Folger : "À la fin, j'avais le même rythme que les pilotes du top 5"

Quelques jours après avoir marqué ses premiers points en catégorie reine, Jonas Folger s'est livré à Motorsport.com pour faire le point sur les aspects positifs et ceux qui restent perfectibles dans sa performance.

Folger : "À la fin, j'avais le même rythme que les pilotes du top 5"
Jonas Folger, Monster Yamaha Tech 3
Jonas Folger, Monster Yamaha Tech 3, Alex Rins, Team Suzuki MotoGP
Jonas Folger, Monster Yamaha Tech 3
Jonas Folger, Monster Yamaha Tech 3
Jonas Folger, Monster Yamaha Tech 3
Jonas Folger, Monster Yamaha Tech 3
Jonas Folger, Monster Yamaha Tech 3, et Nicolas Goyon
Jonas Folger, Monster Yamaha Tech 3
Jonas Folger, Monster Yamaha Tech 3
Jonas Folger, Monster Yamaha Tech 3
Ralf Waldmann et Jonas Folger, Monster Yamaha Tech 3
Jonas Folger, Monster Yamaha Tech 3
Charger le lecteur audio

Passé de la huitième à la 18e place au départ de la course de Losail, dimanche soir, le pilote allemand a clairement identifié ce qui lui a coûté cher sur son premier Grand Prix en MotoGP. Il n'en demeure pas moins positif quant à son potentiel, conscient qu'il a réalisé, depuis qu'il a pris en main la Yamaha, des performances qui ont tapé dans l’œil de ses adversaires.

Avec un peu de recul, quel bilan dresses-tu après ta première course en MotoGP ?
Je suis plutôt content, même si je n'ai pas atteint l'objectif que je m'étais fixé. Je crois qu'au-delà de ce mauvais départ que j'ai pris, au final j'ai pu disputer une bonne course et marquer des points, sans chuter, ce qui est important. Je pense donc que c'est un bon résultat, sur la base duquel on va continuer à travailler.

Le départ est donc vraiment le point que souhaites-tu améliorer sur la prochaine course ?
Je dois travailler sur mon départ. J'ai perdu beaucoup de positions dans les premiers tours, ce qui est dommage parce qu'on avait un très bon rythme. Je crois qu'à la fin de la course j'avais le même rythme que les pilotes du top 5, alors oui je dois améliorer mon départ et peut-être me montrer plus agressif et faire en sorte de ne pas perdre la course au début. Je pense que j'ai été trop prudent, parce qu'il pleuvait un peu et le départ a été retardé, etc. Je n'étais pas sûr de combien de risques je pouvais prendre, mais je n'en ai peut-être pas pris suffisamment. J'ai été trop prudent et tout le monde m'a passé, en particulier dans les premiers tours.

Quel est ton feeling avec les pneus Michelin ?
Ils sont bons. En venant du Moto2, je trouve que ces pneus sont vraiment très bons, surtout le pneu avant que je trouve très bon pour freiner et entrer dans les virages. C'est une aide un peu partout.

Et quel effet te fait ta moto ?
Il n'y a que quatre Yamaha en MotoGP et c'est celle de l'année dernière. Je trouve qu'elle fonctionne vraiment bien. C'est bien, surtout pour nous qui sommes rookies, d'avoir une moto dont on sait qu'elle est bonne. L'équipe officielle reçoit toujours de nouvelles choses, or une nouveauté ne représente pas toujours un mieux. Je pense qu'on a une très bonne base.

Les leaders du championnat se sont dit impressionnés par ce que tu as fait. Qu'est-ce que cela fait d'entendre cela ?
C'est sympa ! Vale et tous ces gars sont mes idoles, quand j'étais jeune je les regardais et maintenant ils me font un compliment. Cela me rend fier. C'est sympa et je suis content d'être en MotoGP.

Comment se passe ton travail avec ton ingénieur, Nicolas Goyon, et avec Hervé Poncharal ?
Bien. Cela fait longtemps que je connais Hervé maintenant, on est de bons amis. J'ai aussi une bonne relation avec Nico, mon technicien, et avec Maxime [Reysz, ingénieur datas, ndlr]. L'ambiance est très détendue avec toute l'équipe. On s'amuse bien.

As-tu appris un peu de français ?
Non, pas encore ! Peut-être que je le ferai dans le futur.

partages
commentaires
Selon Schwantz, Viñales peut gérer la pression en vue du titre
Article précédent

Selon Schwantz, Viñales peut gérer la pression en vue du titre

Article suivant

KTM ne veut pas griller les étapes pour sa première saison

KTM ne veut pas griller les étapes pour sa première saison
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021