Malgré du positif, pour Espargaró "cela ne va pas de mieux en mieux"

Bien qu'il se soit montré satisfait de sa course au Sachsenring, le pilote Aprilia ne se fait guère d’illusion sur sa saison. Reste à l’équipe italienne à faire ce qu’il faut pour lui permettre de rouler aux avant-postes.

Malgré du positif, pour Espargaró "cela ne va pas de mieux en mieux"

Le Grand Prix d’Allemagne est venu égayer un bilan quelque peu négatif du point de vue d’Aleix Espargaró. Plutôt optimiste lors de la pré-saison, l’Espagnol a finalement déchanté et se montre de plus en plus critique envers sa RS-GP qu’il ne voit pas véritablement évoluer depuis trois ans. Las, il doit de plus affronter une blessure au genou suite à l’incident de Barcelone. Mais la course du Sachsenring s’est révélée être positive et il entame donc la pause estivale sur une note optimiste, malgré l’ombre d’un mauvais bilan de mi-saison.

Lire aussi :

Enfin "un bon potentiel" au Sachsenring

À lire les résultats, il n’est pas simple de prime abord de considérer que ce GP a été le meilleur de la saison pour le pilote Aprilia, qui est parti à la faute peu de temps avant l’arrivée. Pourtant, son verdict est sans appel : "Je suis content car j'ai vraiment beaucoup profité de la course, c'est la troisième fois que je me fais autant plaisir en me battant avec les meilleurs. J'ai pris un bon départ, puis ensuite j'ai eu vraiment peu de grip pendant toute la course à l'arrière, mais j'étais très fort sur les freins. J'étais très à l'aise derrière [Rossi], et quand il a dépassé Morbidelli, Morbidelli a beaucoup ralenti le rythme et je n'arrivais pas à le dépasser. Je suis devenu un petit peu nerveux et quand j'ai enfin réussi à le passer, l'écart était d'une seconde et demie avec Vale. J'ai essayé de réduire l'écart et j'ai perdu l'avant."

Il faut dire que le pilote espagnol évoluait dans le top 10 au moment de sa chute, chose qui ne lui était plus vraiment arrivé depuis l’Argentine, et cela a eu le don de déclencher en lui un élan d’optimisme. "Parfois il faut comprendre où est la limite, et aujourd'hui c'était la neuvième place, qui était peut-être déjà au-delà de la limite !" a-t-il expliqué après la course. "Comme je me suis senti bien pour la première fois de la saison, j'ai essayé de rattraper le groupe. Je savais qu'ils se battaient pour la quatrième place et qu'il y avait des pilotes assez dangereux donc je m'attendais à ce que ça soit la fête là-dedans et que je gagne des places ! Malheureusement j'étais trop optimiste."

Toujours blessé aux ligaments du genou depuis le malencontreux accident qui avait vu Bradley Smith, le pilote d’essais Aprilia, le percuter au Grand Prix de Catalogne, Espargaró avait connu un week-end compliqué ensuite à Assen, accentué par la différence de niveau qui persiste entre la RS-GP et les autres motos du plateau. Aussi, sur un circuit plus propice à sa machine et avec de bonnes sensations sur cette dernière, le pilote de presque 30 ans (il les aura le 30 juillet) a souhaité tenter, quitte à en payer le prix fort.

"Sur ce type de circuits, il est important d'être agressif, ce n'est pas un circuit très long, et le moteur n'est pas super important", a-t-il commenté. "J'ai fait une bonne course. Parfois, tu chutes et tu es fâché, mais là on ne joue pas le titre donc j'ai fait de mon mieux pour finir dans le top 8. Parfois quand tu vas au-delà de la limite, tu chutes. Nous étions dans le groupe de la quatrième place, avec les Ducati d'usine, une Yamaha d'usine. Je suis vraiment satisfait de la course."

La satisfaction l’a donc finalement emporté sur la déception d’avoir chuté à 25 virages de l’arrivée. Conscient d’avoir pris des risques et d’avoir été à la limite sur toute la durée de la course, le #41 se montre content de sa performance globale du week-end : "C'est dommage, car le potentiel que nous avons montré sur cette course est là où nous devons être à chaque fois. Nous avons été très lents toute la saison mais au moins sur la dernière course avant l'été nous avons montré un bon potentiel, je suis donc satisfait", a-t-il déclaré auprès du site MotoGP.

L’espoir Rivola

Toutefois, si ce dernier Grand Prix avant la pause estivale s’est révélé positif, Espargaró n’en oublie pas pour autant tous les autres, qu’il ne juge pas à la hauteur des attentes : "[Je ne suis] pas satisfait du tout, ce n'était pas une première moitié de saison positive. Nous avons marqué de bons points lors de quelques courses mais nous n'avons jamais été forts. C'est la première fois que nous étions à la place qui doit être la nôtre, à nous battre entre la sixième et la dixième place, proche du deuxième groupe. C'est la neuvième course et c'est la première fois que nous sommes dans cette position. C'est donc la seule course dont je suis satisfait sur les neuf premières."

Il appelle par ailleurs à ne pas se laisser influencer par ce résultat, qui ne reflète en rien sa première moitié de saison, selon lui. "Cela ne va pas de mieux en mieux", assure-t-il. "Cela irait de mieux en mieux si nous nous battions pour des top 6, top 8 et nous en sommes loin. Cela ne va pas de mieux en mieux depuis trois ans, c’est juste la même chose." Le seul espoir réside en Massimo Rivola, arrivé cette année au poste de président d’Aprilia Racing, et qui pourrait faire souffler un vent de nouveauté dans la structure italienne.

"Je crois vraiment en Massimo et je pense qu’il peut changer la situation. Sincèrement, ce n’est pas facile pour moi d’être positif et d’y croire, car cela fait déjà trois ans que c’est très similaire chez Aprilia. Mais je dois dire qu’avec Massimo, je sens que si quelqu’un peut changer cela, c’est bien lui. C’est la meilleure arrivée que nous puissions avoir, je vais donc lui laisser un peu de temps."

Lire aussi :

En attendant des améliorations du point de vue technique et organisationnel, Espargaró va profiter de la trêve estivale pour se reposer et récupérer de sa blessure au genou, avant de reprendre l’entraînement pour arriver au GP de République Tchèque en forme. "Je pense que j'arriverai à 100% à Brno. Je donnerai le maximum, nous n'avons rien à perdre, il faut donc que je risque des choses. Le plus important est d'essayer de prendre du plaisir."

Rendez-vous est donc pris du 2 au 4 août, pour un Grand Prix qui ne sera pas un long fleuve tranquille pour le Catalan. "Brno est un circuit très exigeant pour le moteur. Ce ne sera pas un week-end facile pour nous, mais nous n'avons rien à perdre. Je vais me donner au maximum, et nous verrons ce qui se passera là-bas. J'espère que, sur la deuxième partie de la saison, nous pourrons amener ces sensations positives que j'ai eues en Allemagne", a-t-il conclu.

Avec Michaël Duforest

partages
commentaires
Rabat toujours dans l’incertitude pour 2020

Article précédent

Rabat toujours dans l’incertitude pour 2020

Article suivant

Les duels entre coéquipiers à la mi-saison

Les duels entre coéquipiers à la mi-saison
Charger les commentaires
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021