Espargaró : "Tout est positif" avec la nouvelle KTM

Pol Espargaró affiche un large sourire après le shakedown et les essais de Sepang, durant lesquels il a découvert une KTM RC16 transfigurée et bien plus prometteuse que sa devancière.

Espargaró : "Tout est positif" avec la nouvelle KTM

Comme Aprilia, KTM a enregistré des résultats solides lors des essais de Sepang. Outre des chronos impressionnants, puisque Pol Espargaró a bouclé les trois journées dans le top 10 et que Dani Pedrosa a terminé troisième de la seconde journée, c'est surtout le rythme de course qui a impressionné le pilote titulaire de la marque autrichienne. Il fait un premier bilan des points positifs de la nouvelle RC16, dont le châssis et le moteur ont été largement revus.

Les deux Espagnols avaient dominé la feuille des temps lors des trois journées du shakedown, et bien que les chronos ne soient pas le plus important lors de ces journées, les signaux étaient déjà très positifs pour l'équipe autrichienne et ses pilotes qui avaient réussi à signer leurs meilleurs temps sur le circuit malaisien. Outre des performances en hausse, les progrès sont aussi visibles en vitesse de pointe.

Lire aussi :

"C'est assez positif de rouler autant", expliquait Espargaró au sujet des trois jours de tests, qui faisaient suite au shakedown, disputé une semaine plus tôt. "Il nous reste encore beaucoup de choses à tester. Je suis plutôt content, la moto progresse, on a pas mal amélioré nos chronos par rapport au passé ainsi que notre rythme. La moto s'améliore, c'est clair, et on est tous très positifs. Le moteur est plus rapide, il contrôle l'électronique de manière un peu plus fluide, et dans la zone d’arrêt on est aussi un peu mieux. Je pense qu'on est encore plus forts là où l'on était rapides l'année dernière."

"Ce n'est pas une moto complètement nouvelle, on préfère avancer doucement avec de nouvelles pièces et tout mettre ensemble. Je pense que c'est une façon plus sûre d'améliorer le package. On a été plutôt compétitifs. Notre rythme est proche de ce qu'était notre meilleur temps ici l'année dernière, alors on est beaucoup plus rapides que l'année dernière. Au shakedown, on a abaissé d'environ trois dixièmes ce qu'était le record de KTM ici. C'est bien, je pense qu'on est plus compétitifs que jamais ici en Malaisie, un endroit où on souffre beaucoup."

Et l'Espagnol se veut d'autant plus positif que d'autres nouveautés doivent être apportées à la KTM pour les tests de Losail, et avant le premier Grand Prix de l'année, qui se disputera également au Qatar : "Le moteur est mieux, le châssis est mieux. Je pense que toute la moto a pas mal changé et qu'il y a encore de la marge, et 20% de la moto doit encore changer avant la première course."

 

"Ça s'améliore. L'année dernière, on a monté le bras oscillant et ça a roulé. Tout a besoin d'être compris. Pourquoi ça fonctionne ? Or, on ne comprenait pas vraiment pourquoi ce bras oscillant a fonctionné aussi bien et aussi vite, et quand vous ne comprenez pas quelque chose, les problèmes arrivent et on ne sait pas comment les régler. Les bonnes choses arrivent et les mauvaises aussi. Cet hiver KTM a fait du très bon travail pour comprendre quelle est la situation avec le bras oscillant, on en a eu un différent pour aussi essayer d'analyser où on peut les améliorer. Tout est donc positif."

Un bras oscillant qui, selon lui, est la clé des performances de sa nouvelle machine, puisque c'est lui qui permet de trouver une meilleure adhérence. Espargaró confirme d'ailleurs que c'est là que se situent les meilleurs progrès de la KTM : "La moto est plus stable, on a un peu plus de grip à  l'arrière quand le pneu se dégrade et c'est bon pour la régularité Les sensations sont très bonnes. On a besoin du maximum de grip possible pour ouvrir les gaz plus tôt que les autres et pour freiner plus tard que les autres : c'est la clé en MotoGP pour faire un temps !"

Lire aussi :

Et dans cette refonte complète de la RC16, le constructeur en a aussi profité pour apporter un nouveau moteur. S'il ne sait pas exactement quantifier les progrès apportés par ce nouveau V4, le pilote est également très enthousiaste après l'avoir testé : "Je ne peux pas vous dire si ce sont 20% ou 30%, mais il y a un gros progrès sur la moto, c'est sûr. Et au final le moteur 'fait' la moto : il la fait tourner mieux, il apporte l'accélération, la stabilité, la puissance, l'électronique fonctionne bien mieux ou moins bien, alors le moteur est clairement une partie importante de la moto."

Cependant, il est hors de question pour le clan KTM de se laisser emporter par ces bons résultats durant les essais. S'il ne cache pas sa joie d'avoir terminé toutes les journées d'essais dans le top 10, Espargaró se veut prudent quant à la façon dont son équipe saura transformer ces performances en bons résultats lors des week-ends de Grand Prix.

"C'est important de faire les courses, mais c'est important aussi de faire une bonne pré-saison, parce que les premières courses de l'année sont difficiles pour nous. Tant qu'on n'arrive pas à Jerez, on a pas mal de difficultés sur les premières courses. On en ajoute une outre-mer cette année, qui est la Thaïlande, et je suis content qu'on ait commencé 2020 comme ça."

"Ces tests sont bons pour vérifier la moto et évaluer sa vitesse, mais au final en course tout peut changer. On a vu l'année dernière [Danilo] Petrucci faire le meilleur résultat et [Francesco] Bagnaia se classer troisième, et au final ils n'ont pas eu la meilleure année qui soit. Il faut donc être prudents avec les chronos qu'on a faits ici. Ce qui est important c'est d'être bons à Valence, à Jerez, ici et au Qatar. Tous les tests montrent une tendance et je pense qu'on est en bonne voie."

Il juge que lui et KTM n'ont jamais été aussi bien préparés avant une saison : "On se sent très prêts, on ne l'a jamais été autant. On n'a jamais été aussi proches sur un test qu'on ne l'a été pendant ces trois jours, et particulièrement en Malaisie. On a été super compétitifs tous les jours, la moto donne de super bonnes sensations. Franchement, je suis impressionné."

Avec Léna Buffa

partages
commentaires
Suzuki en passe de conserver Rins et Mir pour 2021
Article précédent

Suzuki en passe de conserver Rins et Mir pour 2021

Article suivant

Faire équipe avec Morbidelli chez Petronas ? Rossi s'y verrait bien

Faire équipe avec Morbidelli chez Petronas ? Rossi s'y verrait bien
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021