Espargaró : "J'applaudis des deux mains ce qu'a fait Valentino"

Le pilote Aprilia, auteur de sa meilleure qualification de l'année au Mans dans des conditions difficiles, reconnaît admirer la démarche de Valentino Rossi d'avoir chaussé les slicks.

Espargaró : "J'applaudis des deux mains ce qu'a fait Valentino"

On ne sait pas si Aleix Espargaró est de nature pessimiste, mais ce qui est sûr c'est que son résultat en qualifications est venu démentir ses craintes sur l'absence d'osmose entre le Circuit Bugatti du Mans et son Aprilia RS-GP. En effet, l'Espagnol a su se jouer des éléments samedi après-midi pour obtenir sa meilleure place sur la grille depuis le début de la saison : la neuvième.

Un classement qui tranche radicalement avec celui qui était le sien à Jerez (il était 16e sur la grille), et qui devrait lui permettre d'entrevoir avec plus d'optimisme la course prévue demain. "Si nous regardons juste la position, c'est plus que bien", s'est-il réjoui lors de son point presse. "La troisième ligne va me rendre la vie plus facile. Je suis confiant dans le fait que, si nous avons une course sèche, nous pourrons de nouveau viser le top 10."

Voir aussi :

Des premiers tours décisifs

Pour le numéro 41, comme pour beaucoup de ses pairs, tout s'est joué dans les premiers instants de la Q2. "Il y avait moins de pluie, la piste n'était pas vraiment mouillée à ce moment-là", se souvient-t-il. "Mais il s'est mis ensuite à pleuvoir plus fort. Donc j'ai pris tous les risques lors de mon premier chrono et puis c'est tout. Tout s'est joué sur le premier tour. Je suis revenu au garage pour mettre de nouveaux pneus, mais il n'y avait rien à faire. Je patinais, je perdais l'avant, et avec tout cela j'étais un dixième plus lent. Heureusement, nous avons pris la bonne décision, en prenant ensuite la piste avec les pneus pluie, avec une gomme usée à l'arrière, car nous ne voulions pas perdre de temps, et c'était un bon choix."

L'Espagnol est en revanche plus sceptique si la météo vient de nouveau jouer des siennes dimanche après-midi. Le pilote Aprilia déplore en effet un manque de grip d'autant plus important sur le mouillé, et ne se voit pas reproduire sur toute la durée d'une course les prises de risques dont il a été l'auteur lors de la Q2. "Je ne suis pas vraiment sûr s'il pleut", avance-t-il. "Je ne me sens pas très bien, je sens un gros manque de grip, c'est très difficile d'accélérer sans risque. J'ai pris beaucoup de risques en qualifications pour faire mes temps au tour, et je ne ressens aucun soutien de l'arrière à chaque fois que j'accélère comme sur le sec. Nous devons progresser, mais les choses sont ce qu'elles sont, et nous ne pouvons pas progresser d'ici [dimanche], donc nous prions pour avoir une course sur le sec", avouait-il samedi.

Lire aussi :

"C'était de la glace. C'était impossible d'avoir un feeling entre les pneus et le tarmac. Pour moi c'était une combinaison, quand il n'y a qu'une légère pluie, le grip est encore moins bon que quand il pleut vraiment, sans compter les 15°C de température de l'asphalte. C'étaient les pires conditions pour les pneus, pour les pilotes", décrit-il. "Avec la transition au moment de transférer le poids sur l'avant au freinage, il fallait être très prudent, car dans le cas contraire on perdait l'avant. Dans mon cas, je n'ai pas senti en plus le moindre soutien du traction control à l'arrière, donc c'était très difficile."

Dans ces conditions, on peut comprendre l'admiration de l'Espagnol pour le courage de Valentino Rossi, qui par deux fois samedi après-midi a chaussé les pneus slicks dans des conditions pour le moins aventureuses. "J'applaudis des deux mains ce qu'a fait Valentino", a tenu à déclarer Espargaró. "Il y avait moins d'eau sur la piste en Q1, mais ce qu'il a fait est juste fantastique, car il ne s'agit pas juste de mettre les pneus slicks, il faut ensuite faire le temps au tour. C'était très dangereux. Ce n'est pas une question d'avoir de l'eau en piste ou non, mais c'était la température de 15°C, cela a rendu les choses très difficiles à contrôler."

Espargaró entend maintenant convertir ses bonnes dispositions des qualifications en résultats concrets en course. La tâche ne sera pas aisée, non seulement compte tenu des conditions météo versatiles ce week-end dans la Sarthe, mais aussi du profil du circuit du Mans, tout en freinages et en accélérations, deux domaines dans lesquels la RS-GP souffre selon ses pilotes.

Le top 5 de la Q2

P. Pilote Moto Tours Temps Écart
1 Spain Marc Márquez Honda 8 1'40.952  
2 Italy Danilo Petrucci Ducati 7 1'41.312 0.360
3 Australia Jack Miller Ducati 5 1'41.366 0.414
4 Italy Andrea Dovizioso Ducati 8 1'41.552 0.600
5 Italy Valentino Rossi Yamaha 8 1'41.655 0.703

partages
commentaires
Trois pilotes Ducati pour jouer la victoire ? "Positif", selon Dovizioso

Article précédent

Trois pilotes Ducati pour jouer la victoire ? "Positif", selon Dovizioso

Article suivant

Warm-up - Quartararo annonce la couleur avant la course

Warm-up - Quartararo annonce la couleur avant la course
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021