alors que la date de retour du champion espagnol reste floue, plus de six mois après sa chute.

partages
commentaires
Ezpeleta nie toute enquête de Honda contre les médecins du MotoGP

L'incertitude qui plane toujours sur la capacité de Marc Márquez à reprendre la compétition lorsque la saison MotoGP sera lancée le mois prochain alimente autant de spéculations que de critiques. Le championnat tout entier s'interroge sur l'état du pilote espagnol, que l'on n'a plus vu en piste depuis le mois de juillet et qui a dû se soumettre à une troisième intervention sur son bras fracturé début décembre. Mais les lourdes conséquences de sa blessure et de son premier retour précipité font également couler beaucoup d'encre.

On se souvient en effet d'un Márquez enchaînant les pompes au lendemain de son opération, puis revenu deux jours plus tard sur le circuit de Jerez où le même exercice faisait partie du contrôle médical auquel il lui était obligatoire de se soumettre pour pouvoir reprendre la piste. Le Dr Ángel Charte, médecin en chef du MotoGP, et Giancarlo di Filippo, directeur médical du MotoGP, avaient beau s'en étonner, le pilote avait pu exécuter parfaitement les exercices qui lui étaient demandés.

Quatre jours après l'intervention, c'est donc avec la bénédiction des médecins officiels du championnat qu'il enfourchait à nouveau sa RC213V pour participer aux essais libres du GP d'Andalousie − après avoir déjà testé ses sensations chez lui, sur une de ses motos personnelles à l'arrêt. Il allait finir par renoncer, face au manque de force et à la douleur, mais les conséquences de cette "accumulation de stress" imposée à son bras si fraîchement blessé ont vite interrogé lorsque la plaque qui fixait sa fracture a cassé quelques jours plus tard. L'incident, survenu dans un geste banal de la vie quotidienne, avait provoqué la sidération de Honda et du pilote, dès lors contraint à une convalescence beaucoup plus longue qu'imaginé.

Très vite, Alberto Puig avait partagé son étonnement. "Les médecins ne nous ont jamais informés que la plaque pourrait casser. Si nous avions eu cette information, nous ne serions probablement pas allés à Jerez", avait fait savoir le team manager Repsol Honda, tout en cherchant à éviter les accusations. "Je pense que même les médecins sont surpris", soulignait-il. "Tout le monde a fait de son mieux, tout a été fait de la meilleure façon possible et ça ne s'est pas bien passé, mais ce n'est pas une raison pour commencer maintenant à créer de la polémique."

Marc Márquez, quant à lui, assurait encore en août continuer à faire confiance au Dr Xavier Mir, qui l'avait opéré, mais regrettait tout de même de voir sa saison gâchée alors qu'il avait suivi les limites qui lui étaient posées. "Après la première opération, nous avons suivi les recommandations des médecins qui m'ont donné la tranquillité d'esprit pour monter sur la moto et vivre une vie normale : ils nous ont dit que la plaque ne céderait pas, et ils avaient tort", pointait-il. Début décembre, c'est en tout cas à Madrid et non plus à Barcelone que le Catalan subissait une troisième intervention, lourde, pour tenter de venir à bout de sa blessure.

Lire aussi :

Entre choix personnel d'un pilote souhaitant revenir le plus tôt possible et autorisations potentiellement trop laxistes des médecins, difficile d'échapper à la recherche d'un responsable. Car les conséquences de cette blessure, déjà lourdes sur le moment, n'ont eu de cesse de s'amplifier au gré d'une convalescence particulièrement "plus lente que prévu" et incertaine. L'investissement conséquent réalisé par Honda pour signer avec Marc Márquez une prolongation de contrat d'une durée exceptionnelle de quatre ans (2021-2024) rend l'absence du champion espagnol d'autant plus douloureuse. Et les résultats obtenus en 2020, historiquement faibles, n'aident aucunement à faire passer la pilule.

Cependant, face au prétendu conflit qui opposerait le pilote et Honda aux médecins officiels du championnat et dont se fait écho la presse espagnole, Carmelo Ezpeleta répond avec fermeté dans le journal AS. "Cette histoire d'enquête de Honda est une fake news et un mensonge", assure le PDG de la Dorna, démentant les rumeurs : "Je n'ai absolument pas eu à jouer les médiateurs entre les médecins, Márquez et Honda. C'est faux, c'est un mensonge. J'ai parlé à ceux à qui je dois parler chez Honda et il n'y a absolument rien de ce que dit la presse, absolument rien. Je ne pourrais pas le dire plus clairement. Il n'y a pas du tout d'enquête."

Toujours proche des pilotes, le responsable espagnol se veut confiant et exhorte Marc Márquez à se concentrer exclusivement sur sa guérison. "Marc doit faire ce qui lui convient et ne se préoccuper de rien. Bien sûr, il est important que Marc soit là, mais je ne veux lui mettre aucune pression. Je lui parle régulièrement et je le trouve bien, fort. Il se concentre sur le fait de récupérer autant qu'il le peut et pas en fonction du calendrier."

Le calendrier se fait toutefois pressant. À un mois des premiers essais de pré-saison et sept semaines du premier Grand Prix, on ignore toujours si le pilote au #93 sera en mesure de reprendre la piste avec ses adversaires. Le premier rendez-vous officiel fixé dans son année est la présentation de son équipe, le 22 février, moment où il apparaitra pour la première fois aux côtés de son nouveau coéquipier, Pol Espargaró.

Lire aussi :

Voir aussi :

Présentations MotoGP 2021 : les dates à retenir

Article précédent

Présentations MotoGP 2021 : les dates à retenir

Article suivant

Honda confirme son engagement en MotoGP jusqu'en 2026

Honda confirme son engagement en MotoGP jusqu'en 2026
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Marc Márquez
Équipes Repsol Honda Team
Auteur Léna Buffa
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020
L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence Prime

L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence

Que Marc Márquez décide ou pas de subir une troisième opération pour soigner son bras droit, sa tentative de reprendre la piste à Jerez – quatre jours après la première intervention – restera l'une des pires décisions de l'histoire du MotoGP. Le pilote espagnol pourrait encore en payer les conséquences en 2021.

MotoGP
27 nov. 2020