Deux pannes moteur en un week-end pour Espargaró

Le pilote Aprilia a par deux fois vu son moteur s'arrêter, et notamment en course, à deux tours de l'arrivée, alors que la dixième place semblait être à sa portée.

Deux pannes moteur en un week-end pour Espargaró

Aleix Espargaró a été frappé par deux fois par un problème moteur pendant le Grand Prix de Grande-Bretagne. Un coup dur bien qu'Aprilia bénéficie d'une limite de neuf blocs par saison pour chacun de ses pilotes, grâce aux concessions réglementaires qui lui sont consenties au même titre que KTM, contre sept pour les autres constructeurs.

Lire aussi :

Pour le pilote espagnol, les mauvaises nouvelles ont commencé lors des EL2 de la manche anglaise. "C'est fantastique de piloter une MotoGP sur un aussi bon asphalte. Je me suis directement senti plus compétitif, avec plus de rythme que sur les dernières manches, et ce même avec le problème de la moto", expliquait-il alors auprès du site officiel du MotoGP. "Je ne sais pas exactement ce qui s'est passé, elle s'est juste arrêtée soudainement. Nous devons analyser ce qui s'est passé. Nous avons essayé une géométrie avant totalement différente, donc c'est dommage de ne pas avoir pu plus rouler avec."

Classé malgré tout dans le top 10 de cette première journée, Espargaró tentait de rester positif, conforté le lendemain par son accession directe à la Q2, la troisième cette saison après les GP du Qatar et de France. Parti de la 12e place, il est parvenu à accrocher un bon wagon dès l'extinction des feux et a mené une longue bagarre contre son frère, Pol Espargaró, avant que tous deux ne soient rejoints par l'autre Aprilia, d'Andrea Iannone. Mais à deux tours de l'arrivée le #41 était contraint à l'abandon.

"Le moteur a fini par s'arrêter, comme vendredi", déplorait-il. "Deux moteurs différents dans un week-end, ça n'est pas normal, mais il n'y a rien que je puisse faire. J'espère que les ingénieurs pourront comprendre ce qui se passe et que ça ne se représentera plus. La sensation a été très similaire à ce qui s'est passé vendredi. J'espère qu'ils pourront trouver une solution car il s'agissait de deux moteurs neufs, alors on va avoir d'assez gros problèmes car il reste encore pas mal de courses jusqu'à la fin du championnat."

Avant cet abandon, le premier qu'il enregistre sur raison technique cette saison, Espargaró occupait toujours la dixième place et pouvait viser ce qui aurait été son meilleur résultat depuis le deuxième Grand Prix de la saison. "J'ai pris un bon départ, mais ensuite j'ai perdu quelques places à cause de la chute [de Quartararo et Dovizioso]. J'ai très vite pu doubler plusieurs pilotes, y compris Iannone. Ensuite, mon rythme n'a pas été trop mauvais. C'était ce à quoi je m'attendais en me battant avec Petrucci et mon frère. Il était très difficile de les passer, j'ai passé mon frère trois fois mais à chaque fois il est repassé. C'était frustrant de ne pas réussir à rester devant parce que je sentais que j'avais un peu plus de rythme. Mais à la fin on rattrapait aussi Crutchlow et Miller, alors je suis satisfait de mon rythme."

Lire aussi :

"Pas une super course, mais on était dans la fenêtre des 20 secondes derrière le leader, alors ça n'est pas un désastre", retenait le pilote espagnol. "C'était plus ou moins notre place, en bagarre avec les KTM et certaines Ducati, alors ça n'était globalement pas un désastre, mais si on ne passe pas la ligne d'arrivée ça ne veut rien dire. J'espère qu'on pourra avoir plus de chance la prochaine fois."

Iannone récupère la 10e place

Une fois Aleix Espargaró rentré au stand, c'est son coéquipier, Andrea Iannone, qui a hérité de cette dixième place, une cible qu'il a atteinte pour la deuxième fois avec Aprilia. Aidé par un bon départ, le pilote italien se félicitait de meilleures sensations au guidon de la RS-GP, aidé en cela par le nouvel asphalte. "C'est bien sûr beaucoup mieux que sur la course précédente. Je suis resté dans le deuxième groupe pendant toute la course et c'est très important pour nous", soulignait-il.

"Sur cette piste avec le nouvel asphalte, sans bosses, notre moto est beaucoup mieux, mais en tout cas il faut qu'on progresse beaucoup. En ligne droite, en comparaison de mon coéquipier, je perds beaucoup, et c'est un gros handicap pour moi. J'ai plus ou moins les mêmes chronos mais en ligne droite, à l'accélération, je perds vraiment beaucoup. Sur les datas on voit peut-être trois ou quatre dixièmes [de différence], et pour moi c'est un gros handicap : sans cet écart j'aurais peut-être pu me battre pour la sixième ou la septième place, alors ça change beaucoup de choses pour nous."

partages
commentaires
Crutchlow gêné par un problème de pneu à Silverstone

Article précédent

Crutchlow gêné par un problème de pneu à Silverstone

Article suivant

Oliveira, blessé, renonce au test de Misano

Oliveira, blessé, renonce au test de Misano
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021