Grâce à la pluie, Valentino Rossi revient de loin

En partant depuis la troisième ligne demain, l'Italien a renversé une situation qui semblait bien mal embarquée à l'issue des essais libres du vendredi.

Peu importe le résultat final de Valentino Rossi, l’Italien est inlassablement le centre de toutes les attentions du public. Installés sous des ponchos de fortune, les spectateurs ont donné de la voix pour permettre à leur star de se sortir d’une mauvaise passe. Mission finalement accomplie, avec l’aide du ciel.

Car Valentino Rossi ne semblait pas se faire trop d’illusion vendredi soir. Après les essais libres, il avouait être "en grande difficulté". En cause, le comportement des pneumatiques et du train avant, qui ne lui donnent pas assez de sensations. Rejeté au 16e rang à plus d’une seconde de son équipier Maverick Viñales, le numéro 46 semblait englué dans une situation inextricable.

Or, c’était oublier les caprices climatiques ! Le lendemain, la pluie modifiait radicalement la donne. Nouveaux pneus, nouveaux réglages, pour une mission sauvetage en Q1. Après une entame de séance prudente, le Docteur refaisait surface avec le deuxième meilleur temps, suffisant pour passer à la session finale.

Écart comblé sur son équipier

La clameur des tribunes n’allait cependant pas l’aider à jouer les acteurs principaux de la Q2. Constamment au-delà du top 3, Rossi cherchait au prix d’un dernier tour le 7e rang, à plus d’une seconde et demie de l’auteur de la pole position Marc Márquez, mais à 54 millièmes de son équipier Viñales. Pas si mal si l’on se rappelle le sentiment de désolation qui régnait dans le box Yamaha la veille !

Pourtant dans le paddock, Rossi ne se montrait guère loquace, ce qui n’est jamais un bon signe quand on connaît le caractère volubile du personnage en conférence de presse après ses victoires. Voici in extenso ses déclarations recueillies après la séance qualificative.

Le problème sur le mouillé est-il le même que sur le sec ?
Oui, j’ai le même feeling dans les entrées de virage. L’an dernier, j’étais fort dans ce domaine. C’était plus naturel. Avec cette moto, je dois plus me forcer : c’est plus difficile. Mais je pense qu’en travaillant sur l’équilibre et les réglages, nous pouvons progresser.

Forcer plus fait que ça augmente le potentiel d’erreurs ?
Non, non… ça dépend. Je parle plus de facilité de pilotage. Mais quoi qu’il en soit, je pense qu’essayer la moto sur le mouillé est une bonne chose pour faire progresser la moto.

Ce nouveau pneu avant qui n’est jamais arrivé vous manque-t-il ?
Oui ! Hier, on m’a dit qu’on ne pourrait pas l’utiliser et je pense que ce serait intéressant de l’essayer. Mais on fera avec le normal !

Ça a été décidé par la commission de sécurité…
Oui, mais j’ai terminé tard et malheureusement je n’ai pas eu le temps d’y aller ! Mais ça ne change pas grand-chose.

Au Qatar, vous avez utilisé deux châssis différents : est-ce toujours le cas ici ?
Non, mais au Qatar, j’ai utilisé deux châssis différents pour en choisir un. Maintenant, c’est décidé.

Espérons que Valentino Rossi se montre plus expressif demain soir, à l'issue de la course ; ce serait le signe d'une performance !

 

Polo Yamaha Valentino Rossi
Polo Yamaha Valentino Rossi

Photo de: Motorsport.com

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP d'Argentine
Circuit Autodromo Termas de Rio Hondo
Pilotes Valentino Rossi
Équipes Yamaha Factory Racing
Type d'article Réactions