Quartararo : "Ce podium, c'est comme une victoire"

De retour sur le podium, Fabio Quartararo accueille avec soulagement une troisième place qui correspond selon lui au meilleur résultat possible, alors qu'il s'est trouvé en difficulté sur la piste du Sachsenring.

Quartararo : "Ce podium, c'est comme une victoire"

Fabio Quartararo a fait son retour sur le podium en ralliant l'arrivée du Grand Prix d'Allemagne à la troisième position. Privé du même résultat à Barcelone par les pénalités qui lui ont été infligées, il empoche 16 précieux points qui lui permettent d'augmenter son avance au championnat en la portant à 22 unités sur Johann Zarco, plus en difficulté que lui durant cette course. Bien qu'habitué à la victoire, ce podium "qui vaut de l'or", le Niçois l'accueille comme un soulagement. "Je pense que ce podium, c'est comme une victoire", résume-t-il au micro de Canal+.

Car Quartararo a bel et bien semblé le seul en mesure d'endiguer la perte massive observée chez Yamaha ce week-end, sur une piste pourtant théoriquement favorable aux M1 par le passé. Lui qui a frôlé la pole position, il savait qu'il n'avait pas le niveau pour viser la victoire et, alors que ses collègues se débattaient tant bien que mal en fond de peloton, il a pour sa part oscillé entre la sixième et la troisième place, un moindre mal.

"Ce matin, on a vu que notre point faible se trouvait dans le secteur 2", explique le pilote français. "Je savais qu'on allait être en difficulté et c'est ce qui s'est passé pendant la course. J'étais extrêmement lent dans les virages 6 et 7. Dans les autres portions du circuit, ça allait plutôt bien, mais j'ai eu beaucoup de mal dans ces virages où l'on reste longtemps sur l'angle. J'ai fait de mon mieux, mais c’était assez clair."

"C'était une course difficile. On a eu beaucoup de mal ce week-end, et avec l'équipe c'était assez clair : ce matin, on a vu que le rythme était bon, mais pas pour la victoire. On a vu que Miguel [Oliveira] et Marc [Márquez] étaient simplement plus rapides que nous. Pas de beaucoup, mais de deux ou trois dixièmes", explique-t-il au site officiel du MotoGP. "Avec l'équipe, on s'est dit que le premier objectif était de finir devant les Ducati, et ensuite d'essayer de finir sur le podium. C'est ce que nous avons fait et je suis très heureux de ce podium."

Lire aussi :

Un départ compliqué

Outre l'infériorité de son rythme, Quartararo s'est mis dans une situation quelque peu compliquée au départ, en se faisant enfermer à l'entrée du premier virage, avec à sa gauche Johann Zarco, à sa droite Aleix Espargaró, et derrière lui un Marc Márquez qui klaxonnait déjà. "Le premier virage a été assez mauvais pour moi. J'ai pris un bon départ, mais j'ai du mal à freiner tard dans le premier virage", explique-t-il.

"Je n'ai pas paniqué", ajoute-t-il auprès de Canal+, "mais je dois améliorer le freinage après le départ. Pour l'instant, c'est un de mes points faibles et j'espère le transformer en point fort. En ce moment, je fais tout le temps de bons départs, mais je n'arrive jamais à vraiment jauger mon point de freinage et c'est une chose pour laquelle je dois prendre un peu plus d'expérience. Il faut que je sois un peu plus à la limite sur les premiers freinages."

Également passé par Jack Miller et Miguel Oliveira, le pilote Yamaha est resté six tours à la sixième place, prouvant une nouvelle fois qu'il parvient à ne pas perdre son calme face aux écueils. Conscient que la victoire n'était pas pour lui, il s'est employé à peu à peu remonter vers la meilleure place envisageable, la troisième.

"Quand la pluie est arrivée j'ai pensé au Mans, où ça avait été un bon moment, mais sur cette piste-ci c'est un cauchemar pour dépasser. Quand Miguel est passé deuxième, j'ai su qu'ils allaient s'échapper. J'étais derrière Aleix et Jack, et il fallait que je gère mes pneus. J'ai pas mal appris à gérer [mes pneus] pendant cette course, j'ai essayé d'être calme. Ce podium était très important, on n'avait pas vraiment les bonnes sensations − elles étaient bonnes, mais ce n'étaient pas celles qu'il fallait."

C'est finalement avec un véritable soulagement que Fabio Quartararo a fait aujourd'hui son retour sur la troisième marche du podium, celle sur laquelle il aurait dû monter à la régulière s'il n'avait pas été pénalisé lors de la course précédente. Une façon de remettre les compteurs à zéro.

"Barcelone, ça a été un peu le bordel pour moi. J'ai pris une pénalité de trois secondes pour avoir tiré tout droit dans la chicane, ensuite ma combinaison s'est ouverte, puis trois heures plus tard j'ai reçu une autre pénalité de trois secondes. C'était assez étrange et c'était important de revenir. Le test de lundi a été important et revenir sur le podium, à la place à laquelle j'avais fini à Barcelone, c'est positif. Notre régularité est bien meilleure que l'année dernière", se félicite-t-il.

Avec Vincent Lalanne-Sicaud et Chloé Millois

partages
commentaires
Championnat - Quartararo creuse son avance en tête

Article précédent

Championnat - Quartararo creuse son avance en tête

Article suivant

Viñales commence à percevoir un "manque de respect" chez Yamaha

Viñales commence à percevoir un "manque de respect" chez Yamaha
Charger les commentaires
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021