Un duel Quartararo/Mir pour la 9e place "comme pour la victoire"

Fabio Quartararo voulait à tout prix devancer Joan Mir au Grand Prix de France, ce qui a mené à un beau duel dans le dernier tour. Le Français regrette que la pluie se soit invitée mais il est satisfait de sa prestation dans ces conditions, inédites pour lui dans une course du MotoGP.

Un duel Quartararo/Mir pour la 9e place "comme pour la victoire"

Fabio Quartararo a vécu une course paradoxale au Mans, avec une bonne opération au championnat malgré une course difficile. Le Français n’a pas pu profiter de sa pole sous la pluie et a dû se contenter de la neuvième place, avec cependant la satisfaction de devancer Joan Mir et Maverick Viñales, deux de ses principaux rivaux dans la course au titre, et du fait qu'aucun des pilotes arrivés sur le podium ne soient en lice pour le championnat.

"Sincèrement, quand j'ai passé la ligne d'arrivée, j'étais content de finir devant Joan et Maverick", explique Quartararo. "Mais j’ai vu l’écran géant et j’ai vu un pilote en rouge gagner la course. Je me suis dit ‘Dovi a gagné aujourd’hui, il va se rapprocher'. Puis j’ai vu que c’était [Danilo] Petrucci. Je me suis dit que c’était bien ! Et le deuxième était Álex [Márquez], le troisième était Pol [Espargaró]. J’étais en colère mais content. Notre première course sous la pluie aurait pu être pire. Je suis toujours en tête du championnat. C'est vraiment une saison étrange! Je suis satisfait d'être encore devant au championnat."

Lire aussi :

Quartararo a dû se battre face à Mir pour la neuvième place dans le dernier tour de la course. Le pilote Suzuki l'a doublé mais le Français voulait à tout prix reprendre l'avantage : "Je pense que c'est la première fois que je pense au championnat en course. Quand il m'a doublé, je me suis dit que c'était impossible. Je n'allais pas voir l'arrivée sans rien tenter. J'ai essayé de freiner très tard au virage neuf, pour le doubler, le faire sortir un peu large, mais j'étais également large parce que j'ai dépassé la limite. Cette bataille pour la neuvième place était comme une bataille pour la victoire. C'était assez fun, tout le monde était à cent pour cent, même si on dit que personne ne veut gagner ce championnat. Tout le monde veut le gagner. J'aurais préféré finir devant mais c'était un bon dépassement."

Quartararo reste satisfait de sa première course MotoGP sous la pluie

Ce résultat n'est pas celui que le pilote du team Petronas espérait après avoir dominé toutes les séances d'essais et les qualifications samedi, mais il reste satisfait de sa première course MotoGP sur une piste humide. Le poleman a chuté au quatrième rang dès le départ et des difficultés pour gérer son pneu arrière l'ont fait dégringoler jusqu'à la onzième position. Plusieurs chutes ont permis au Français de remonter à la huitième place mais Stefan Bradl puis Mir l’ont doublé dans le dernier tour, avant qu’il ne reprenne l'avantage sur le pilote Suzuki

"Je voulais faire beaucoup mieux", concède Quartararo. "Je peux être content de ma course sous la pluie, ma première course dans ces conditions. Ce n'est pas si mauvais pour le championnat, mais évidemment, j'aurais préféré une course sur piste sèche, parce que nous avions un très bon rythme. Mais c'est comme ça. Nous devons nous concentrer sur Aragón dans quelques jours."

Lire aussi :

Quartararo n'était pas satisfait de ses performances sous la pluie vendredi matin, en Essais Libres 1, et l'averse survenue avant le départ l'a poussé à basculer sur des réglages inconnus pour lui : "Nous avons pris de gros risques. J'ai demandé à l'équipe de faire de gros changements sur la moto, et nous devions voir ce que cela allait donner. Parce que dans la première séance, ce n'était pas bon. Je pensais que ce serait mieux. J'ai quand même eu des difficultés pour faire chauffer les pneus mais j'étais un peu inquiet avant la course, parce que je n'avais jamais jamais testé ces réglages. Première course sur la pluie, première course avec ces réglages, en pole position, donc j'étais un peu nerveux, mais au final, c'était bien de voir que les réglages n'étaient pas si mauvais."

C'est surtout dans les premiers tours que Quartararo a été en difficulté, en raison d'un pneu arrière difficile à faire monter en température, une faiblesse récurrente de la Yamaha. "Au début, nous avons eu beaucoup de mal à faire chauffer le pneu arrière. C'est pour ça que Dovi et Petrucci m’ont doublé si vite. Mais en fait, j'avais de très bonnes sensations à l'avant, donc je voulais défendre ma position du mieux possible. Pol m'a doublé, je suis repassé devant pour essayer de garder la position, mais l’adhérence n'est arrivée qu'après huit ou neuf tours et c'était très dur à la fin. Ce n'était pas une course facile à gérer. Je pense que ces conditions sont notre principale faiblesse. Nous avons beaucoup de mal à faire chauffer le pneu arrière. C'est pour ça que le début de la course a été très mauvais pour nous. C'est un peu étrange, mais au final, nous avons réussi à identifier de bonnes choses pour l’avenir."

partages
commentaires
Le promoteur du GP de France savoure sa réussite avec soulagement

Article précédent

Le promoteur du GP de France savoure sa réussite avec soulagement

Article suivant

Danilo Petrucci était convaincu de pouvoir gagner en arrivant au Mans

Danilo Petrucci était convaincu de pouvoir gagner en arrivant au Mans
Charger les commentaires
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021