En état de grâce, Morbidelli a vécu sa "plus belle course"

Deuxième pilote cette saison à gagner plus d'une fois, Franco Morbidelli a frappé fort dans l'optique du championnat mais aussi vécu une course si parfaite qu'elle lui a procuré des sensations inédites.

En état de grâce, Morbidelli a vécu sa "plus belle course"

Prudent quant à ses chances de titre jusqu'à présent, Franco Morbidelli semblait avoir compris samedi, après s'être qualifié en première ligne, qu'il était au pied du mur : c'était tout ou rien, tel qu'il l'annonçait lui-même, et seule une approche agressive en course ce dimanche pouvait lui permettre de confirmer des chances qui, mathématiquement, restaient réelles mais peut-être pas suffisamment pour être prises au sérieux.

Et le pilote italien a bel et bien déroulé son plan tel qu'il l'espérait, dominant le Grand Prix de Teruel avec une performance aussi puissante que parfaite, imposant le respect à ses poursuivants sans aucune contestation possible. "Je savais que je devais faire une course agressive et quand j'ai vu que j'avais une piste dégagée devant moi, j'ai juste décidé de tout donner à chaque tour", a-t-il résumé à l'arrivée.

Lire aussi :

La piste dégagée, il l'a eue dès le premier tour, lorsque le malheureux Takaaki Nakagami a cédé sous la pression. Une fois le Japonais dans le bac à gravier, Morbidelli s'est emparé des commandes pour ne plus les lâcher. Suivi par Álex Rins, il s'est tenu à l'abri d'un duel en fin de course, d'abord en maintenant une avance très stable avec un rythme de métronome, puis en donnant le petit coup de collier décisif dans les derniers tours.

Décrivant cette deuxième victoire comme étant "peut-être la plus belle course de [sa] vie", le pilote italien, déjà victorieux à Misano le mois dernier, a salué un succès d'équipe. "Cette victoire, on l'a vraiment construite avec mon équipe. Hier, Ramon [Forcada] et moi, on est resté au stand jusqu'à 22h, pour comprendre ce que l'on pouvait faire pour améliorer encore un tout petit peu la moto et faire durer un peu plus le pneu", a-t-il expliqué au micro de Sky Italia.

Son équipe s'est investie, et lui a fait le reste, se montrant agressif et précis dans son pilotage, sans ne rien laisser au hasard ni commettre la moindre erreur. "J'ai peut-être pris de la dynamite au petit déjeuner !" décrivait-il à sa descente du podium, radieux, tout en comparant ces 23 tours à un "trip" tant il a eu le sentiment de planer. "Je me sentais tellement bien avec la moto, j'avais des sensations tellement bonnes dans le pilotage et je donnais tellement en piste que ça me semblait irréel. Et mon niveau de concentration était tellement grand que j'ai réussi à finir la course, alors que ça me semblait impossible avec un tel rythme et un tel niveau d'efforts. C'est pour ça que j'ai dit que c'était comme un trip, car ça semblait fictif."

"Je savais qu'aujourd'hui c'était tout ou rien, et je savais aussi que mon équipe avait fait un travail formidable ce week-end. Ils ont réglé la moto de la meilleure façon possible, j'avais confiance à 100% dans mon package et j'ai juste essayé de tout donner à chaque tour. Au final, je me suis senti super bien pendant toute la course, et c'était positif car on s'attendait tous à une dégradation des pneus. Merci à eux, ils ont fait un travail formidable et si j'ai gagné aujourd'hui, c'est grâce à eux", a affirmé le pilote, parti avec une monte medium-medium, comme Fabio Quartararo.

Franco Morbidelli, Petronas Yamaha SRT

"À mon avis, c'était mieux qu'à Misano, parce qu'on a fait un choix risqué pour la course et ça a payé, mais surtout parce que les sensations que j'avais quand je pilotais étaient fantastiques. On a super bien travaillé avec l'équipe et aujourd'hui je me sentais vraiment à l'aise avec la moto et avec les conditions de piste. En termes de performance, c'était donc encore mieux qu'à Misano. Bien sûr, gagner à Misano cela a une saveur particulière, parce que je suis à la maison, mais aujourd'hui la performance était meilleure. Battre les Suzuki, c'était une réalisation qui trouve sa source dans le travail de l'équipe."

Plus rapide de 6"7 que le vainqueur de la semaine dernière, Morbidelli a amélioré sa propre performance de 11 secondes après sa sixième place dimanche dernier sur cette même piste. Une réussite construite dès vendredi, lorsqu'il a dédié l'intégralité de la première journée à sa performance en pneus usés. "On a très bien travaillé ce week-end, et ça a été la clé. On a fait des tours en pneus usés, on a essayé de régler la moto non pas pour les pneus neufs mais pour le moment où les pneus se dégradent, et ça a payé."

Une "concentration supérieure" à la Senna

Transcendé, Franco Morbidelli s'est lui-même étonné de la manière dont il a vécu cette course, au point de tenter de l'analyser par ses origines maternelles. "Aujourd'hui c'était une concentration brésilienne", tente-t-il pour décrire l'état de grâce qui a été le sien. "Une de mes idoles sportives est Ayrton Senna. Je n'ai jamais cru à un niveau de concentration supérieur ou différent de celle que l'on peut avoir normalement pendant une course, mais aujourd'hui je commence à y croire un peu plus. Je commence à croire que l'être humain peut faire des choses formidables si l'on est dans une condition optimale, comme je l'étais aujourd'hui."

"Ma condition mentale optimale est due au fait que l'on a travaillé de manière splendide pendant les essais et c'est mon équipe qui m'a mis dans cette situation, dans ce calme mental, en condition de ne penser qu'à piloter la moto de la meilleure manière possible", poursuit-il. "Quand j'ai fini la course, j'ai eu l'impression d'avoir fait deux tours, pas 23. C'était impressionnant. Avant ce jour, je ne croyais pas à ce genre de choses. Je suis hyper rationnel, et même pas extrêmement croyant, mais aujourd'hui j'ai senti quelque chose de différent sur la moto."

Et Franco Morbidelli souhaitera peut-être redevenir très rationnel rapidement, car cette deuxième victoire le ramène à 25 points du leader du championnat, à la quatrième position.

partages
commentaires
À terre après cinq virages, Nakagami regrette une "erreur stupide"

Article précédent

À terre après cinq virages, Nakagami regrette une "erreur stupide"

Article suivant

Heureux de son top 5, Zarco a même pensé au podium

Heureux de son top 5, Zarco a même pensé au podium
Charger les commentaires
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021