Malgré une cicatrice qui tire, Quartararo est serein avant Le Mans

Fabio Quartararo ne pense pas que l'opération subie la semaine dernière pour un arm-pump va le gêner au GP de France. La pluie attendue ce week-end ne l'effraie pas plus.

Malgré une cicatrice qui tire, Quartararo est serein avant Le Mans
Charger le lecteur audio

Deux jours après un GP d'Espagne qui l'a vu dégringoler de la première à la 13e position en raison d'un arm-pump, Fabio Quartararo a été opéré de l'avant-bras droit, et il a donc fait son arrivée au Mans avec un bras pourvu d'un pansement et de nombreuses bandes de kinésiologie, destinées à soutenir les muscles. Le pilote Yamaha ne s'attend pourtant pas à ressentir une gêne particulière ce week-end.

"J'ai été opéré, pour la deuxième, fois et je me sens bien", a expliqué Quartararo en conférence de presse ce jeudi. "La cicatrice tire juste un peu. Je suis impatient de rouler demain mais je me sens bien et je ne pense pas que ce sera un problème en roulant."

Lire aussi :

Le syndrome des loges a touché de nombreux pilotes depuis le début de la saison. Jack Miller et Iker Lecuona sont eux aussi passés entre les mains des chirurgiens, tandis qu'Aleix Espargaró envisage sérieusement une opération juste après le GP de France, afin d'être remis pour le Mugello, plus exigeant physiquement. Différentes approches existent pour traiter l'arm-pump mais dans le cas de Quartararo, l'intervention était inéluctable.

"L'opération était nécessaire parce que même en modifiant l'entraînement, on a des courses toutes les deux semaines. On ne peut pas vraiment changer sa morphologie. En 2019, le Mugello a été une piste très physique pour mon bras. Il semble que beaucoup de pilotes sont opérés pour un arm-pump. Je ne sais pas si c'est lié à l'entraînement mais me concernant, on a clairement vu un problème, pas seulement le syndrome."

Quartararo prêt pour une course sur piste humide

Dans son malheur, Fabio Quartararo a la chance de remonter sur la moto sur le circuit du Mans, moins physique que Jerez, et les conditions météo pourraient jouer en sa faveur puisque les prévisions annoncent un week-end pluvieux et donc un rythme moins soutenu sur les machines. El Diablo avait vécu une course difficile sur une piste détrempée en 2020 mais il manquait de préparation et il s'attend à faire mieux si les essais lui permettent de véritablement se confronter à ces conditions.

"Je suis vraiment impatient de tester la moto sous le mouillé. L'an dernier, c'était un peu étrange à cause des conditions très humides le dimanche et en EL1. Je me sens bien sur le sec avec cette moto, sur toutes les pistes, donc je suis vraiment impatient de la tester sur le mouillé. Il y a deux ans, je me sentais déjà très bien sur la moto et j'espère retrouver ces sensations, mais je pense que ça va bien se passer. Il y aura de nombreuses opportunités de rouler sous la pluie, pas juste une séance. Il semble qu'il va pleuvoir tout le week-end. Je veux prendre autant d'expérience que possible et faire de mon mieux."

Si les conditions évoluent durant la course, Quartararo pourrait également disputer son premier Grand Prix avec changement de moto : "Pour moi, ça serait une belle expérience parce que je n'ai jamais fait de course flag-to-flag. Ça fait trois ans que je m'entraîne au changement de moto mais je ne l'ai jamais fait en course ! J'espère que ce sera plus sec que mouillé, mais comme je l'ai dit, je pense que c'est le bon moment pour prendre de l'expérience sous la pluie, pour apprendre beaucoup de choses. J'espère avoir de bonnes sensations et un bon résultat ici. Je suis prêt pour ces conditions difficiles."

Lire aussi :

Quartararo devra une nouvelle fois faire face à la concurrence des pilotes Ducati, régulièrement aux avant-postes depuis la début de la saison et qui restent sur un doublé avec les pilotes de l'équipe officielle à Jerez. Les prochains circuits sont en théorie encore plus favorables à la Desmosedici, victorieuse au Mans avec Danilo Petrucci l'an dernier, mais le Niçois est convaincu que sa Yamaha sera au niveau.

"On sait que Le Mans, le Mugello et Barcelone sont bons pour eux, mais aussi pour nous. Peut-être le Mugello un peu moins, mais on reste au début du championnat. Ces trois courses seront bonnes pour eux mais aussi pour nous. Il reste beaucoup de courses, donc je ne suis pas très inquiet."

partages
commentaires

Voir aussi :

Morbidelli se projette vers 2022 avec une moto officielle
Article précédent

Morbidelli se projette vers 2022 avec une moto officielle

Article suivant

Zarco rêve de partager un podium avec Bagnaia et Miller

Zarco rêve de partager un podium avec Bagnaia et Miller
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021