Espargaró place Aprilia en 1re ligne, entre fierté et ambition

Pour Aleix Espargaró, il n'est pas si surprenant de voir Aprilia en première ligne du Grand Prix d'Allemagne. Il s'agit toutefois d'un résultat historique pour la marque et le pilote espagnol se prend à rêver d'une course où "tout peut arriver".

Espargaró place Aprilia en 1re ligne, entre fierté et ambition

Pour la première fois depuis la création du MotoGP, Aprilia prendra place dimanche sur la première ligne de la grille de départ, à l'occasion d'un Grand Prix d'Allemagne qui s'annonce très ouvert. Leader du programme de Noale, Aleix Espargaró a souvent frôlé les récompenses depuis le début de la saison et il était bel et bien au rendez-vous ce samedi pour saisir sa chance lors des qualifications. La suite ? Il s'agira pour lui de s'accrocher au bon wagon et, qui sait, une autre surprise nous attend peut-être au terme de la course...

Lire aussi :

Aleix, te voici en première ligne pour la première fois depuis Assen 2015 et c'est aussi une première pour Aprilia depuis Phillip Island en 2000 ! La course est bien sûr le moment le plus important, mais ce doit déjà être une grande motivation pour toi et ton équipe.

Oui. Ce ne sont que des qualifs, il n'y avait pas de points à marquer aujourd'hui, mais finir dans le parc fermé et voir tout les gens d'Aprilia et tout mon team avec le sourire, ça me rend très fier. C'est le plus important aujourd'hui. Au final, partir de la troisième place ou de la quatrième, la cinquième ou la sixième, ça ne fait pas une grande différence, même si c'est important ici car le Sachsenring n'est pas un circuit sur lequel il est facile de dépasser, mais offrir un beau moment à tout mon team me rend très heureux. Je pense qu'on montre à tout le monde que l'Aprilia devient une moto sérieuse, quelle progresse, qu'elle se rapproche des meilleurs sur tous les circuits, alors je suis content. Demain ce sera sûrement un peu plus facile de partir de la première ligne.

 

La course fera 30 tours, elle sera longue, mais c'est important de partir de la première ligne car il n'est pas facile de dépasser ici. Quelles sont tes attentes ?

Depuis hier, je dis que je me sens bien ici. Normalement, c'est un circuit sur lequel l'Aprilia est assez compétitive. Ce n'est pas un circuit très exigeant pour le moteur et la RS-GP21 a une très bonne stabilité, alors je sens que je suis compétitif, dans la première partie de la piste en particulier. On ne sait jamais ce qui peut se passer car avec l'égalité qu'il y a actuellement en MotoGP, tout peut arriver le dimanche. À Barcelone, par exemple, on a vu que Fabio [Quartararo] avait un super rythme et je pensais qu'il allait réussir à gagner avec dix secondes d'avance, mais ça n'est pas facile de tout assembler en course. Et puis les températures sont très élevées, donc les pneus vont souffrir demain. Ce sera clairement beaucoup mieux en partant de la troisième place sur la grille, et je vais essayer de suivre le groupe du podium jusqu'au bout. Et ensuite on verra s'il me reste assez de gomme pour me battre pour le podium à la fin.

À quel point ce résultat est un marqueur des progrès accomplis par Aprilia ?

Bien sûr, je suis très content d’être en première ligne aujourd'hui, mais ce qu'il y a de bien c’est que ça n'est pas une énorme surprise − en tout cas, c'est comme ça que je le ressens − car on était déjà très proches sur les courses précédentes, sur de nombreux circuits on n'était pas loin des pilotes les plus rapides le dimanche. L'équilibre et la compétitivité de cette nouvelle moto sont bien meilleurs et cela me permet d'être rapide plus ou moins sur tous les circuits. Je suis donc très fier.

Je savais qu'on aurait de bonnes chances sur ce circuit. Pour le moment, je prends du plaisir en roulant ici au Sachsenring, je me sens bien avec la moto. Demain, on ne sait jamais, tout peut arriver le dimanche en MotoGP, les écarts ne sont pas grands. Peut-être que Fabio et Oliveira ont un très bon rythme, mais on sait aussi à quel point les Ducati sont rapides en course, et peut-être les Suzuki. Tout peut arriver mais on est là, notre rythme n'est pas mauvais, on est forts. Je pense que le top 5 est réaliste et tout peut arriver. Je vais essayer de tenir là dès le début et on verra jusqu'où je peux aller.

Une Ducati en pole, des Suzuki en difficulté, seulement une Yamaha devant… Ça ne correspond pas vraiment aux prévisions faites pour ce Grand Prix. Le MotoGP a tellement changé en deux ans ?

La compétition se resserre de plus en plus, c'est incroyable à quel point tout le monde est proche. Je pense que c'est juste fantastique de pouvoir se tromper dans les prévisions ! Ça veut dire que la compétition vit le meilleur moment qu'elle ait jamais connu dans la catégorie reine, tout le monde est très proche. On est au Sachsenring et les trois premiers du jour sont sur trois motos différentes, et en pole position se trouve la moto qui théoriquement doit souffrir sur une piste aussi étroite. C'est fantastique, je trouve ça génial pour le spectacle et pour tout le monde. On vit un bon moment.

Tu as été opéré pour un arm-pump récemment et tu as souffert des conséquences lors des dernières courses. Comment va ton bras à présent ?

Après Barcelone, j'étais très inquiet. Mon bras était un désastre total, je n'ai pas pu faire les tests le lundi parce que mon bras était énorme, je ne pouvais même pas enfiler ma combinaison. J'ai été assez inquiet pendant deux ou trois jours, mais ensuite mon bras a commencé à perdre un peu de fluide, à s'endurcir, et maintenant il semble revenu à la normale. Je n'ai pas absolument pas souffert pendant ces deux jours en Allemagne. Je sais que ça n'est pas une piste très exigeante pour l'arm-pump, mais je suis très content parce que j'étais très inquiet la semaine qui a suivi Barcelone.

Lire aussi :

partages
commentaires
Bastianini pénalisé sur la grille pour avoir gêné Petrucci

Article précédent

Bastianini pénalisé sur la grille pour avoir gêné Petrucci

Article suivant

Photos - Doublé tricolore en qualifications au GP d'Allemagne

Photos - Doublé tricolore en qualifications au GP d'Allemagne
Charger les commentaires
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021