Forcada : "Une 2e place de Maverick aurait été vue comme un désastre"

Ramon Forcada, l'ingénieur en chef de Maverick Viñales, analyse la course du pilote espagnol au Qatar, au cours de laquelle celui-ci a géré la pression d'une obligation de résultat, après avoir dominé toute la pré-saison.

Forcada : "Une 2e place de Maverick aurait été vue comme un désastre"
Le vainqueur Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing, Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Podium : le vainqueur Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing, le deuxième, Andrea Dovizioso, Ducati Team, le troisième, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Le vainqueur Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing, le troisième, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Le vainqueur Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing dépasse Andrea Dovizioso, Ducati Team
Podium : le vainqueur Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing, le troisième, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Charger le lecteur audio

Les choses n'ont pas été dans le sens du nouveau pilote Yamaha dimanche, lui qui avait mené la vie dure à ses rivaux tout au long de l'hiver (signant le meilleur temps lors de sept des 11 sessions collectives), et qui avait décroché la pole grâce à un tour stratosphérique lors des essais vendredi.

Dans ces conditions, le tumulte provoqué par le mauvais temps à Losail, ainsi que les allées et venues sur la grille et le manque d'adhérence sur une piste une fois de plus très froide, ne pouvaient jouer qu'en faveur de ses adversaires, d'autant plus si on prend en compte le fait que celui-ci a pris un départ laborieux.

Cependant, Viñales a joué son rôle à la perfection : il est resté patient lors des premiers tours, malgré le fait qu'il évoluait en cinquième position ; il ne s'est pas laissé impressionner par les diverses chutes qui se sont déroulées devant lui, celle de Johann Zarco au septième tour mais surtout celle d'Andrea Iannone au 11e ; il est monté en puissance jusqu'à s'emparer du leadership après avoir dépassé Marc Márquez (12e tour) et Andrea Dovizioso (14e tour); avant de défendre sa position face à l'Italien jusqu'au passage de la ligne d'arrivée, qu'il a franchie avec quatre dixièmes d'avance, et ce malgré la pointe de vitesse de la Ducati.

Viñales a véritablement donné une leçon sur comment magnifier une situation mal embarquée au regard des attentes suscitées au cours des deux mois d'essais, et qui faisaient office de fardeau sur les épaules du Catalan au départ du Grand Prix.

La pression des attentes sur les épaules

"Sur le moment, nous avons eu la sensation qu'une deuxième place de Maverick aurait été perçue comme un désastre. Il semblait que la seule chose qu'il puisse faire était de confirmer sa domination, et de gagner coûte que coûte, et que tout autre résultat aurait été considéré comme un échec. Cela a généré une pression énorme, d'autant plus dans les circonstances dans lesquelles nous courrions", a expliqué Forcada au cours d'un entretien avec Motorsport.com, où celui-ci a dressé une radiographie de la performance du jeune homme de Figueres lors des différents moments de l'épreuve.

"Il n'a pas réalisé son meilleur départ, et Zarco s'est infiltré. Ensuite il a attendu de voir comment les choses se passaient et il est resté calme lorsque Iannone a chuté juste devant lui. À partir de là, il a haussé le rythme et s'est préparé à attaquer", ajoute l'ingénieur, tout particulièrement satisfait de la manière avec laquelle son pilote a abordé les deux derniers tours dans le duel trépidant qui l'a opposé à Dovizioso.

"Il a creusé le trou pour aborder le dernier tour avec une certaine marge sur la Ducati, qui est très rapide et accélère beaucoup à partir de la quatrième vitesse. C'était la seule façon de désamorcer toute tentative de retour. Il a joué sa partition à la perfection", conclut Forcada.

partages
commentaires
KTM proche de son premier point mais loin de la tête
Article précédent

KTM proche de son premier point mais loin de la tête

Article suivant

Loris Baz : "La Ducati, une moto qu'il faut savoir apprivoiser"

Loris Baz : "La Ducati, une moto qu'il faut savoir apprivoiser"
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021