Espargaró place Aprilia en 1re ligne, entre fierté et ambition

Pour Aleix Espargaró, il n'est pas si surprenant de voir Aprilia en première ligne du Grand Prix d'Allemagne. Il s'agit toutefois d'un résultat historique pour la marque et le pilote espagnol se prend à rêver d'une course où "tout peut arriver".

Espargaró place Aprilia en 1re ligne, entre fierté et ambition

Pour la première fois depuis la création du MotoGP, Aprilia prendra place dimanche sur la première ligne de la grille de départ, à l'occasion d'un Grand Prix d'Allemagne qui s'annonce très ouvert. Leader du programme de Noale, Aleix Espargaró a souvent frôlé les récompenses depuis le début de la saison et il était bel et bien au rendez-vous ce samedi pour saisir sa chance lors des qualifications. La suite ? Il s'agira pour lui de s'accrocher au bon wagon et, qui sait, une autre surprise nous attend peut-être au terme de la course...

Lire aussi :

Aleix, te voici en première ligne pour la première fois depuis Assen 2015 et c'est aussi une première pour Aprilia depuis Phillip Island en 2000 ! La course est bien sûr le moment le plus important, mais ce doit déjà être une grande motivation pour toi et ton équipe.

Oui. Ce ne sont que des qualifs, il n'y avait pas de points à marquer aujourd'hui, mais finir dans le parc fermé et voir tout les gens d'Aprilia et tout mon team avec le sourire, ça me rend très fier. C'est le plus important aujourd'hui. Au final, partir de la troisième place ou de la quatrième, la cinquième ou la sixième, ça ne fait pas une grande différence, même si c'est important ici car le Sachsenring n'est pas un circuit sur lequel il est facile de dépasser, mais offrir un beau moment à tout mon team me rend très heureux. Je pense qu'on montre à tout le monde que l'Aprilia devient une moto sérieuse, quelle progresse, qu'elle se rapproche des meilleurs sur tous les circuits, alors je suis content. Demain ce sera sûrement un peu plus facile de partir de la première ligne.

 

La course fera 30 tours, elle sera longue, mais c'est important de partir de la première ligne car il n'est pas facile de dépasser ici. Quelles sont tes attentes ?

Depuis hier, je dis que je me sens bien ici. Normalement, c'est un circuit sur lequel l'Aprilia est assez compétitive. Ce n'est pas un circuit très exigeant pour le moteur et la RS-GP21 a une très bonne stabilité, alors je sens que je suis compétitif, dans la première partie de la piste en particulier. On ne sait jamais ce qui peut se passer car avec l'égalité qu'il y a actuellement en MotoGP, tout peut arriver le dimanche. À Barcelone, par exemple, on a vu que Fabio [Quartararo] avait un super rythme et je pensais qu'il allait réussir à gagner avec dix secondes d'avance, mais ça n'est pas facile de tout assembler en course. Et puis les températures sont très élevées, donc les pneus vont souffrir demain. Ce sera clairement beaucoup mieux en partant de la troisième place sur la grille, et je vais essayer de suivre le groupe du podium jusqu'au bout. Et ensuite on verra s'il me reste assez de gomme pour me battre pour le podium à la fin.

À quel point ce résultat est un marqueur des progrès accomplis par Aprilia ?

Bien sûr, je suis très content d’être en première ligne aujourd'hui, mais ce qu'il y a de bien c’est que ça n'est pas une énorme surprise − en tout cas, c'est comme ça que je le ressens − car on était déjà très proches sur les courses précédentes, sur de nombreux circuits on n'était pas loin des pilotes les plus rapides le dimanche. L'équilibre et la compétitivité de cette nouvelle moto sont bien meilleurs et cela me permet d'être rapide plus ou moins sur tous les circuits. Je suis donc très fier.

Je savais qu'on aurait de bonnes chances sur ce circuit. Pour le moment, je prends du plaisir en roulant ici au Sachsenring, je me sens bien avec la moto. Demain, on ne sait jamais, tout peut arriver le dimanche en MotoGP, les écarts ne sont pas grands. Peut-être que Fabio et Oliveira ont un très bon rythme, mais on sait aussi à quel point les Ducati sont rapides en course, et peut-être les Suzuki. Tout peut arriver mais on est là, notre rythme n'est pas mauvais, on est forts. Je pense que le top 5 est réaliste et tout peut arriver. Je vais essayer de tenir là dès le début et on verra jusqu'où je peux aller.

Une Ducati en pole, des Suzuki en difficulté, seulement une Yamaha devant… Ça ne correspond pas vraiment aux prévisions faites pour ce Grand Prix. Le MotoGP a tellement changé en deux ans ?

La compétition se resserre de plus en plus, c'est incroyable à quel point tout le monde est proche. Je pense que c'est juste fantastique de pouvoir se tromper dans les prévisions ! Ça veut dire que la compétition vit le meilleur moment qu'elle ait jamais connu dans la catégorie reine, tout le monde est très proche. On est au Sachsenring et les trois premiers du jour sont sur trois motos différentes, et en pole position se trouve la moto qui théoriquement doit souffrir sur une piste aussi étroite. C'est fantastique, je trouve ça génial pour le spectacle et pour tout le monde. On vit un bon moment.

Tu as été opéré pour un arm-pump récemment et tu as souffert des conséquences lors des dernières courses. Comment va ton bras à présent ?

Après Barcelone, j'étais très inquiet. Mon bras était un désastre total, je n'ai pas pu faire les tests le lundi parce que mon bras était énorme, je ne pouvais même pas enfiler ma combinaison. J'ai été assez inquiet pendant deux ou trois jours, mais ensuite mon bras a commencé à perdre un peu de fluide, à s'endurcir, et maintenant il semble revenu à la normale. Je n'ai pas absolument pas souffert pendant ces deux jours en Allemagne. Je sais que ça n'est pas une piste très exigeante pour l'arm-pump, mais je suis très content parce que j'étais très inquiet la semaine qui a suivi Barcelone.

Lire aussi :

partages
commentaires
Bastianini pénalisé sur la grille pour avoir gêné Petrucci
Article précédent

Bastianini pénalisé sur la grille pour avoir gêné Petrucci

Article suivant

Photos - Doublé tricolore en qualifications au GP d'Allemagne

Photos - Doublé tricolore en qualifications au GP d'Allemagne
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021