Pour Espargaró, Aprilia va devoir beaucoup travailler cet hiver

partages
commentaires
Pour Espargaró, Aprilia va devoir beaucoup travailler cet hiver
Par : Willy Zinck
26 nov. 2018 à 16:25

L'Espagnol n'a pas été satisfait par le nouveau châssis que lui a proposé Aprilia lors des essais à Valence, et attend d'autres avancées durant les futurs essais hivernaux.

Johann Zarco, Red Bull KTM Factory Racing, Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
La moto d'Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini

Du côté d'Aprilia, les deux journées d'essais qui se sont déroulées à Valence la semaine dernière n'auront été qu'un prolongement des premiers développements entrepris dès la tournée outre-mer sur la future RS-GP. Accablé par des problèmes moteurs, que ce soit en termes de puissance ou de fiabilité, Aleix Espargaró a de nouveau insisté sur l'importance d'obtenir un bloc propulseur doté d'un meilleur rendement pour 2019.

Et si les dernières spécifications étrennées ont été de bon aloi, certains points noirs persistent encore et toujours, telle que la bonne transmission de la puissance au sol. "La connexion avec les gaz est meilleure, et cela nous rend la vie bien plus facile", reconnaît-il dans un premier temps, avant de pointer du doigt les faiblesses du moteur. "De façon générale, nous devons progresser au niveau de la puissance, mais nous devons être aussi capables de l'utiliser, car pour le moment nous sommes très limités par le wheelie."

Lire aussi :

Du wheelie sur l'avant donc, mais également des lacunes au niveau du frein moteur, déjà soulignées par l'Espagnol en fin de saison, et qui entraînent souvent des blocages au niveau de la roue arrière. "Il est très important que nous travaillions sur le frein moteur, car nous n'arrivons pas à stopper la moto comme je le souhaite", poursuit-il. "Cette année, à chaque fois que nous avons accru le frein moteur nous avons bloqué la roue arrière et avons été proches de la limite. J'espère que l'an prochain les ingénieurs vont réussir à mettre plus de poids sur l'arrière, mais aussi à jouer sur l'électronique pour améliorer le frein moteur."

Un nouveau châssis contre-productif

Si le moteur demeure l'un des principaux sujets d'inquiétude au sein de l'équipe italienne, cette dernière a surtout mis à profit les essais de Valence pour œuvrer à l'amélioration du châssis, avec une toute nouvelle spécification de celui-ci à disposition.

Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il n'a pas convaincu le numéro 41. "J'ai essayé le nouveau châssis, et ce n'était pas génial, il ne m'a pas vraiment convaincu, mais nous allons continuer à travailler dessus à Jerez", tranche Espargaró. "Nous continuons à travailler sur différentes spécifications du moteur que j'ai essayées [mardi], et c'est légèrement mieux donc nous allons continuer à plancher dessus."

Vidéo :

Comme l'ont montré les débuts de Johann Zarco chez KTM, modestes en termes de chronos, et à l'inverse ceux de Franco Morbidelli avec le SIC Yamaha Petronas, la moto compte pour une bonne part dans la performance globale d'un pilote. Espargaró le sait, et compte donc bien travailler d'arrache-pied durant l'intersaison pour faire progresser l'Aprilia, conjointement avec son nouvel équipier, Andrea Iannone, ainsi que Bradley Smith, qui a rejoint l'équipe d'essais de Noale nouvellement formée.

"Nous devons faire progresser la moto. C'est clair", insiste-t-il. "Avec le passage de Johann [Zarco] de Yamaha à KTM, et à l'inverse de Morbidelli de Honda à Yamaha, nous voyons l'importance de la moto. Mais pour faire progresser une moto, il faut progresser dans tous les domaines. Nous avons beaucoup de travail devant nous cet hiver."

Article suivant
Morbidelli : La Yamaha donne "l'impression de rouler dans du beurre"

Article précédent

Morbidelli : La Yamaha donne "l'impression de rouler dans du beurre"

Article suivant

Ne pas reproduire les erreurs de 2017, la finalité pour Suzuki

Ne pas reproduire les erreurs de 2017, la finalité pour Suzuki
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement Test Valence
Catégorie Mercredi
Lieu Valencia
Pilotes Aleix Espargaró
Équipes Gresini Racing
Auteur Willy Zinck