Morbidelli ne se rend pas et prévient qu'il prendra des risques

Espérant un scénario inverse de celui du week-end dernier, Franco Morbidelli promet de se battre et de donner le tout pour le tout en course.

Morbidelli ne se rend pas et prévient qu'il prendra des risques

Franco Morbidelli promet de livrer bataille ce dimanche, lors de la seconde course qui sera disputée sur le MotorLand Aragón. Passé à 63 millièmes seulement de la pole position, en étant le seul à accompagner Takaaki Nakagami dans la fenêtre des 1'46, le pilote Petronas sait qu'il n'est pas seulement rapide sur le tour lancé, mais qu'il peut également compter sur un solide rythme, affiné séance après séance au cours de ce week-end.

Dès les premiers essais, le pilote italien s'est efforcé de travailler dans l'optique de la performance qu'il va falloir livrer sur 23 tours cet après-midi, au point de ne pas tenter de time attack en EL2 et d'accepter de terminer seulement 15e au classement du premier jour. Il cherchait avant tout à maintenir un rythme plus stable en pneus usés après avoir vu dimanche dernier ses espoirs s'envoler au bout de quelques tours à peine, alors qu'il s'élançait déjà d'une quatrième place prometteuse.

Dès qu'il a fallu sortir la grosse attaque, Morbidelli a affiché tout son mordant sur le tour lancé, obtenant le meilleur temps des EL3 samedi matin, avant de réussir à décrocher sa quatrième qualification de la saison en première ligne.

"Je suis très content du chrono que j'ai fait en qualifs. Rouler sous les 1'47 est toujours une grande réussite et j'en suis très heureux et fier", commente-t-il. "La séance s'est plutôt bien passée. Au début j'étais seul, et à la fin j'étais avec Fabio [Quartararo] et Álex [Rins], mais je les ai un peu laissé filer. Je n'avais pas de véritable référence même si je les voyais, et j'ai alors fait le temps de 1'46 derrière eux."

Lire aussi :

"Les EL4 et tous les essais se sont plutôt bien passés. On ne semble pas aussi forts que le week-end dernier, mais le week-end dernier on avait été forts en essais et faibles en course alors j'espère que cette fois ce sera l'inverse !" pointe-t-il. "En tout cas on a bien travaillé et on a progressé sur ce qui nous a manqué en course le week-end dernier. Je sens qu'on a un peu amélioré le package, je me sens un peu plus fort que le week-end dernier, mais cela restera un point d'interrogation tant que l'on n'aura pas pris le départ de la course et vu le véritable niveau [de tout le monde]."

Fort de ses progrès, Franco Morbidelli a la ferme intention de ne pas aborder la course comme un second couteau, mais bien en solide prétendant à la victoire. "Si Álex et Joan [Mir] sont devant dans les premiers tours, alors ça ne sera pas notre jour. Et Álex part troisième alors ce sera dur ! Mais on y croit malgré tout. Notre rythme en EL4 n'était pas le plus fort mais il n'était pas mal, alors il faut que l'on progresse un peu plus et on va essayer de se battre", promet-il auprès du site officiel du MotoGP.

Et n'allez pas lui demander de se ranger dès à présent au service de son coéquipier, Fabio Quartararo, alors que seuls 28 points les séparent au championnat et que Morbidelli n'apparait qu'à 34 unités du leader avec encore 100 points en jeu. "Je ne dis pas que je ne vais pas l'aider. Je l'aiderai s'il en a besoin pour le championnat et si je suis en dehors de la lutte... mais je ne suis pas encore en dehors de la lutte pour le championnat alors pourquoi l'aider ?" interroge-t-il lorsque la question d'une aide à apporter dès aujourd'hui lui est posée.

Je suis encore en lutte pour le championnat mais pas clairement. Si je veux clairement y entrer, il faudrait prendre un peu de risques en course.

Franco Morbidelli

Conscient d'avoir jusqu'à présent fait la course derrière son voisin de stand, qui s'est affirmé en prétendant au titre dès le premier Grand Prix, Morbidelli semble en réalité estimer que ce 11e des 14 rounds de la saison lui offre une dernière chance de rentrer dans la bagarre pour le Graal. "Ce sera une course à affronter en sachant que je suis encore en lutte pour le championnat mais que je ne le suis pas clairement, or si je veux clairement y entrer [dimanche], il faudrait prendre un peu de risques en course. Voilà la manière dont je voudrais affronter cette course", annonce-t-il.

"Je voudrais obtenir un autre podium, m'approcher du sommet et terminer ce triplé avec un bon résultat. Je crois que ça fait quelques courses que je poursuis [ces résultats], mais pour une raison ou une autre je n'y suis pas arrivé", souligne-t-il, prévenant qu'il entend "aborder la course non pas pour jouer le tout pour le tout, mais presque".

"Ici, l'usure des pneus est un facteur en course, alors si l'on est trop agressif au début on peut manquer de performance pour la fin. Il faut donc bien voir. La stratégie dépend beaucoup de la position que l'on occupe après le premier tour. Mais l'approche doit être celle que j'ai mentionnée : agressive et avec l'envie de prendre des risques."

partages
commentaires
La grille de départ du Grand Prix de Teruel MotoGP
Article précédent

La grille de départ du Grand Prix de Teruel MotoGP

Article suivant

Warm-up - Takaaki Nakagami confirme son avantage

Warm-up - Takaaki Nakagami confirme son avantage
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021