Fenati traité "comme un meurtrier" : certains pilotes s'insurgent

Face à la déferlante médiatique au cœur de laquelle s'est trouvé Romano Fenati après avoir appuyé sur le frein d'un adversaire en pleine course, certains pilotes MotoGP sont choqués par la tournure qu'ont pris les événements.

Fenati traité "comme un meurtrier" : certains pilotes s'insurgent

La manœuvre de Romano Fenati était dans tous les esprits lorsque le paddock a quitté Misano, il y a moins de deux semaines, et le sujet de discussion reste brûlant à l'heure d'entrer dans le week-end d'Aragón. Néanmoins, avec le recul, et alors que l'Italien s'est excusé, certains pilotes en appellent à une certaine mesure.

"Bien entendu, ce que Fenati a fait est incroyable. Je ne sais pas comment le cerveau d'un pilote, d'un gamin, peut penser à faire ça, c'est fou. Et ça n'est pas la première fois qu'il fait quelque chose comme ça. Mais qu'il fasse ça et que le résultat c'est qu'on le traite comme un meurtrier, c'est dingue ! C'est juste un gamin qui pilote une moto. Il a fait une grosse erreur, il doit payer pour ça, mais quand il a dit qu'il était vraiment désolé, qu'il ne courra plus et qu'il va retourner travailler dans sa ville, j'étais effondré", commente Aleix Espargaró.

Lire aussi :

Après avoir reçu un drapeau noir en course et deux courses de suspension, Fenati a été renvoyé par son équipe actuelle et a vu son contrat avec son futur team annulé, avant de perdre sa licence italienne et d'être convoqué à la Fédération internationale afin d'être entendu. Entre-temps, il avait déjà fait savoir qu'il entendait reprendre un emploi dans la vie civile et cesser la compétition, touché par le flot de critiques et d'insultes dont il a été l'objet.

"C'est un gamin, quoi, c'est un sport", reprend Espargaró. "Il a fait une grosse erreur, on le pénalise, durement – peut-être que deux courses, ça n'est pas assez, [peut-être qu'il devrait] ne plus courir cette saison – mais j'ai lu beaucoup de choses stupides. Fonsi Nieto a fait cela par le passé à Elias, et après la course ils en ont plaisanté. Les temps changent. La pénalité doit être beaucoup plus forte que par le passé, il faut qu'on apprenne, mais allez, le niveau de bon sens a été dingue."

"On aurait cru qu'il avait tué quelqu'un"

Mis à part le fait qu'il a déclaré auprès de Sky Italie que Fenati avait été "un échec" de son Academy (dont il a été renvoyé il y a deux ans), Valentino Rossi s'était peu exprimé sur le sujet à Misano. Néanmoins, il a fait écho aux déclarations d'Aleix Espargaró ce jeudi.

"Je pense que ce qu'a fait Fenati est quelque chose de grave et de dangereux, mais ce qui est arrivé dans les jours qui ont suivi, je ne le comprends pas, sincèrement. Ça a été trop dur à son égard", déclare le Docteur. "À mon avis, tout le monde a exagéré et j'ai entendu en parler des gens qui n'ont probablement jamais vu une course de moto. L'information sur Fenati a été plus importante que la victoire de Dovizioso sur la Ducati, et franchement ce sont des choses que je n'arrive pas à comprendre. Deux courses [de sanction] sont peut-être peu, il en faudrait peut-être trois, mais ça doit en rester là. Ce qui s'est passé après, à mon avis c'est trop."

Lire aussi :

Interrogés en conférence de presse, Marc Márquez et Andrea Dovizioso ont appuyé ces propos, en appelant eux aussi au bon sens dans le jugement porté sur cette manœuvre, bien que de toute évidence gravissime.

"Bien sûr, l'action était dure, suffisante pour écoper d'une lourde pénalité. Je crois que deux courses, ça n'était pas une pénalité assez forte. Par contre, là où je ne suis pas d'accord c'est sur ce que ça a engendré médiatiquement. Ça passait aux infos en Espagne, on parlait de lui tous les jours, c'est trop", estime Márquez. "OK, il doit y avoir une pénalité lourde, mais médiatiquement c'était trop pour lui. À un moment donné, on aurait cru qu'il avait tué quelqu'un."

"Il a besoin d'une forte pénalité, d'autant plus qu'il a déjà fait quelque chose par le passé", souligne Dovizioso, en rappelant le coup de pied de Romano Fenati à Niklas Ajo en Moto3 il y a trois ans. "La pénalité n'a peut-être pas été assez forte, il n'a pas compris et il a fait quelque chose de très mal à Misano, la pénalité doit donc être très forte. Mais comme Marc l'a dit, les médias en ont trop parlé et ils sont allés dans la mauvaise direction parce qu'ils ont parlé de choses stupides, pas de course. Les réseaux sociaux créent une très mauvaise situation, je crois que dans la plupart des cas ils apportent une très mauvaise réponse. […] Je n'aime pas cette situation et la façon dont les médias gèrent cela."

Romano Fenati, Marinelli Snipers
Andrea Dovizioso, Ducati Team, Marc Marquez, Repsol Honda Team

Aleix Espargaró s'insurge également que les projecteurs aient été braqués sur le geste hautement antisportif de Romano Fenati, sans que son adversaire, Stefano Manzi, ne soit puni à ses yeux à la hauteur de ce qu'il aurait mérité pour son propre comportement quelques instants plus tôt.

"Je ne comprends pas la pénalité de Manzi, c'est n'importe quoi. Manzi devrait rester chez lui pendant deux courses, parce qu'il l'a heurté deux fois. Je n'ai jamais vu quelque chose comme ça : six places de pénalité sur la grille, c'est ce qu'ils m'ont donné pour avoir gêné Lorenzo dans un virage au warm-up de Barcelone. À la Commission de sécurité, je dirai : est-ce que c'est la même chose d'être au milieu de la trajectoire au warm-up et de heurter un pilote trois fois ? Parce que, pour moi c'est incroyable", martèle le pilote Aprilia.

Lire aussi :

L'Espagnol voudrait croire que des sanctions adaptées à la gravité de telles manœuvres sauraient faire changer Romano Fenati, comme d'autres avant lui. "Un jour, Lorenzo a dit quelque chose qui m'a plu. Il a dit que quand il était jeune, il n'arrêtait pas de faire des choses stupides et, lorsqu'il a été pénalisé d'une course, il a changé et n'a plus fait de mauvaises manœuvres. Alors peut-être qu'il aurait été bon de lui provoquer un choc, de ne plus lui permettre de courir cette saison, et je suis certain qu'il aurait changé", assure Espargaró, indiquant qu'il accueillerait volontiers l'Italien en MotoGP si celui-ci évolue : "Je n'ai aucun problème s'il vient en MotoGP. On a des pilotes pires que ça en MotoGP."

S'il est au moins un pilote qui ne partage pas ce point de vue, c'est Cal Crutchlow. Véhément à Misano, l'Anglais assure ne pas avoir changé d'avis avec le recul. "Il s'est excusé et maintenant tout le monde doit se sentir désolé pour lui. Mais je n'y crois pas. Il a fait beaucoup de choses étranges. Bien sûr, je ne suis pas un ange en piste et d'autres non plus, mais pour moi c'était la limite, alors je ne change pas du tout d'avis", affirme-t-il.

partages
commentaires
Márquez : "Une grande saison jusqu'à présent"

Article précédent

Márquez : "Une grande saison jusqu'à présent"

Article suivant

Aragón ? Une des pistes cochées par Márquez, selon Dovizioso

Aragón ? Une des pistes cochées par Márquez, selon Dovizioso
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021