MotoGP
26 mars
EL1 dans
27 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
34 jours
16 avr.
Prochain événement dans
48 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
61 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
89 jours
03 juin
Prochain événement dans
96 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
110 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
117 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
131 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
166 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
180 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
194 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
201 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
215 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
222 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
236 jours
28 oct.
Prochain événement dans
243 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
257 jours

Le moteur de l'Aprilia a trahi Espargaró après une course d'attaque

Quelques tours après Pecco Bagnaia, lui aussi trahi par le moteur de sa Ducati, c'est Aleix Espargaró qui a vu ses espoirs s'envoler pendant le Grand Prix de Teruel. L'arrivée était proche et un solide résultat était possible pour le pilote Aprilia.

partages
commentaires
Le moteur de l'Aprilia a trahi Espargaró après une course d'attaque

Aleix Espargaró a perdu un troisième moteur cette saison, lâché par la technique alors qu'il se battait dans le peloton pendant le Grand Prix de Teruel avec en ligne de mire une solide entrée dans le top 10.

Ce fut le point final d'un week-end qui avait pourtant enthousiasmé le pilote espagnol. Car, alors que la première manche disputée sur le MotorLand Aragón, la piste la plus favorable à Aprilia depuis le lancement du programme actuel, s'était révélée décevante, sans doute en partie à cause du froid, cette fois Espargaró avait retrouvé de son mordant au guidon de la RS-GP.

Huitième des deux premières séances du week-end, puis passé à 27 millièmes de la qualification directe pour la Q2 samedi matin, il a une nouvelle fois manqué le coche de peu (0"069) en Q1 et dû s'élancer de la 13e place. En course, la performance était bien au rendez-vous, mais l'effort fourni a semble-t-il été trop important pour un moteur qui n'avait pourtant jamais été utilisé avant ce Grand Prix.

Lire aussi :

"En partant 13e, je savais que ce serait difficile, mais j'avais dit à Massimo Rivola que je m'en fichais de tomber. Je voulais courir et je me sentais mieux que le week-end dernier", explique Espargaró. "J'ai pris un bon départ, puis je me suis bagarré avec Lecuona, ensuite j'ai dépassé Crutchlow et Dovizioso, et j'ai commencé à reprendre du temps à Quartararo et Viñales."

"Et puis à trois tours de l'arrivée, alors que j'avais déjà rattrapé Quartararo et que j'essayais de le dépasser, en sixième, le moteur a explosé. […] La roue arrière s'est presque complètement bloquée alors que j'étais en sixième, en pleine accélération, j'ai failli tomber en pleine ligne droite et j'ai été obligé d'élargir."

Treizième sur la grille de départ, Aleix Espargaró avait réussi à semer ceux qui avaient été ses adversaires durant la majeure partie de la course et pouvait en effet lorgner sur la huitième place de Fabio Quartararo. Au vu du temps perdu par Maverick Viñales dans les trois derniers tours, la septième position aurait même possiblement pu lui revenir, ce qui aurait alors rapproché cette course des meilleures qu'Aprilia a menées sur le MotorLand.

"C'est dommage. On faisait une très bonne course. Je crois que je n'étais qu'à trois secondes de la troisième place de Pol [Espargaró]. J'ai tout donné, je pense avoir été très compétitif, je me suis battu comme un dingue aux freinages pour dépasser beaucoup de pilotes parce que je perdais à l'accélération, mais le moteur s'est arrêté. Je suis donc très frustré", regrette le pilote.

Cal Crutchlow, Team LCR Honda

Une nouvelle fois, la fiabilité a donc fait défaut à l'Aprilia, alimentant un bilan décidément décevant pour une saison pourtant si prometteuse sur le papier, à en juger par les performances affichées par la nouvelle RS-GP dès sa sortie des ateliers, en février dernier. "Les résultats ne sont pas ceux que tout le monde attendait, y compris moi", admet Espargaró.

"Le week-end dernier, on a connu beaucoup de petits problèmes techniques, mais on avait pu terminer la course. Cette fois, on faisait une meilleure course, on avait beaucoup amélioré les réglages de la moto et je pense que j'affichais un très bon rythme en considérant que je partais 13e. Mon rythme de course a été plus rapide, par exemple, que celui de Zarco, qui a terminé cinquième", souligne le pilote espagnol en observant les chronos de la seconde moitié de la course.

Lire aussi :

"On a déjà vu par le passé qu'à chaque fois qu'on en a demandé beaucoup au moteur pour tenir pendant longtemps l'aspiration des motos rapides, il s'est arrêté, et [dimanche] ça a été pareil. Je ne peux rien y faire. Mon job est de donner le maximum possible et ce week-end je suis très satisfait de moi, franchement, je ne suis pas en colère. [Samedi] j'ai fait un 1'47"3 !" rappelle l'Espagnol, qui a tourné à moins d'une demi-seconde de la pole.

"Je pense que ça a été un super tour, plus rapide de pratiquement une seconde par rapport à mon coéquipier. Et [dimanche] je n'étais qu'à trois secondes de la quatrième place course, alors je ne peux rien faire de plus. Aprilia doit réagir et améliorer la moto, mais ils le savent, alors je vais continuer à travailler et à insister."

Des dépassements à la limite

Aleix Espargaró s'est par ailleurs excusé pour les dépassements musclés qu'il a réalisés en course, et notamment celui qui a poussé Andrea Dovizioso à élargir, avec à la clé une perte de trois places pour le pilote Ducati dans le 17e tour. "Je déteste dépasser comme je l'ai fait avec Dovi. Et ça a été pareil avec Lecuona car je ne l'ai pas touché mais ça a été très limite. Et idem sur Crutchlow", admet-il.

"L'Aprilia n'accélère pas comme les autres motos, alors quand j'arrive sur les freinages je ne suis pas proche d'eux et je dois donc à la fois récupérer l'espace que je perds à l'accélération et faire le dépassement. C'est pour ça qu'à la [première] course je n'ai fait aucun dépassement, mais cette fois j'étais plus dedans, j'étais concentré sur le fait de réaliser une meilleure course. Je me sentais mieux et j'ai pris plus de risques."

"Je pense que je suis resté dans la limite et que c'était propre, mais je suis forcé d'être très à la limite pour dépasser. Je suis vraiment désolé pour Dovi, je sais qu'il se bat pour le titre, j'ai essayé d'être très propre mais la Ducati est très rapide, alors pour le dépasser avec l'Aprilia il fallait que je prenne plus de risques."

Les plus belles photos du Grand Prix de Teruel MotoGP

Article précédent

Les plus belles photos du Grand Prix de Teruel MotoGP

Article suivant

Stats - Morbidelli et Suzuki en mode rouleau compresseur

Stats - Morbidelli et Suzuki en mode rouleau compresseur
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP de Teruel
Catégorie Course
Lieu MotorLand Aragón
Pilotes Aleix Espargaró
Équipes Aprilia Racing Team
Auteur Léna Buffa
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020
L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence Prime

L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence

Que Marc Márquez décide ou pas de subir une troisième opération pour soigner son bras droit, sa tentative de reprendre la piste à Jerez – quatre jours après la première intervention – restera l'une des pires décisions de l'histoire du MotoGP. Le pilote espagnol pourrait encore en payer les conséquences en 2021.

MotoGP
27 nov. 2020