Espargaró : "Pas besoin" de Márquez pour montrer ma vitesse

Pol Espargaró affirme qu'il n'y a pas de pression supplémentaire sur ses épaules avec le retour de Marc Márquez, son coéquipier chez Repsol Honda, et affirme qu'il n'a "pas besoin" de cette référence de l'autre côté du box pour montrer à quel point il est rapide ou lent.

Espargaró : "Pas besoin" de Márquez pour montrer ma vitesse

Le sextuple Champion du monde dans la catégorie reine a fait son retour à la compétition après neuf mois d'absence pour cause de blessure lors de la dernière épreuve, au Portugal. A cette occasion, l'homme que tout le monde a dû battre ces dernières années dans la discipline s'est qualifié sixième et a rallié l'arrivée de la course à la septième place : une prestation d'ensemble qui n'a pas manqué de lui occasionner de fortes émotions.

Et aussi fou que cela puisse paraître, cette performance de Marc Márquez avec la Repsol Honda représentait le meilleur résultat obtenu par un pilote Honda en 2021, Pol Espargaró n'ayant réussi à obtenir qu'une huitième position au GP du Qatar. La nouvelle recrue espagnole continue de s'adapter à la RC213V après une présaison lors de laquelle le kilométrage a été limité.

Álex Márquez, qui évolue dans l'équipe LCR Honda, a admis au Portugal que son frère montrait déjà aux autres pilotes Honda comment piloter la moto, tandis qu'Espargaró a souligné que son retour était "important" pour l'équipe. Cependant, il ne pense pas que ses propres résultats cette saison sur la Honda seront liés aux performances du patron sur la même moto.

Lire aussi :

 

"Je sais quand je suis rapide et quand je peux mieux faire"

"Je pense que lorsqu'une personne est rapide dans l'équipe, cela met la pression sur tous les autres", a déclaré Espargaró lorsqu'il lui a été demandé si le retour de Márquez lui rendait la vie plus difficile. "Au final, ma pression ne change pas parce que Marc fait de meilleurs ou de moins bons résultats. Je veux dire, je pense que celui qui se met la pression, c'est moi. Je me pousse juste à chaque séance et je sais quand je suis rapide et quand je suis lent. Je n'ai pas besoin de Marc à mes côtés pour me dire ou me montrer ce que je fais bien ou ce que je fais mal. Je sais quand je ne suis pas rapide et je sais quand je peux faire mieux."

Espargaró sait qu'un Márquez encore en manque de roulage demeure un pilote extrêmement difficile à battre à matériel égal, de par la place qu'il a occupée dans le développement de la Honda et du niveau qu'il a atteint avec ce package. "Il est certain qu'il y aura des jours où Marc va peut-être me détruire alors que j'aurai tout donné, et où  je saurai que je ne pouvais pas donner plus. Et j'en serai heureux... enfin plutôt heureux ! Et puis il y aura des jours où, avec un peu de chance, je serai proche de Marc, et sentirai que je pouvais faire plus et je serai en colère. Donc ma pression ne changera pas avec les résultats de Marc."

Le vrai début de saison à Jerez ?

Espargaró estime que ses difficultés de début d'année, après de bonnes performances lors des essais, sont dues au fait que les conditions de la double épreuve au Qatar et du week-end de Portimão étaient si changeantes qu'il n'a pas pu travailler correctement sur sa moto.

Mais avec le retour du MotoGP à Jerez pour le GP d'Espagne ce week-end, l'Espagnol espère voir sa saison réellement débuter. "C'est vrai qu'en présaison, les tests ont été très bons", se souvient-il. "J'ai senti que tout était parfait en présaison – pas au niveau de la moto, mais au niveau de la piste. Nous avons fait tellement de tours ; la piste était très gommée, et j'ai pris le premier test pour entrer en matière. Mais le deuxième test qatari a été très bon, les conditions de piste étaient très constantes. Ce qui s'est passé au Qatar, c'est que la piste changeait beaucoup avec les gommes Dunlop [du Moto2] et les changements de température. Les conditions changeantes de la piste me faisaient donc faire beaucoup d'erreurs."

"Ensuite, nous sommes allés à Portimão : les EL1 étaient mitigés, puis en EL2, nous avons commencé à être rapides. Nous n'avons pas eu une séance complète sur le sec pour travailler avec la moto. Donc ce qui me manque, c'est un endroit comme Jerez, avec des conditions constantes, une météo constante […]. Il y a eu trois courses mais sur deux circuits, et ces deux circuits ont été très difficiles pour moi et Honda. Donc, je veux prendre cette manche comme le début de notre saison et partir d'ici avec un esprit très positif et ouvert."

partages
commentaires
Huis clos confirmé pour le GP de France MotoGP

Article précédent

Huis clos confirmé pour le GP de France MotoGP

Article suivant

EL2 - Bagnaia en pleine puissance ; Miller, Mir et Márquez hors top 10

EL2 - Bagnaia en pleine puissance ; Miller, Mir et Márquez hors top 10
Charger les commentaires
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021