Quartararo juge les bosses indignes du MotoGP : "C'est une blague"

Fabio Quartararo est très mécontent de l'état du Circuit des Amériques après les premiers essais. Le Français juge les bosses très dangereuses, encore plus qu'en 2019.

Quartararo juge les bosses indignes du MotoGP : "C'est une blague"

Deux ans et demi après la dernière visite du MotoGP sur le circuit d'Austin, les bosses restent un sujet... et le sont plus que jamais. Après les deux premières séances du week-end, les pilotes ont été nombreux à se plaindre de l'état du circuit, resurfacé dans plusieurs portions mais encore très bosselé dans d'autres, en particulier le virage 10, où les chutes ont été évitées de peu après de nombreuses frayeurs. Fabio Quartararo ne cache pas sa colère.

"C'est plus ou moins la piste que j'utilise pour mon entraînement, mais en motocross", a ironisé le Niçois. "Mais c'est beaucoup plus rapide avec une MotoGP. C'est vraiment mauvais. Il y a deux ans, on disait qu'il fallait resurfacer et c'est pire. C'est à peine acceptable pour une course. Je ne sais pas quoi dire. C'est une blague."

Quartararo craint particulièrement le début de la course, quand les pilotes seront encore les uns derrière les autres avec des machines pouvant leur échapper sur ces bosses : "Pour moi, c'est dangereux, vraiment dangereux. En course, les deux premiers tours seront chaotiques selon moi. Les virages 2, 3 et 10 sont vraiment dangereux sur la piste. On avait déjà des bosses mais c'est un cran au dessus."

"C'est acceptable mais pour moi, ce n'est pas une piste de MotoGP", a ajouté le leader du championnat. "Pour un tour ça va, mais 20 tours... il y aura de mauvais moments. Disons-le comme ça. La moto bouge au virage 10. Le truc, c'est que les bosses sont aux pires endroits possibles. Si on a des bosses aux virages 1, 11 ou 12, ça va, ce sont des virages lents. Mais les virages 2, 3 ou 10, ce sont les pires où on peut avoir des bosses, et il y en a."

Ce problème de sécurité prend le pas sur la bonne journée de Fabio Quartararo, auteur du troisième temps sur le sec dans l'après-midi et en progrès sur piste humide dans la matinée : "Je pense que sous la pluie, nous avons fait un step mais la piste, c'est un petit peu n'importe pas. Tous les deux ou trois virages, il y a un changement de goudron. Et ce n'est pas le même, il y a plus de grip, moins de grip, plus de grip, donc c'est dur de s'adapter. Sous la pluie, on va dire que ça passe. Mais quand on va passer à l'attaque, c'est n'importe quoi... Il y a des bosses de partout."

"Il n'y a aucune sécurité dans ces virages-là. Les dégagements sont super, il y a tout qui est parfait sur la piste, mais il faut régler ce problème de bosse. Et le circuit est magnifique. Il va falloir voir ce qui se passe. Apparemment, des personnes de la Dorna sont venues voir la piste. Je ne sais pas ce qu'ils ont dit donc ça sera bien de le voir à la Commission de sécurité."

Le sujet sera évidemment au cœur de cette réunion ce vendredi, à laquelle Quartararo va exceptionnellement faire entendre sa voix : "En général, je ne vais pas à la Commission de sécurité mais quand il y a quelque chose de sérieux, j'y vais. Et aujourd'hui, il y a une chose vraiment sérieuse. La piste n'est pas sûre. Ce n'est pas bien. Ils doivent refaire toute la surface."

Seul point presque positif dans ce contact, les bosses ne devraient pas réveiller le syndrome des loges pour lequel Fabio Quartararo été opéré au printemps dernier : "J'ai fait une série de 12 tours. Ok, j'a fait quelques erreurs et je suis sorti large, mais je me sentais bien physiquement. Je pense que ça sera la course la plus dure de la saison, mais on verra. Me concernant, l'arm-pump est sur un autre genre de piste. On sollicite plus les triceps que l'avant-bras [à Austin]. La partie touchée par l'am-pump n'est pas trop sollicitée."

Lire aussi :

partages
commentaires
EL2 - Márquez encore en tête, Miller et Quartararo au contact
Article précédent

EL2 - Márquez encore en tête, Miller et Quartararo au contact

Article suivant

Rossi et Zarco favorables à une course raccourcie au COTA

Rossi et Zarco favorables à une course raccourcie au COTA
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021