Espargaró : "Nous sommes comme en cristal, encore très fragiles"

KTM a beau donner de sérieux signes de progrès en ce début 2019, le package autrichien demeure bien fragile et il convient de le confirmer selon le pilote espagnol.

Espargaró : "Nous sommes comme en cristal, encore très fragiles"

L'an dernier, à pareille époque, Pol Espargaró s'était félicité d'être traité comme un véritable "roi" chez KTM, l'équipe autrichienne répondant à toutes ses demandes en matière de nouvelles pièces pour assurer le bon développement de la moto. L'arrivée de Johann Zarco cette année aurait ainsi pu faire craindre la présence de deux souverains dans le même royaume, mais le delta de performance entre les deux hommes a maintenu une hégémonie de faits en faveur de l'Espagnol.

Après six courses, Espargaró totalise 38 points au championnat, soit près de quatre fois plus que le bilan de son coéquipier français, qui ne détient lui que dix unités. Alors qu'en début de saison la venue de Zarco semblait pouvoir changer la donne en proposant un regard nouveau sur la direction technique à suivre pour la RC16, les résultats du numéro 44, présent dans l'équipe depuis son arrivée officielle en MotoGP en 2017, ont finalement mené à un statu quo.

Lire aussi :

L'importance de se sentir soutenu

KTM ne semble en effet plus vouloir changer son fusil d'épaule, et Zarco lui-même, aidé par son nouveau coach Jean-Michel Bayle, commence à envisager de travailler davantage sur son pilotage pour s'adapter à la moto que l'inverse. Une tendance qui est de nature à renforcer la confiance d'Espargaró, dont tout le travail réalisé depuis deux ans et demi se voit finalement reconnu à sa juste valeur.

Ce soutien n'est pas sans conséquence sur son pilotage, d'autant meilleur qu'il évolue l'esprit libre. "Je pense que maintenant je pilote mieux que jamais", assure-t-il ainsi. "Chez Tech3, ce n'était pas Pol qui pilotait la moto, c'était un gars qui se battait avec [elle] pour essayer d'en extraire quelque chose, sans aide. Maintenant je pilote une moto qui m'aide beaucoup, et avec beaucoup d'aide derrière moi."

Le passage d'une Yamaha alignée par Tech3 à une KTM est un point commun entre Espargaró et Zarco. Il ne fait aucun doute qu'il fut autant difficile pour les deux hommes, sauf que le contexte a nettement changé en plus de deux ans : à ses débuts avec les troupes de Mattighofen, tout était à faire, et le niveau général de la moto (et de l'équipe dans son ensemble en tant que nouvelle entité dans la catégorie reine ?) avait tendance à cacher la nécessaire période d'adaptation, ou en tout cas à la reléguer au second plan.

Lire aussi :

Pour Zarco, la situation est en revanche bien différente : deux ans plus tard, la RC16 est une machine éprouvée, qui détient désormais des certitudes techniques auxquelles tout nouveau pilote doit se plier plutôt que de les remettre en cause. Et encore une fois, l'écart d'expérience entre les deux hommes sur la KTM est très important, ce qui ne fait que mieux souligner les difficultés d'adaptation du Cannois à sa nouvelle monture.

Lui-même passé par là, Espargaró s'est voulu compatissant envers son voisin de garage en marge du week-end au Mugello. Là encore, le plus important pour le numéro 44 est de pouvoir se sentir soutenu au sein de l'équipe durant cette passe difficile. Autant dire que dans le cas du Français, KTM n'a pas été exempt de tout reproche sur ce plan.

"Le plus important est d'être rapide, de s'adapter à une moto, car on a vu par le passé ce que ça donnait avec certains pilotes qui changeaient de motos, mais le plus important est de sentir que vous avez quelqu'un derrière vous pour vous aider", reprend Espargaró, pour qui le soutien perçu chez KTM est une source de motivation et d'énergie supplémentaires. "Sentir ce que je ressens chez KTM est incroyable, et ça apporte de la confiance et de la puissance en plus sur la moto."

Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing

Confirmer à Barcelone

Alors que la dernière manche en Italie était annoncée comme très difficile pour le constructeur autrichien, Espargaró a fait mieux que tirer son épingle du jeu, avec une neuvième place à l'arrivée, et en point d'orgue une deuxième position aux temps combinés plus tôt dans le week-end, à l'issue des EL3.

Une première épreuve à valeur de test réussie donc, mais qu'il conviendra de confirmer lors de la prochaine manche à Barcelone, et attendue comme tout aussi difficile, selon le Catalan. "Tant que la course de Barcelone, où nous avons beaucoup de mal, ne sera pas passée, nous ne changerons pas notre façon de penser", prévient-il ainsi, insistant sur le fait que KTM, en dépit de ses progrès, évolue encore sur le fil du rasoir. "Nous sommes comme en cristal, encore très fragiles", avait-il ainsi lancé samedi dernier, plein de lucidité, au micro de la chaîne espagnol DAZN.

Avec Charlotte Guerdoux et Michaël Duforest

partages
commentaires
Rins troisième du championnat : "La saison est encore longue"
Article précédent

Rins troisième du championnat : "La saison est encore longue"

Article suivant

"Rien de nouveau" quant à ce qu'il manque à la Ducati, regrette Dovizioso

"Rien de nouveau" quant à ce qu'il manque à la Ducati, regrette Dovizioso
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021