Pol Espargaró, "très fier" de KTM

Le pilote espagnol a réalisé un excellent Grand Prix des Amériques, et son meilleur début de saison depuis qu’il est arrivé chez le constructeur autrichien. Le bilan est donc positif, et les résultats encourageants en vue du prochain rendez-vous MotoGP qui se tiendra à Jerez du 3 au 5 mai prochains.

Pol Espargaró, "très fier" de KTM

Sur une piste réputée pour être la plus difficile du calendrier, Pol Espargaró a offert à KTM l’un de ses plus beaux week-ends depuis l’arrivée du constructeur autrichien en Grand Prix en 2017, et peut envisager de belles courses en Europe, malgré des points faibles qui vont continuer à être améliorés.

Lire aussi :

Dès le vendredi, l’Espagnol avait impressionné en se classant tout de suite dans le top 10, avec la sixième place en EL1 et la septième en EL2. Mais c’est le samedi qu’il a véritablement franchi un cap en décrochant un incroyable top 5 en qualifications, le meilleur résultat de KTM à ce jour. Cette performance, qu’il considérait comme "presque héroïque" auprès du site officiel du MotoGP, ne pouvait être réitérée en course, raison pour laquelle le pilote de 27 ans avait appelé à rester réaliste.

Une course attendue

Pourtant, au terme des 20 tours réalisés sur le Circuit of the Americas le dimanche, Espargaró a réalisé son deuxième meilleur résultat avec KTM, après son premier podium en MotoGP décroché lors du Grand Prix de Valence, en novembre dernier. Malgré cette huitième place, il est resté aussi réaliste qu’il l’avait prévu, sans négliger le positif : "Notre course n’était pas avec les pilotes de devant. Hier [samedi] nous avions fait la stratégie de course, et cela se dessinait plus ou moins. À la mi-course nous avons eu un bon rythme, meilleur que ce que nous pensions. Nous avons terminé 16 secondes plus vite que l’an dernier, nous ne pouvons pas demander beaucoup plus."

"Je pense que c’était la bonne course à laquelle nous nous attendions. Sur cette piste, surtout avec les bosses, c’est toujours difficile de terminer la course, c’est vraiment exigeant pour les motos et pour les pilotes. Nous avons pu rester sur la moto, prendre quelques points. Nous sommes neuvièmes au championnat, nous avons doublé Aprilia."

Les résultats de KTM sont malgré tout à nuancer puisque Johann Zarco a souffert tout au long du week-end, et a terminé 13e, non sans bénéficier des bévues de plusieurs autres pilotes. "J’ai terminé 12 secondes devant mon coéquipier", a commenté Espargaró. "Johann a du mal ici, mais nous avons été les plus rapides des KTM. Mon équipe a travaillé vraiment dur ce week-end à un endroit très difficile pour nous et nous avons décroché un résultat inattendu. Niveau temps, nous avons été là, nous avions un bon rythme, en 2'06 au début puis 2'09 vers le milieu, nous avons juste baissé un peu à la fin à cause des pneus."

Cette performance a été possible grâce aux avancées menées par KTM, qui a accéléré le rythme de développement cette année avec l’arrivée de Tech3 comme team satellite. Avec désormais quatre pilotes en piste chaque week-end (ainsi que Mika Kallio et Dani Pedrosa en pilotes d’essais), le constructeur autrichien bénéficie d’un plus grand nombre de retours d’informations, et doucement, mais sûrement, cela commence à payer.

Améliorations en cours

Pour Pol Espargaró, qui roule avec la RC16 depuis ses débuts il y a deux ans, il est évident qu’il reste encore beaucoup de choses à améliorer, mais les changements sont notables : "Il est certain que la moto ne tourne pas aussi facilement que les autres, elle est un peu plus lourde. Je le sens dans mes jambes et dans mes épaules après les courses. Je dois mettre plus de puissance pour la faire tourner, mais elle a aussi des points forts. Les freins sont très bons, elle est rapide dans les virages. J’essaye juste de garder ces points forts pour prendre un avantage sur les autres. Je pense que nous avons bien travaillé."

"Le grip est bien meilleur [qu’en 2018]", a-t-il ajouté. "La moto ne tourne pas encore autant que nous le voudrions. Le moteur est plus rapide et plus doux, avec l’électronique qui fonctionne correctement comme nous le voulons. C’est vraiment moins physique que l’an dernier. Elle vous oblige à attaquer jusqu’à la fin de la course, sans avoir de moments de repos. De façon générale, tout le package est bien meilleur que l’an dernier, mais il en manque encore pas mal."

Afin d’améliorer les performances de sa machine, KTM compte apporter des améliorations lors du prochain Grand Prix, à Jerez. Le constructeur se trouve dans une bonne dynamique, qui plaît énormément à son pilote espagnol. "Je suis très enthousiaste par rapport à ce que les gars de l’usine sont en train de tester en Autriche, et très fier de notre résultat comparé à l’an dernier", a-t-il déclaré. "Je suis aussi très fier de ce que nous faisons et atteignons. Je sens que les gens du paddock commencent à voir notre travail et ce que ce travail a été ces deux dernières années. Il faut continuer à attaquer pour mener KTM au sommet."

Lire aussi :

Espargaró est d’autant plus optimiste que le prochain rendez-vous de la saison se déroulera sur l’un des circuits qu’il préfère du calendrier. L’an dernier, il y avait terminé aux portes du top 10, en onzième position : "Jerez est l’une des pistes où j’ai été le plus rapide dans ma vie. J’y ai gagné dans différentes catégories, en 125cc, en Moto2, et j’y ai aussi fait de bonnes courses en MotoGP. J’ai juste besoin d’y sentir la moto comme cela a été le cas sur cette piste difficile, et de croiser les doigts pour que les améliorations y fonctionnent. Il faudra voir comment tout marchera mais je suis assez optimiste."

partages
commentaires
Une chute à l'accélération, "inadmissible" pour Espargaró
Article précédent

Une chute à l'accélération, "inadmissible" pour Espargaró

Article suivant

Petrucci : La 6e place ? "La moyenne, rien de plus, rien de moins"

Petrucci : La 6e place ? "La moyenne, rien de plus, rien de moins"
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021