Espargaró satisfait de son résultat malgré une touchette avec Zarco

Le pilote Aprilia a bouclé le GP d'Italie en 11e position, après un départ depuis le fond de grille et ce en dépit d'un léger accrochage avec son homologue de chez KTM en début de course.

Espargaró satisfait de son résultat malgré une touchette avec Zarco

On a beaucoup parlé ces derniers jours du Mugello comme étant un circuit à valeur de test pour les progrès de la KTM. Mais il en allait de même pour Aprilia dont la RS-GP, une moto qui accusait un net déficit de puissance l'an dernier, a été mise à rude épreuve sur ce tracé de moteur. Au final, le bilan est mitigé pour les troupes de Noale : Andrea Iannone s'est qualifié bon dernier le samedi, alors qu'Aleix Espargaró est quant à lui parvenu à décrocher la 11e place à l'arrivée, mais après une séance qualificative qu'il n'avait effectivement bouclée qu'en 15e position.

Lire aussi :

Dans ces conditions, l'Espagnol s'estimait satisfait à l'issue de la course de ramener quelques précieux points dans l'optique du championnat"Je pense que j'ai fait le maximum, pas d'erreur, les conditions de piste n'étaient pas très simples !" a-t-il ainsi souligné lors de son point presse dimanche après-midi. "C'était très glissant et chaud. C'était une course exigeante physiquement aussi, je pense que globalement nous ne devons pas être heureux mais satisfaits, j'ai donné le maximum, sans erreur."

Parti en fond de grille, le numéro 41 a subi les affres de la course en peloton dans les premiers tours, avec notamment une touchette avec Johann Zarco dans la deuxième boucle, qui lui a fait perdre du temps. Le pilote Aprilia a en effet terminé à une vingtaine de secondes du vainqueur de la course, Danilo Petrucci. "Vingt secondes, c'est loin mais ce n'est pas un désastre", a-t-il toutefois nuancé, avant de revenir sur son accrochage avec le pilote KTM : "Je sentais que je pouvais être plus rapide, mais au départ Zarco m'a percuté très fort dans le changement de direction entre les virages 2 et 3 au deuxième tour. Je pense que ça n'était pas nécessaire là où nous étions, et j'étais plus rapide que lui, mais il a décidé de faire ça."

Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini

Un manque d'accélération préjudiciable dans le peloton

Dès lors, Espargaró s'est retrouvé contraint d'évoluer derrière le Français, mais aussi et surtout Jorge Lorenzo. Intrinsèquement plus rapide, il a cependant éprouvé de grandes difficultés pour trouver l'ouverture en raison d'un manque de puissance de son Aprilia face à la Honda. Même si la marque de Noale peut se targuer d'avoir passé pour la première fois le cap des 350 km/h durant ce week-end, la meilleure vitesse de pointe du numéro 41 en course accusait en effet un déficit de 6,8 km/h face à la Honda de Lorenzo.

"Quand je les ai rattrapés, lui [Zarco] et Lorenzo, c'était impossible de les dépasser, c'était très frustrant", se souvient-il. "J'avais un meilleur rythme que Lorenzo mais je ne pouvais pas le dépasser, il avait beaucoup d'accélération, et j'étais très loin au freinage. J'ai donc passé dix ou 15 tours derrière lui, c'était très frustrant car je sentais que j'avais un meilleur rythme que lui."

Lire aussi :

Onzième sous le drapeau à damier, Espargaró rapporte tout de même à Aprilia un résultat des plus honorables, même s'il estime qu'un top 10 était largement à sa portée. Mais le relatif manque de puissance de sa machine a constitué un handicap dans sa lutte dans le peloton. Un problème qui ne se serait pas posé sans cette lointaine qualification. "Je pense que me battre pour le top 10 avec Pol et Pirro était notre vrai rythme aujourd'hui [dimanche]", poursuit-il. "Mais pour faire ça, il faut mieux se qualifier."

Avec Michaël Duforest

partages
commentaires
Une chaleur en course et un abandon qui tombe mal pour Syahrin

Article précédent

Une chaleur en course et un abandon qui tombe mal pour Syahrin

Article suivant

Dall’Igna : Ducati "ne peut pas demander plus à Petrucci"

Dall’Igna : Ducati "ne peut pas demander plus à Petrucci"
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021