MotoGP
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Le MotoE au GP de France : "Il ne faut pas être fermé"

partages
commentaires
Le MotoE au GP de France : "Il ne faut pas être fermé"
Par :
26 déc. 2018 à 13:00

Claude Michy, organisateur du Grand Prix de France MotoGP, se tourne vers l'édition 2019 de son épreuve, l'une des plus prisées par le public. Avec une nouveauté de taille au programme : le MotoE.

Troisième plus forte affluence au cumul de l'ensemble du week-end, le Grand Prix de France MotoGP a, cette année encore, battu son record. Les billets payants comptabilisés au mois de mai sur l'épreuve mancelle étaient au nombre de 206'617. Et, avec 105'203 spectateurs pour la seule journée des courses, cela a constitué la plus forte affluence dominicale de la saison.

"C'est symbolique, mais c'est sympathique", se félicite Claude Michy auprès de Motorsport.com. "Ça prouve que le travail qui a été fait est reconnu, mais surtout que ce que font les pilotes et ces courses fantastiques attirent de plus en plus de monde, partout."

Lire aussi :

Après plusieurs années records, le prometteur nourrit des objectifs "raisonnables" pour 2019, avec avant tout la stabilité en point d'orgue. "Je pense qu'il faut déjà essayer de maintenir le niveau où nous sommes, qui est un niveau très élevé", souligne le patron de PHA, organisateur de l'épreuve depuis 1994.

Cette année encore, le public manceau a retrouvé les animations traditionnelles de l'épreuve, mais aussi découvert au programme du show mécanique le spectaculaire Franky Zapata et son flyboard air. "Nous faisons très attention à satisfaire le public, avec la Fan Zone, le show mécanique ou dans la façon dont nous essayons de les accueillir et tout ce que nous mettons en place pour qu'ils passent un bon séjour. Vu le monde qu'il y a, il se peut qu'il y ait parfois des mécontents, donc il faut travailler le détail pour qu'il y en ait le moins possible", souligne Claude Michy.

Quant aux animations à prévoir pour 2019, il faut encore quelques mois de patience avant de les connaître, même si une exposition célébrant les 70 ans de la FIM telle que nous la connaissons aujourd'hui semble être dans les rouages. "Nous y travaillons, nous sommes en train de trouver des choses un peu nouvelles, mais ce sont des choses que nous finalisons courant mars, donc il y a encore un peu de temps."

Le MotoE, une curiosité pour sa première année

Ce que l'on sait, en revanche, c'est que le week-end du Grand Prix de France comptera une nouvelle épreuve annexe, puisque le nouveau championnat de motos électriques, le MotoE, y tiendra la deuxième manche de sa saison. Un pari technologique qui, en réunissant 18 machines pour de courtes épreuves entre les séances de warm-up et la course Moto3, le dimanche, veut tenter de séduire le public.

Lire aussi :

"Il faut toujours aller vers des choses innovantes, qui permettent au public d'avoir des souvenirs, de vivre des émotions. Il y a des choses nouvelles qui arrivent. Le MotoE va être une curiosité, c'est une vision d'avenir. Ça ne fait pas de bruit, ça n'a pas d'odeur, donc comment cela va-t-il être perçu ? Mais c'est une vision d'avenir, alors il faut voir ce que cela donne", annonce Claude Michy, bien qu'admettant être personnellement sur la réserve du fait de l'absence du bruit et des odeurs caractéristiques des compétitions traditionnelles.

Mike Di Meglio, EG 0x0 Marc VDS

"J'ai un peu de mal, mais je pense qu'on doit avoir l'esprit ouvert et se dire qu'il y a des choses, comme celle-là, qui vont évoluer. Dans le Trophée Andros, par exemple, il y a eu des courses de voitures thermiques, puis des courses de voitures électriques et cette année il y a même des voitures électriques qui courent en même temps que les thermiques. Donc le monde change, le monde évolue, il ne faut pas être fermé", assure Claude Michy, qui est d'autant moins fermé à la question qu'il sait que le plateau du MotoE est riche, avec entre autres un certain Sete Gibernau ou encore trois pilotes français qui sont Randy de Puniet, Kenny Foray et Mike Di Meglio.

Outre le MotoE, le public du Grand Prix de France pourra aussi découvrir, ou redécouvrir l’International Bridgestone Handy Race (avec des essais le vendredi et une course le samedi) ou encore le Championnat du monde Junior CEV. Rendez-vous pour cela du 17 au 19 mai !

Article suivant
Puig : Márquez et Rossi ? "Il s'est toujours agi de faits de course"

Article précédent

Puig : Márquez et Rossi ? "Il s'est toujours agi de faits de course"

Article suivant

Votez - Quels sont vos moments marquants de 2018 ?

Votez - Quels sont vos moments marquants de 2018 ?
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Auteur Léna Buffa