Fausto Gresini est décédé

La nouvelle était terriblement redoutée depuis la dernière dégradation de son état, il y a une dizaine de jours, elle est malheureusement tombée ce mardi. Fausto Gresini est décédé.

Fausto Gresini est décédé

Il se sera battu férocement durant près de deux mois, mais le COVID-19 a fini par vaincre le lion Fausto Gresini. À 60 ans, l'ancien pilote et directeur de Gresini Racing est décédé à l'hôpital Maggiore de Bologne où il se trouvait en soins intensifs depuis le 30 décembre. Il y avait été transféré après trois premiers jours d'hospitalisation à Imola, confié rapidement à un service plus à la pointe du traitement délicat de la maladie qui l'avait frappé peu avant Noël.

Initialement placé dans le coma, il en avait été sorti début janvier et avait depuis connu des périodes d'améliorations porteuses d'espoir, sitôt suivies de rechutes. C'est après une stabilisation de son état ayant fait suite à une alerte que la situation s'est une nouvelle fois dégradée le 12 février. Aucun signe encourageant n'a plus été mentionné depuis par des bulletins médicaux devenus préoccupants. Lundi, une grande partie de la presse italienne a même annoncé prématurément son décès, que son équipe avait dû démentir en concédant que son état était "extrêmement critique".

Ce mardi, la lutte courageuse que n'avaient eu de cesse de saluer les médecins a pris fin : Fausto Gresini est décédé. Son équipe l'a annoncé sobrement : "La nouvelle que nous n'aurions jamais voulu vous donner et que nous sommes obligés d'écrire. Après pratiquement deux mois de lutte contre le COVID-19, Fausto Gresini nous quitte à tout juste 60 ans. Toute l'équipe Gresini Racing entoure sa famille, sa femme Nadia et ses enfants Lorenzo, Luca, Alice et Agnese, et les innombrables personnes qui ont eu la chance de le connaître et de l'apprécier."

Marco Simoncelli, San Carlo Honda Gresini

Fausto Gresini et Marco Simoncelli

Né le 23 janvier 1961, Fausto Gresini ne pouvait échapper à la passion qui nourrit les terres d'Imola, où il fait ses premiers pas et, bientôt, ses premiers tours de roue. D'abord mécanicien, il s'investit corps et âme pour tout apprendre, les mains dans le cambouis dès l'adolescence, puis parvient à toucher du doigt son rêve en s'essayant à son tour au pilotage de ces motos qu'il bichonne.

Rapidement, il gravit les échelons jusqu'à s'aligner au départ du Grand Prix des Nations, à Misano, en 1982, où il joue des coudes avec les stars du Championnat du monde. L'année suivante, il intègre à son tour la série en tant que titulaire, et c'est une carrière de 12 ans qui débute, intégralement disputée dans la catégorie 125cc. Dès 1985, il décroche son premier titre de Champion du monde, qu'il réédite deux ans plus tard. Il sera également trois fois vice-Champion du monde et s'imposera à 21 reprises, écrivant l'un des chapitres les plus importants de la catégorie à une époque où ses adversaires s'appellent Ángel Nieto, puis Luca Cadalora, Pierpaolo Bianchi ou encore Loris Capirossi.

Lorsqu'il raccroche son casque, à 33 ans, Fausto Gresini prend le temps de peaufiner sa seconde carrière. Il est l'heure pour lui de transmettre et c'est ainsi que naît Gresini Racing. "À un certain moment, j'ai dû faire un choix entre devenir un vieux pilote ou un jeune manager", expliquera-t-il. L'aventure sera des plus riches, là aussi, alors qu'il devient l'un des directeurs d'équipe les plus aimés, profondément attaché à ceux qu'il encadre, qu'ils soient les champions dans la lumière ou les hommes de l'ombre.

Fausto Gresini et Marco Melandri en 2006

L'aventure Gresini Racing commence par les 500cc, avec Alex Barros et de premiers podiums conquis avec la Honda NSRV bicylindre deux-temps puis la quatre-cylindres. Dès 1999, l'équipe brille en 250cc avec Loris Capirossi (son ancien adversaire) ou encore Daijiro Kato. Tous deux gagnent et se placent l'un après l'autre sur le podium du championnat, puis le Japonais triomphe dans une année 2001 record. Le retour dans la catégorie reine, à la création du MotoGP en 2002, s'accompagne d'un premier drame, la mort de Kato au Grand Prix du Japon 2003. Huit ans plus tard, c'est son autre pilote fétiche, Marco Simoncelli, qui se tue au Grand Prix de Malaisie, laissant Fausto Gresini marqué à jamais.

Sans jamais baisser les bras, Gresini est resté un pilier du championnat malgré les épreuves, engagé dans toutes les catégories et passeur inlassable auprès des jeunes pilotes. Son équipe a continué à briller en MotoGP, portée au fil des années par Sete Gibernau (vice-Champion du monde 2003 et 2004), Marco Melandri (vice-Champion du monde à son tour en 2005), Toni Elías (vainqueur du fameux GP du Portugal 2006 en MotoGP, puis premier titré en Moto2 en 2010), Álvaro Bautista (cinquième et sixième aux championnats 2012 et 2013), Enea Bastianini (qui dispute ses trois premières saisons de Moto3 et signe ses premiers succès avec l'équipe), ou encore Jorge Martín (titré en Moto3 en 2018), pour ne citer qu'eux.

Fausto Gresini et Jorge Martín en 2018

Depuis 2012, le team Gresini est engagé dans les trois catégories des Grands Prix, un programme auquel s'est ajouté le MotoE en 2019, avec succès puisque c'est son pilote, Matteo Ferrari, qui remporte la première saison. En MotoGP, l'important partenariat scellé avec Honda depuis la création de l'équipe a pris fin en 2015, et c'est à Aprilia que Gresini Racing s'est associé dans un programme unique visant à soutenir le constructeur avant qu'il n'engage une véritable équipe officielle. Au mois de décembre, l'équipe italienne a annoncé avoir renouvelé son contrat avec le championnat pour les cinq prochaines années, mais avec pour projet de retrouver son statut de team indépendant en 2022.

De sa carrière de pilote, née au mérite depuis les ateliers dans lesquels il apprenait les secrets des motos tard le soir, Fausto Gresini a tiré une volonté de fer, qu'il n'a eu de cesse depuis de transmettre à ses équipes, au travers du mélange essentiel entre travail et passion, aussi intensément vécus l'un que l'autre. Leader et fédérateur, il était le pilier de ses troupes, mais aussi l'une des références du paddock depuis son arrivée remarquée lors de ce Grand Prix des Nations 1982.

La mort de Fausto Gresini laisse aujourd'hui un vide immense dans le cœur de chacun d'entre nous qui avons pu vibrer devant les exploits du champion qu'il fut ou admirer sa gestion humaine et passionnée de son équipe. Deux de ses pilotes ont été intronisés au rang de Légendes après les drames qui ont marqué sa carrière de patron ; aujourd'hui il les rejoint, lui aussi bien trop tôt.

Fausto Gresini et Marco Simoncelli en 2010

partages
commentaires
Pol Espargaró le sait, avec Honda "la pression sera forte"

Article précédent

Pol Espargaró le sait, avec Honda "la pression sera forte"

Article suivant

Les hommages affluent après la mort de Fausto Gresini

Les hommages affluent après la mort de Fausto Gresini
Charger les commentaires
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021
Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales Prime

Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales

Sa victoire autoritaire lors de la manche d'ouverture du championnat intervient alors que Maverick Viñales vit une période de changement personnel et professionnel. Est-ce le tremplin vers une lutte pour le titre plus concrète qu'elle ne l'a été par le passé ?

MotoGP
30 mars 2021