Morbidelli, le satellite qui reste en orbite

Franco Morbidelli a cette fois dû s'incliner dans son duel de fin de course face à Jack Miller, une semaine après avoir eu le dessus sur l'Australien dans un finish haletant. Mais l'heure était tout de même aux réjouissances, avec une nouvelle arrivée sur le podium et la confirmation de la seconde place au Championnat du monde des pilotes... en qualité de pilote satellite !

Morbidelli, le satellite qui reste en orbite

Qui aurait pu penser il y a encore quelques courses que Franco Morbidelli conclurait la saison 2020 en position de vice-Champion du monde, et premier pilote du clan Yamaha ? Troisième à l'arrivée du Grand Prix du Portugal, qui marquait la dernière épreuve du championnat, l'Italo-Brésilien a clairement été l'un des hommes forts de la seconde moitié de saison. Sa troisième place du jour marque aussi le troisième podium du pilote Petronas SRT sur les quatre derniers GP, acquis avec un équipement différent de celui de son équipier Fabio Quartararo, qui s'est progressivement perdu comme les autres pilotes disposant du matériel d'usine le plus récent.

Morbidelli a tenu la seconde place de la course depuis le départ, avant de voir Jack Miller porter une attaque imparable dans l'ultime passage, en guise de revanche à leur duel du week-end dernier qui s'était conclu par une superbe victoire du #21 dans les ultimes mètres. Peu importe : Morbidelli a une nouvelle fois fait son petit effet et a bien constaté qu'il n'aurait quoi qu'il en soit pas été possible de lutter pour la victoire face à un Miguel Oliveira qui évoluait seul sur sa propre planète.

"Je suis plus heureux de la deuxième place au championnat que de la position perdue dans le dernier tour", souriait-il de manière entendue lors de la conférence de presse d'après-Grand Prix. "Jack était très bon, très fort, particulièrement à la fin où il était plus fort que moi. Il a été malin et ne m'a pas donné la chance de répliquer alors vraiment, félicitations à lui et à Miguel, qui a été intouchable aujourd'hui."

Lire aussi :

Morbidelli s'est vite rendu compte qu'il serait vain de tenter de répliquer au rythme affiché d'entrée de jeu par le pilote Tech3, qui a signé sa seconde victoire de la saison et a fait un bond au championnat. "J'ai essayé au début pour voir si j'étais capable de rester proche de lui, mais ce n'était pas le cas et dès le début et j'ai assez vite réalisé que je n'étais pas en mesure de rester avec lui. Puis j'ai juste essayé de pousser à 200% et de prendre beaucoup de risques malgré tout, car je souhaitais une arrivée sur le podium sur cette dernière course du championnat. Et finalement, nous y sommes parvenus, alors vraiment félicitations à toute l'équipe et à Yamaha qui m'a fourni un bon package… même si je ne peux pas cacher que j'avais le sentiment d'être la quatrième force en début d'année".

Un message adressé à plusieurs reprises dans le Parc Fermé, lors des interviews télévisées puis en conférence de presse par celui qui a bien tenu à faire passer le message à tous : il a été initialement difficile d'accepter que Yamaha ne lui procure pas le matériel d'usine 2020 comme à Rossi, Vinales et Quartararo cette année, tout comme d'admettre que la situation serait une nouvelle fois différente pour lui l'an prochain par rapport à ses compagnons mais néanmoins rivaux du clan Yamaha devant qui il termine finalement au championnat…

"Nous avons été en mesure d'exploiter le meilleur de ce que nous avions et finalement, dans l'ensemble, nous nous en sommes très bien sortis et avons fait un très bon travail", philosophe-t-il. "Il s'agit clairement d'une année dont je me souviendrai et au cours de laquelle j'ai vu que le travail paie. J'ai beaucoup travaillé alors je suis vraiment heureux maintenant de pouvoir me relaxer, profiter et bien me préparer pour l'année prochaine."

partages
commentaires
Impérial à domicile, Oliveira a su gérer ses émotions
Article précédent

Impérial à domicile, Oliveira a su gérer ses émotions

Article suivant

Fabio Quartararo "vraiment triste" de sa 14e place à Portimão

Fabio Quartararo "vraiment triste" de sa 14e place à Portimão
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021