70 ans de Grands Prix moto
Dossier

70 ans de Grands Prix moto

Graham/Márquez - Deux champions, deux époques

En 1949 un pilote britannique décrocha le premier titre du Championnat du monde 500cc, à l’âge de 37 ans. Il demeure toujours le plus âgé de l’Histoire en catégorie reine, tandis que 64 ans plus tard, un Espagnol décrocha son premier titre et battit le record de précocité, avant d’enchaîner les titres jusqu’à aujourd’hui. Deux hommes, un même fil de l’Histoire.

Graham/Márquez - Deux champions, deux époques

Ce mois de juin sonne les 70 ans de la création des Grands Prix, et à tous les points de vue le tout premier Champion du monde de la catégorie reine semble aux antipodes du dernier en date. Tandis que Leslie Graham est à ce jour le pilote le plus âgé de l’Histoire des Grands Prix, Marc Márquez est pour sa part le plus jeune. Calendrier réduit, pilotes participant à plusieurs catégories à la fois, carrières écourtées, décès fréquents… Entre 1949 et 2019, beaucoup de choses ont évolué et drastiquement changé, sauf la passion des pilotes qui ne cessent, année après année, d’aller de plus en plus vite au guidon de leurs machines.

Lire aussi :

Un décalage certain

Quatre-vingt-deux ans séparent les naissances des deux hommes. Robert Leslie Graham vit en effet le jour le 14 septembre 1911 à Wallasey, en Angleterre, et Marc Márquez Alentá le 17 février 1993 à Cervera en Espagne. Le premier commença sa carrière à l’âge de 17 ans au guidon d’une JAP 350cc de J. A. Prestwich, lorsque le second l’entama à neuf ans sur une Conti RX 356 dans la catégorie 50cc. Deux pilotes, deux époques bien différentes.

La précocité et la stabilité des machines n’étaient pas à l’ordre du jour dans les années 30. L’Anglais changea à plusieurs reprises de motos, passant de sa JAP à une Rudge puis une Supreme, et enchaîna les soucis mécaniques, qui l’empêchèrent de véritablement concrétiser en course, jusqu’en 1937. Alternant à la fois le rôle de mécanicien et de pilote, il fut assez représentatif de cette génération de coureurs, qui se poursuivit durant plusieurs décennies. Márquez, de son côté, fut longtemps handicapé par sa petite taille, qui ne lui permettait pas d’avoir les deux pieds au sol une fois monté sur sa moto, mais cela ne l’empêcha cependant pas d’être performant, et de terminer troisième de la Copa Promocup Velocidad dès sa première année.

Il remporta la Rieju 50cc la saison suivante, en 2003, avant de terminer second du championnat catalan 125cc en 2004, et de décrocher le titre en 2005 et 2006. De son côté, Graham dut attendre sa neuvième année de compétition, en 1938, pour participer à sa première course d’envergure, au mythique Tourist Trophy de l’Île de Man, qu’il termina en 12e position. Il manqua de conclure à la seconde place l’année suivante, mais subit une casse de sa boîte de vitesses. Sa performance suffit néanmoins pour décrocher un contrat pour 1940, mais l’Histoire se chargea de repousser ses projets.

Lire aussi :

Enrôlé par l’armée britannique lors de la Seconde Guerre mondiale, il servit en tant que pilote au sein des bombardiers de la Royal Air Force. Il obtint le grade de capitaine et fut décoré de la Distinguished Flying Cross Force avant d’être définitivement démobilisé en 1946, ce qui lui permit de reprendre sa carrière. Embauché par le constructeur AJS, il reprit la piste, notamment au TT, avant d’intégrer le Championnat du monde lorsque celui-ci fut créé en 1949, l’année de ses 38 ans. Pas de perturbation de la sorte pour Márquez, qui continua sa progression en intégrant le Championnat d’Espagne en 2007, puis le Championnat du monde en 2008, à tout juste 15 ans.

L’arrivée au niveau mondial

Si Márquez passa par la 125cc et le Moto2 de 2008 à 2012 avant d’intégrer le MotoGP en 2013, Graham roula dans les catégories inférieures (125cc, 250cc et 350cc) en même temps qu’il participait aux 500cc, ce qui représente 12 saisons différentes, mais étalées sur seulement cinq ans. Une situation très représentative de cette époque.

Ce fut sur le TT, qu’il connaissait très bien, qu'il prit part à la toute première course 500cc mondiale le 17 juin 1949, quatre jours après l'épreuve inaugurale des 350cc. Pour cette grande première, 59 pilotes furent au départ, mais seuls 35 allèrent au bout de l’épreuve. En tête dans le dernier tour, Graham tomba en panne de magneto et dû pousser sa moto jusqu’à l’arrivée et ainsi laisser la victoire à Harold Daniell, qui finit la course en 3'02’18"6 au guidon de sa Norton. Finalement dixième, Graham se consola en prenant le point du record du tour, et se rattrapa dès le Grand Prix suivant, en Suisse, où il s’imposa pour la première fois.

L’Espagnol connut un début en catégorie reine plus heureux, en terminant sur le podium dès sa première course, au Qatar, mais à l’image de son aîné, il remporta son premier Grand Prix dès le second rendez-vous de la saison, sur le Circuit of the Americas. Il devint alors le plus jeune vainqueur (mais aussi le plus jeune poleman) de l’Histoire des Grands Prix, à l’âge de 20 ans et 63 jours. Grâce à ses six succès et ses dix podiums, il s’adjugea le titre en fin de saison et devint également le plus jeune Champion du monde, à 20 ans et 266 jours.

Lire aussi :

Avec six épreuves au calendrier, contre 18 en 2013, la saison de Leslie Graham fut bien plus courte, mais lui permit à lui aussi de s’imposer. Malgré une panne en Belgique, il put compter sur une nouvelle victoire à Belfast, un podium à Assen et un nouveau record du tour en Suisse pour s’adjuger le titre une course avant la fin de la saison, pour un point seulement sur Nello Pagani. Il fut entraîné dans un incident lors de la dernière course, en Italie, mais seuls les trois meilleurs résultats de la saison étant comptabilisés pour le championnat à l'époque, cela n’affecta pas son résultat final. Ayant 37 ans et 141 jours à la date de son sacre, il demeure encore aujourd’hui le Champion du monde le plus âgé de la catégorie reine. À noter qu’il participa également cette même année au championnat 350cc qu’il termina en septième position.

Sa deuxième saison ne se passa pas aussi bien, et il ne put défendre correctement son titre. S’il démarra correctement l’année 1950 en concluant le TT en quatrième position, il heurta un autre pilote en Belgique et fut victime d’un problème de pneus à Assen. Il parvint cependant à s’imposer à Genève, et à monter sur le podium à Belfast. Cela ne suffit pas au classement final qu’il conclut au troisième rang, aussi bien en 500cc qu’en 350cc. En revanche, Marc Márquez vécut une seconde saison qui frôla la perfection, puisqu’il remporta 13 courses, dont dix de façon consécutive, ce qui lui permit de décrocher un second titre.

Premières difficultés

Il connut ses premiers déboires en 2015, année où il ne remporta "que" cinq courses et comptabilisa six résultats blancs. Il termina troisième du championnat, tandis que de son côté, Graham fit le choix de s’éloigner de la catégorie reine pour sa troisième saison, afin de courir en 350cc sur Velocette et en 125cc sur MV Agusta. Malgré une sixième et une huitième places finales, il fut engagé par le constructeur italien afin de rouler pour lui en 500cc l’année suivante, en 1952, grâce à ses talents de metteur au point. Il permit ainsi aux machines de progresser, et remporta les courses de Monza et de Barcelone, les premières pour MV Agusta, en plus d’un podium au TT, qui lui permirent de terminer vice-Champion du monde. Cette saison fut sa plus prolifique, puisqu’il roula également en 125cc, en 250cc et en 350cc où il termina quatrième, troisième et 13e.

La saison 1953 s’ouvrit, comme toutes les autres, par le Tourist Trophy, que Graham remporta en 125cc. Il fut ainsi le premier pilote à remporter une course dans trois catégories (en plus des 350cc et des 500cc), mais cette victoire demeura son ultime fait d’arme. En effet, dans le second tour de la course 500cc qui suivit, il perdit le contrôle de sa moto et se tua à Bray Hill. C’était le 12 juin 1953, un triste événement que rappelle un mémorial, construit deux ans plus tard à cet endroit en son hommage.

Pour sa part, Márquez se ressaisit dès l’année suivante, en 2016, et n’a depuis plus cessé de remporter des titres. Si Graham en compte un, l’Espagnol en totalise sept, dont cinq en catégorie reine. Chacun à leur manière, ils ont représenté leur époque, totalement opposée l’une à l’autre. Si aujourd’hui beaucoup ont oublié le nom de Leslie Graham, celui-ci figure pourtant, aux côtés de celui de Marc Márquez, sur le trophée de Champion du monde décerné chaque année.

partages
commentaires
EL1 - Márquez montre les crocs, Quartararo deuxième !

Article précédent

EL1 - Márquez montre les crocs, Quartararo deuxième !

Article suivant

EL2 - Quartararo le plus rapide devant Dovizioso, Márquez 17e !

EL2 - Quartararo le plus rapide devant Dovizioso, Márquez 17e !
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Graham Leslie , Marc Márquez
Équipes Repsol Honda Team
Auteur Charlotte Guerdoux
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021
Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales Prime

Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales

Sa victoire autoritaire lors de la manche d'ouverture du championnat intervient alors que Maverick Viñales vit une période de changement personnel et professionnel. Est-ce le tremplin vers une lutte pour le titre plus concrète qu'elle ne l'a été par le passé ?

MotoGP
30 mars 2021
Pramac et cette victoire si souvent touchée du doigt avec Ducati Prime

Pramac et cette victoire si souvent touchée du doigt avec Ducati

Pramac Racing entre cette année dans sa 20e saison en MotoGP, la 17e en partenariat avec Ducati. Frôlée à plusieurs reprises, sa première victoire avec le constructeur italien constitue toujours l'objectif de l'équipe, qui accueille en 2021 deux nouveaux pilotes. Le moment est-il venu ?

MotoGP
24 mars 2021
Entre Morbidelli et Rossi, une amitié plus forte que la rivalité ? Prime

Entre Morbidelli et Rossi, une amitié plus forte que la rivalité ?

Le vice-Champion du monde 2020 a clairement annoncé qu'il ne trahira pas ses valeurs pour atteindre ses objectifs sportifs, aussi élevés soient-ils, cette saison. Sorte de petit frère adoptif de Valentino Rossi, qui l'a pris sous son aile lorsque la vie l'a malmené, Franco Morbidelli veut placer l'amitié au-dessus de toute forme de concurrence entre eux.

MotoGP
21 mars 2021
Maverick Viñales, leader en quête de stabilité et de clarté Prime

Maverick Viñales, leader en quête de stabilité et de clarté

Nouveau leader moral de l'équipe officielle Yamaha de par son expérience et les succès obtenus jusqu'à présent, Maverick Viñales aborde une saison 2021 qui s'annonce peut-être comme la plus importante de sa carrière, avec une réelle chance de s'affirmer enfin.

MotoGP
6 mars 2021
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021