Le GP de France n'exclut pas de se courir à huis clos

Le Grand Prix de France est bel et bien maintenu au calendrier MotoGP et il se tiendra dans quatre mois précisément. La présence de spectateurs n'est toutefois pas assurée.

L'annonce ce midi du calendrier modifié de la saison 2020 a confirmé la tenue du Grand Prix de France MotoGP. Reporté de cinq mois, il se tiendra finalement du 9 au 11 octobre, fidèle au Mans qui l'accueille de façon ininterrompue depuis 2000. Seulement, et malgré l'espoir initial des promoteurs, l'épreuve pourrait bel et bien se tenir sans public si la situation sanitaire ne permet pas le maintien des conditions habituelles d'accueil des spectateurs.

Lire aussi :

“Œuvrer pour la poursuite des sports motocyclistes et avoir une vision la plus optimiste possible de l’avenir sont nos mots d’ordre au quotidien", souligne Claude Michy, promoteur, qui poursuit : "Compte tenu de la situation actuelle, que ce soit en France ou dans l’ensemble des pays concernés par le Championnat du monde MotoGP, et eu égard aux décisions prises par Dorna et la FIM, le SHARK Helmets Grand Prix de France 2020 aura lieu les 9, 10 et 11 octobre prochain mais cet événement sera peut-être organisé à huis clos."

"À ce jour, les règles gouvernementales en place ne permettent pas d’envisager une épreuve conviviale, festive, avec de nombreuses animations et une libre circulation du public dans l’enceinte du circuit", poursuit-il, excluant désormais que cela conduise à l'annulation de l'épreuve : "Si c’est le cas, nous comprendrons tout à fait la déception et la frustration des fans français du MotoGP et des fidèles spectateurs du Grand Prix de France mais devant cet état de fait et dans ce contexte imprévisible, l’organisation du SHARK Helmets Grand Prix de France n’aurait pas d’autres options que d’annuler purement et simplement l’édition 2020 ou de la préparer à huis clos, choix qui serait donc retenu."

"Mais n’excluons pas l’hypothèse d’envisager la présence de public, dans le cas où les conditions évoluent positivement et si les services de l’État autorisent les rassemblements sans contrainte majeure d’ici le mois d’octobre", précise Claude Michy.

Une évolution positive de la situation sanitaire permettrait en effet d'organiser le Grand Prix de France dans les conditions qu'espèrent les promoteurs. Si cela reste impossible à anticiper pour le moment, le Premier ministre a présenté un projet de loi visant à organiser la fin de l’état d’urgence sanitaire, et ce alors que la France a entamé son déconfinement il y a précisément un mois. Si les grands rassemblements restent interdits pour le moment, Matignon ouvre donc la porte au retour de grands événements qui pourrait avoir lieu dans des délais favorables pour l'épreuve du Mans, prévue dans quatre mois.

"Dans les quatre mois suivant la fin de l’état d’urgence sanitaire, le Premier ministre conservera la possibilité de réglementer les déplacements et l’accès aux moyens de transport, l’ouverture des établissements recevant du public, ainsi que les rassemblements sur la voie publique", est-il indiqué par Matignon alors qu'un vote est attendu pour le 17 juin. "Les autres mesures adoptées dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire ne pourront être maintenues quant à elles que dans les conditions et limites du droit commun."

Le promoteur du Grand Prix de France propose dès à présent deux possibilités aux personnes détenant des billets pour l'édition 2020 : conserver leur billet pour l'édition 2021 ou demander un remboursement.

Au calendrier depuis 1951, le Grand Prix de France est sous contrat avec la Dorna jusqu'en 2026. Le rendez-vous en Sarthe s'est imposé comme l'un des plus attractifs pour le public : il bat chaque année des records de fréquentation et était encore en 2019 le deuxième Grand Prix de la saison en termes d'affluence avec 206'323 spectateurs.

Une tribune

partages
commentaires
13 Grands Prix confirmés au calendrier, quatre en sursis

Article précédent

13 Grands Prix confirmés au calendrier, quatre en sursis

Article suivant

Dovizioso : "Enfin" le retour à la course !

Dovizioso : "Enfin" le retour à la course !
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021