Réactions
MotoGP GP d'Italie

Morbidelli en progrès mais dans le flou pour la suite

Boosté par ses récents résultats, Franco Morbidelli espère aujourd'hui avoir dépassé le plus difficile après son accident du mois de janvier. Mais sur un marché des transferts très actif, il admet ne pas avoir pour le moment de visibilité sur son avenir.

Franco Morbidelli, Pramac Racing

Franco Morbidelli a réalisé au Mugello son meilleur week-end de cette première partie de championnat, et même obtenu son meilleur résultat depuis sa quatrième place au GP d'Argentine qui s'est couru il y a 14 mois. En Italie, le pilote Pramac a marqué les points de la quatrième position au sprint, puis ceux de la sixième place dans la course principale.

Si ces performances restent inférieures à celle de son coéquipier, Jorge Martín, l'un des hommes forts du championnat et leader aujourd'hui du classement général, Morbidelli confirme qu'il avance alors qu'il avait entamé la saison avec pour première mission de découvrir sa moto et de s'y adapter.

Lourdement accidenté en janvier, il s'est retrouvé à l'arrêt précisément au moment où il aurait dû poser ces bases avec une Ducati qu'il ne connaissait pas, un travail transféré tant bien que mal aux week-ends de course. Depuis trois Grands Prix, cependant, il a franchi un cap. Cela s'est perçu au Mans, puis à Barcelone malgré une chute qui l'a empêché de concrétiser. Au Mugello, il s'est efforcé de ne pas reproduire la même erreur pour valider les gros points en jeu.

"J'ai dû ralentir. J'étais un peu trop à la limite au freinage alors je me suis dit qu'il valait mieux ralentir et ramener un bon résultat au lieu de faire une bêtise comme à Barcelone", a expliqué Morbidelli, le sourire aux lèvres en quittant la Toscane. "Un week-end solide, on s'améliore. On progresse de jour en jour. J'espérais quelque chose de mieux pour cette course. J'ai dû relâcher à un moment donné, mais ça reste un week-end positif pour ma course à domicile. Après y avoir goûté à Barcelone sans aller au bout, ce week-end on a réussi à améliorer les départs, qui ont été bons, et à terminer avec notre véritable potentiel, alors on est très contents."

Lire aussi :

Morbidelli a donné l'impression d'avancer crescendo tout au long de ce Grand Prix, alors qu'il n'a pas réussi à se montrer suffisamment rapide dans le time attack vendredi pour obtenir la qualification en Q2. Bien plus efficace samedi matin, il a dominé la Q1 pour ensuite se placer en deuxième ligne sur la grille. Malgré un mauvais départ au sprint, exercice dans lequel il reste trop inconstant à son goût, il a conclu la journée par une course "solide".

"Je voyais la victoire et le podium juste là, devant moi. C'était la même chose à Barcelone mais j'avais décidé d'attaquer pour l'obtenir et j'avais fait une erreur, alors aujourd'hui j'ai décidé de simplement ramener la moto à l'arrivée pour obtenir un résultat solide qui apporte un gros boost de confiance à tout le monde", commentait-il à chaud.

Avec cette fois un départ réussi, la course principale de dimanche l'a vu prendre l'avantage sur Maverick Viñales puis se maintenir quelques tours dans le sillage de Pedro Acosta avant de reculer, sans toutefois céder sa sixième place. Réaliste sur les neuf secondes qui le séparaient encore du vainqueur sous le drapeau à damier, Morbidelli a tout de même pris ce résultat comme un carburant pour la suite.

"J'espère que le pire est passé"

Les difficultés causées par son accident sont-elles derrière lui à présent ? "Oui", a-t-il assuré. "Il a fallu que l'on réalise sur les quatre ou cinq premières courses la grande partie de la première approche [de la moto]. On n'a pas eu les cinq journées de tests [d'avant-saison], on l'a fait en quatre ou cinq week-ends, malheureusement. Mais cette période est passée, assez bien et assez vite d'ailleurs, parce que quand on ne connaît pas la moto, ça pourrait prendre plus de temps avant d'arriver à son potentiel maximum ou de s'en approcher. On y arrive assez vite et j'en suis content. Il faut juste continuer à travailler comme ça et on verra jusqu'où on peut aller."

"Ça a été dur pour diverses raisons, mais je suis très chanceux, j'ai à mes côtés énormément de personnes qui m'apprécient et qui me donnent la force pour affronter tous les moments difficiles que doit affronter un sportif. Ma force et ma chance sont mes amis, ma copine et toutes les personnes qui me sont proches et qui me poussent toujours à rester fort, surtout dans cette période difficile. Ils m'ont poussé à rester très concentré et très fort. J'espère que le pire est passé", ajoutait le pilote italien.

Franco Morbidelli encouragé par Valentino Rossi sur la grille de départ au Mugello.

Franco Morbidelli encouragé par Valentino Rossi sur la grille de départ au Mugello.

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Il n'échappe toutefois à personne que dans cette période qui précède la pause estivale, chaque course s'accompagne de grandes implications. Sorti du groupe des pilotes les plus en vue avec les difficultés qu'il a cumulées chez Yamaha puis cet accident, le vice-Champion du monde 2020 tente d'afficher sa sérénité alors que les meilleures places s'arrachent. Aujourd'hui pilote Pramac sur une Ducati de 2024, il ignore si son équipe restera partenaire du constructeur italien ou passera dans le giron de Yamaha, et si lui-même restera en poste dans le team de Paolo Campinoti ou sur une autre Ducati.

"C'est une période intense sur le marché parce qu'il y a beaucoup de pilotes en phase de renouvellement. Ça se voit aussi en course, le niveau général du MotoGP est plus élevé qu'il ne l'a jamais été. Le marché, c'est un sujet sur lequel je sais bien peu de choses", a admis Morbidelli.

"Les résultats vont clairement aider notre championnat de toute façon, car cela reste important même si j'ai eu des problèmes au départ de cette saison. C'est important d'être bon au championnat, de faire le maximum, et finir des courses est la clé pour y arriver", soulignait-il encore au Mugello.

"Il faut qu'on arrive à faire du très bon travail, à progresser encore, à avoir la vitesse pour se battre pour le podium avant tout. Le prochain objectif est d'avoir la vitesse pour se maintenir là, partir en première ou deuxième ligne de manière stable et figurer parmi les cinq premières places à toutes les courses, à commencer par la prochaine."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Hamilton impatient de voir Márquez sur la Ducati
Article suivant KTM en souffrance au Mugello : "De loin le pire circuit pour nous"

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France