Goubert : "C'était bon de relever le défi du retour de Michelin"

Le directeur technique de Michelin Motorsport est revenu sur les raisons de son départ de Michelin après 28 ans passés au sein de la marque française.

Goubert : "C'était bon de relever le défi du retour de Michelin"
Nicolas Goubert, directeur technique Michelin Motorsport
Nicolas Goubert, Michelin
Nicolas Goubert, Michelin
Nicolas Goubert, directeur technique Michelin Motorsport
Nicolas Goubert, Michelin
Pascal Couasnon, le patron de Michelin Motorsport, Carmelo Carmelo Ezpeleta, le patron de Dorna Sports, Nicolas Goubert, directeur technique de Michelin
Nicolas Goubert, Directeur Technique Michelin Motorsport
Nicolas Goubert, Directeur Technique de Michelin Motorsport
Nicolas Goubert, Directeur adjoint et directeur technique Michelin Motorsport
Nicolas Goubert, Directeur Technique Michelin Motorsport
Charger le lecteur audio

Comme cela a été annoncé en marge du Grand Prix de Valence il y a deux semaines, le directeur technique de Michelin Motorsport, Nicolas Goubert, va quitter ses fonctions pour prendre la direction du prochain championnat de motos électriques, le FIM Moto-e World Cup, en février prochain. 

C'est donc une collaboration de 28 ans avec le manufacturier de pneumatiques français qui est sur le point de s'achever pour Goubert, l'un des principaux artisans du retour du Bibendum en MotoGP en 2016, après sept années d'absence. 

"J'ai passé 28 ans chez Michelin, et j'ai eu de très bons postes tout au long de ma carrière", souligne ainsi Goubert. "J'ai eu la possibilité de vivre dans des pays différents, et c'était ce que je voulais. J'ai travaillé dans un domaine que j'adore, et c'était bien. Mais je pense que j'avais besoin d'un changement. J'ai toujours été passionné par la compétition moto, c'était bon de relever le défi du retour [de Michelin] en MotoGP, et c'était difficile."

Un dernier défi réussi avec Michelin donc, notamment durant cette deuxième année où l'entreprise clermontoise a œuvré, de l'aveu même des pilotes et des équipes, à l'amélioration du spectacle grâce à une plus grande versatilité des résultats et à un resserrement des écarts, rendus possibles grâce à la mise à disposition de trois types de pneus aussi bien à l'avant qu'à l'arrière (et non plus deux comme en 2016), ce qui a donné lieu à des interprétations et stratégies très variées de la part des teams.

Absence de concurrence

Néanmoins, l'absence de concurrence face à un autre manufacturier, comme cela avait pu être le cas face à Bridgestone par le passé, et la stabilité des solutions qui seront proposées au plateau pour l'an prochain, ont également joué dans la balance de la décision de Nicolas Goubert. "Je dirais que nous avons un niveau acceptable, et à la mi-saison on nous a demandé, surtout pour l'avant, de conserver la même gamme de pneus", reprend l'intéressé. "Le travail est en train de changer, il n'y a pas de concurrence avec d'autres manufacturiers, et c'est quelque chose qui me manque."

Se lancer un nouveau défi tout en restant dans son domaine de prédilection, la compétition, deux facteurs qui ont amené Goubert à franchir le pas pour 2018. Et c'est avec l'assurance du travail bien fait qu'il va quitter Michelin. "J'ai donc eu cette opportunité de rester dans ce monde de la compétition, mais tout en ayant un rôle totalement différent", poursuit-il. "Je quitte Michelin en très bons termes, et je me suis assuré que tout soit bien en place, non seulement pour la partie moto, mais aussi dans les autres domaines dans lesquels je travaille, avec une équipe solide et des personnes expérimentées, et je pense que tout va bien se passer pour Michelin." 

partages
commentaires
Espargaró : "Ce que nous avons réussi à faire, c'est juste incroyable"
Article précédent

Espargaró : "Ce que nous avons réussi à faire, c'est juste incroyable"

Article suivant

Suzuki termine l'année avec un test intense et positif

Suzuki termine l'année avec un test intense et positif
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021