GP de France - Valentino Rossi est une vraie bête de course
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing, avec Silvano Galbusera
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing et Andrea Dovizioso, Ducati Team
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing et Andrea Dovizioso, Ducati Team
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing avec Marc Marquez, Repsol Honda Team, Bradley Smith, Tech 3 Yamaha et Cal Crutchlow, Team LCR Honda

C'est devenu une habitude pour Valentino Rossi. Ce n'est que le dimanche de la course qu'il se révèle, après deux jours passés à travailler sur sa machine et à se battre pour rester dans le top 10. Une fois ce cap passé, c'est une autre Yamaha et un autre "Doctor" qui entrent en scène. Plus qu'ailleurs, ce scénario s'est confirmé au Mans puisque le nonuple titré s'est permis de revoir de fond en comble ses réglages juste avant les qualifications. Une démarche risquée mais qui a porté ses fruits.

Parti septième, il est arrivé second au terme d'une prestation où il a été une menace constante pour le pourtant véloce et régulier Jorge Lorenzo. Mais c'est bien à ce dernier qu'est revenu une victoire qui permet, au passage, à l'Espagne, de prendre l'avantage sur l'Italie au nombre des victoires absolues en Grand Prix : quatre-vingt-dix contre quatre-vingt-neuf! Une concrétisation qui autorise aussi Yamaha de prendre le large face à Honda dans la même statistique : quatre-vingt-neuf réalisations pour la firme d'Iwata contre quatre-vingt-six pour celle de Tokyo.

Mais la seule comptabilité qui occupe l'homme de Tavullia est celle du présent championnat. Il marque vingt bons points en continuant sa solide série de podiums. Et en lâche cinq à son redoutable équipier. Mais ça aurait pu être pire : "Je suis certes satisfait mais on a trop tergiversé pour trouver les bon réglages" prévient Vale. "On a pris le risque de tout changer sur la moto avant la course. Je remercie mon équipe car elle a réussi à me donner une très bonne moto avec laquelle j'ai pu m'amuser."

Jorge a été plus fort sur la longueur du week-end, il a mieux préparé la course que nous, il mérite sa victoire

Valentino Rossi

"Je suis parti de la troisième ligne et Jorge prend toujours tout de suite un très bon rythme. Il y avait donc un écart dès le départ. J'ai tout de même pris du plaisir dans cette course en effectuant des dépassements. Lorsque je me suis retrouvé second, j'ai tenté de le rejoindre, mais il était concentré et sur son rythme assommant. Et lorsqu'il est comme ça, il est difficile à rattraper. Il a été plus fort sur la longueur du week-end, il a mieux préparé la course que nous, il mérite sa victoire."

"Les vingt points pris sont importants pour le championnat. Même s'il nous a fallu du temps pour en arriver là, nous y sommes arrivés. Notre point faible, ce sont les essais et Jorge est plus capable que nous de tirer partie d'un tour. En revanche, notre moto est parfaite pour la course. J'arrive au Mugello dans des conditions parfaites mais c'est aussi une piste que Jorge aime bien. Alors va pour un autre doublé Yamaha, mais avec un ordre inversé cette fois!"

Au sujet de la course au titre, Valentino Rossi a précisé : "Nous sommes quatre pilotes en lice. Marc Marquez n'est pas en crise, c'est un mauvais passage et au vu de son talent, il peut très bien tous nous mettre d'accord en Italie. L'équilibre du Championnat peut changer tous les week-ends et il ne faut pas exclure Dovizioso qui est rapide et régulier. La Ducati sera redoutable au Mugello." rendez-vous le 31 mai prochain!

partages
GP de France - Coup de chaud pour Marc Marquez
Article précédent

GP de France - Coup de chaud pour Marc Marquez

Article suivant

GP de France – Jorge Lorenzo n'a pas eu la partie si facile

GP de France – Jorge Lorenzo n'a pas eu la partie si facile
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021