Espargaró doit "prouver" son niveau : "Je n'ai pas d'excuses"

Aleix Espargaró peine à exploiter l'Aprilia aussi bien que Maverick Viñales depuis le début de la saison. Les deux hommes n'ont pas des machines strictement identiques mais Espargaró a fait des changements récemment et espère se relancer à Barcelone, où il s'était imposé l'an passé.

Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team

Les rapports de force se sont inversés chez Aprilia cette année. Leader historique du constructeur, Aleix Espargaró avait conclu la saison 2023 avec deux points d'avance sur Maverick Viñales, mais il peine à suivre le rythme de son coéquipier cette année. Après le premier quart de la saison, Viñales est cinquième du championnat avec une victoire à son actif et il compte 81 points, soit 30 de plus que son compatriote. En qualifications, Espargaró n'a eu l'avantage qu'au Qatar et dans les courses, il n'y a que lors du sprint de Losail qu'il a devancé Viñales.

Espargaró a pourtant été capable de bonnes performances cette année. S'il a reconnu la supériorité de Viñales, vainqueur à Austin, il était "sûr à 100%" de s'imposer au Qatar mais a payé un manque de motricité le dimanche. Sur l'ensemble des courses disputées cette saison, il n'a jamais réussi à réunir tous les éléments pour exploiter le potentiel de l'Aprilia, pourtant bien présent selon lui.

"La sensation est que la moto fonctionne bien", a résumé le Catalan. "Je sais que je dois le prouver en finissant sur le podium. J'ai la sensation d'avoir la vitesse, mais que pour une raison ou une autre, je n'ai pas encore été en mesure de placer la moto sur le podium. Je n'ai pas d'excuses, on continue à travailler mais je pense que la vitesse est là, on progresse à presque toutes les manches."

"Ma sensation est que j'ai une certaine vitesse au cours du week-end, mais je n'arrive pas à trouver la stabilité, je ne peux pas attaquer comme avant", reconnaissait-il au Mans. "J'espère que ça arrivera rapidement."

Espargaró sent pourtant sa moto rapide "partout", avec un écart plus faible que jamais face à la Ducati, restée la référence sur la grille : "La moto était vraiment bonne [au GP de France]. Je pense qu'on se rapproche du niveau de Ducati sur les freins. On avait l'impression que c'était impossible il y a un an et deux, mais cette GP24 est un peu meilleure sur les freins, c'est pour ça qu'on [était] rapide au Mans. On est un peu plus proche, ils ont gagné du terrain en courbe, mais dans l'ensemble, l'équilibre de la moto est meilleur."

Aleix Espargaro, Aprilia Racing

Aleix Espargaró

Photo de: Marc Fleury

Si Viñales parvient à mieux exploiter l'Aprilia pour le moment, c'est peut-être en raison des différences des deux côtés du garage. Plus grand que les autres pilotes de la marque, Espargaró utilise une machine dans une configuration légèrement différente, notamment au niveau des éléments aérodynamiques à l'arrière, et lors du test de Jerez, il a commencé à modifier sa position de pilotage, pour être un peu plus bas et plus sur l'avant, avant d'insister dans cette voie au Mans.

Espargaró a néanmoins confirmé qu'il n'a "pas vraiment" la même moto que Viñales : "En fait, nos réglages sont très similaires mais puisqu'il est plus petit que moi, il utilise un réservoir différent. Je l'ai essayé et c'est mieux. Ça réduit un peu le poids sur l'avant donc il est moins sollicité. On utilise encore des éléments aérodynamiques assez différents, en particulier à l'arrière de la moto. Miguel [Oliveira, le troisième à disposer de l'Aprilia 2024] et Maverick utilisent [des ailerons] totalement différents des miens, donc on a quelques différences."

Un réveil à Barcelone ?

Après ce début de saison en demi-teinte, le GP de Catalogne pourrait être le terrain de jeu idéal pour permettre à Aleix Espargaró de se relancer. Le circuit est situé à quelques kilomètres de son lieu de naissance et le tracé est taillé pour l'Aprilia, entre le faible niveau d'adhérence et les courbes rapides, cela lui avait permis de remporter les deux courses l'an passé, avec même un doublé des motos italiennes le dimanche.

"La moto fonctionne bien, Barcelone est un bon circuit, et je suis vraiment impatient d'y être", confiait Espargaró au Mans, laissant entendre que des évolutions pourraient en plus jouer en sa faveur : "Le week-end de Barcelone sera incroyable. J'ai beaucoup de choses pour Barcelone donc ce sera un beau week-end, vous allez voir."

Il pourrait s'agir de la dernière apparition d'Espargaró en Catalogne puisqu'Aprilia n'a encore annoncé aucun pilote pour la saison prochaine et que l'intéressé ignore encore la suite qu'il donnera à sa carrière, même s'il assure avoir les cartes en mains. Seule certitude : Espargaró contribuera au développement de la moto répondant au règlement 2027, ce qui l'enthousiasme déjà.

"C'est sûr à 100% que je roulerai, ça me plaira. Je ne contrôle pas tout mais j'adorerais piloter cette moto 2027. Je ne sais pas si ce sera en tant que titulaire ou pilote d'essais, je l'ignore encore, 2027 reste très loin mais je vais vraiment aimer ça, c'est prometteur. Vous savez à quel point j'ai pris du plaisir et j'ai appris en développant la Suzuki et l'Aprilia. Je vais adorer ça parce que c'est un gros, gros changement pour une usine."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Di Giannantonio voit Barcelone comme "une belle opportunité"
Article suivant Yamaha aura son nouvel ensemble aérodynamique au GP de Catalogne

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France